AccueilLa construction de la croissance des PME

*  *  *

Publié le vendredi 19 juin 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

Partout dans le monde, la croissance des petites et moyennes entreprises se trouvent au cœur d’une demande sociale sans précédent. Dans certains pays ces entreprises ont acquis une reconnaissance institutionnelle forte, manifestée par un statut particulier, leur conférant un accès prioritaire aux mesures spécifiques de soutien et d’accompagnement pour maintenir leur croissance. Pourquoi et comment ces PME réussissent leur croissance ? Peut-on parler d’un modèle économique de la PME à forte croissance ? Pour que ces PME demeurent un élément moteur de la croissance, il est important dans la perspective de la politique publique de comprendre les défis et les obstacles auxquels elles se heurtent lorsqu'il s’agit de maintenir leur croissance. Aussi, dans un contexte de « rattrapage réglementaire » et en l’occurrence au Maroc, on est conduit à s’interroger : quel soutien est souhaitable et praticable pour permettre l’émergence de PME dynamiques confrontées aux nouvelles conditions concurrentielles ?

Annonce

Partout dans le monde, la croissance des Petites et Moyennes Entreprises se trouvent au cœur d’une demande sociale sans précédent. Dans certains pays ces entreprises ont acquis une reconnaissance institutionnelle forte, manifestée par un statut particulier, leur conférant un accès prioritaire aux mesures spécifiques de soutien et d’accompagnement pour maintenir leur croissance.

Pour rester dans la compétition économique, les pouvoirs publics sont désormais conscients de la nécessité de donner aux PME à la fois l’envie et les moyens de la croissance. Il est capital en effet que le tissu industriel de chaque pays comporte un nombre suffisant d’entreprises ayant atteint la taille critique pour affronter l’économie désormais mondialisée.

Au Maroc, force est de constater que la valorisation du potentiel stratégique des PME, en termes de création de nouvelles valeurs économiques et d’emplois, n’a pas été historiquement une priorité. Ce retard a conduit les politiques publiques à mettre en œuvre ces dernières années une série de dispositions institutionnelles et incitatives pour soutenir et encourager les PME les plus dynamiques. Ces mesures de soutien, bien qu’importantes et nécessaires, ont eu néanmoins un impact limité. L’actualité économique confirme la décadence du secteur industriel marocain et la dégradation continue des exportations liées à une perte de compétitivité de nos PME face aux importateurs.

Pourtant, et en dépit des difficultés de contexte, certaines PME affichent des taux de croissance supérieurs à la moyenne même dans des activités arrivés à maturité. Ils contribuent d’une manière disproportionnée à la croissance économique et à l’emploi. La PME à forte croissance reste néanmoins méconnue des chercheurs et des décideurs.

Pourquoi et comment ces PME réussissent leur croissance ? Peut-on parler d’un modèle économique de la PME à forte croissance ? Pour que ces PME demeurent un élément moteur de la croissance, il est important dans la perspective de la politique publique de comprendre les défis et les obstacles auxquels elles se heurtent lorsqu'il s’agit de maintenir leur croissance. Aussi, dans un contexte de « rattrapage réglementaire » et en l’occurrence au Maroc, on est conduit à s’interroger : quel soutien est souhaitable et praticable pour permettre l’émergence de PME dynamiques confrontées aux nouvelles conditions concurrentielles ?

 La réflexion sur les facteurs clés qui participent de la croissance des PME a porté en outre l’attention sur la capacité de l’environnement social et culturel à favoriser l’émancipation des PME. C’est ainsi que certains travaux expliquent la présence moins forte de moyennes entreprises en France, comparativement à ses voisins au Royaume-Uni et en Allemagne, par une culture nationale défavorable. Dans quelle mesure les facteurs d’environnement seraient déterminants de la propension à croître ? Peut-on agir sur ces facteurs ?

Ces interrogations, que la tenue de ce colloque permettra d’explorer, pose des problématiques qui dépassent le champ des sciences de gestion et gagnent à être également analysée sous l’angle d’autres champs disciplinaires (économie, mais aussi droit, science politique, psychologie, sociologie, ethnologie, géographie, histoire). Sans récuser les débats fondamentaux entre explications déterministes et volontaristes sous-jacents à la problématique de la croissance, il s’agit de dépasser ces oppositions et d’inscrire l’analyse dans un questionnement général sur la construction de la croissance en PME.

Dans cette optique, et considérant l’importance des discussions que nous voulons susciter, les projets de communication gagneront en pertinence s’ils s’inscrivent dans un des axes qui structurent la thématique générale du colloque :

  • Stratégies et pratiques des PME à forte croissance
  • Valeurs et vision des dirigeants de PME à forte croissance
  • PME familiales : les rapports à la croissance
  • Croissance et changement organisationnel en PME
  • Environnement social et culturel et propension à la croissance des PME
  • Innovation et croissance des PME
  • Le rôle des NTIC et des ressources humaines dans la croissance des PME
  • Entrepreneuriat international et croissance des PME
  • Les politiques de soutien à la croissance des PME
  • Les dynamiques de financement de la croissance des PME

Ce colloque sera l’occasion de recueillir des témoignages d’entrepreneurs qui ont réussi et étendu leurs activités, de faire dialoguer des universitaires, les acteurs publics et privés. L’objectif étant de faire connaître ce qu’est la PME à forte croissance, faire ressortir ses principales caractéristiques et celles de leurs dirigeants, dégager les risques et enjeux liés au maintien de sa croissance. Ce colloque se veut une contribution à une réflexion sur les champs d’action les plus pertinents pour favoriser la croissance de nos PME.

Les communications peuvent porter sur des aspects théoriques, empiriques ou méthodologiques. Le conseil scientifique étudiera les propositions de communication en prêtant attention à la fois à leurs qualités théoriques ou empiriques. Aucun champ théorique n’est a priori privilégié et toute proposition s’insérant dans le champ large des sciences sociales sera scrupuleusement étudiée.

FORMAT DES PROPOSITIONS DE COMMUNICATIONS ET DATES LIMITES

Les projets de communications devront parvenir au comité scientifique avant le 15 août 2009 à l’adresse suivante : grefso.cadiayyad@gmail.com Ils seront envoyés sous la forme d’un résumé de deux pages maximum. Ils préciseront le statut et coordonnées professionnelles des auteurs, la problématique, la méthodologie adoptée et une bibliographie sélective.

Les intentions de communications seront évaluées par le comité scientifique. Les auteurs seront informés des décisions du comité avant le 11 Septembre 2009.

Les textes définitifs des communications retenues doivent parvenir au comité d’organisation du colloque, selon les mêmes modalités que pour l’envoi des propositions, au plus tard le 26 Octobre 2009. Le document final comprendra les coordonnées du (des) auteur(s) sur une page de garde, le résumé (en français et en anglais) du texte sans le(s) auteur(s) sur une deuxième page, le texte, les références bibliographiques et les annexes. Prévoir 20 pages maximum, en Times New Roman 12, interligne simple.

Les versions power point des communications retenues devront être envoyées par mail, au plus tard, le 05 Novembre 2009.

Les communications retenues feront l’objet d’une nouvelle évaluation, après le colloque, en vue de leur publication dans un ouvrage collectif.

ATELIER DOCTORAL

En marge du colloque, un atelier doctoral sera ouvert aux doctorant(e)s qui travaillent sur les axes du colloque ci haut énumérés. L’atelier doctoral sera organisé en une demi journée. Les doctorant(e)s souhaitant participer à l’atelier doctoral, sont invité(e) s à soumettre un document de 2 pages résumant la problématique de la recherche, la méthodologie, les difficultés rencontrées ou pressenties et les résultats attendus. Le comité scientifique retiendra un maximum de huit (8) projets.

Envoi des propositions pour l’atelier doctoral à l’adresse: grefso.cadiayyad@gmail.com avant le 25 juillet 2009. Décisions du comité scientifique avant le 5 septembre 2009.

Les doctorant(e)s dont les propositions sont retenues par le comité scientifique, auront à soumettre un document de 10 à 15 pages, détaillant la problématique de la recherche, la méthodologie, les difficultés rencontrées ou pressenties et les résultats attendus, au plus tard le 5 octobre 2009.

Comité scientifique provisoire

  • Brahim ALLALI (HEC, Montréal)
  • Belkacem AMAMOU (Université Hassan 1er - Oujda)
  • Houdaifa AMEZIANE (ENCG, Université Abdelmalek Essaâdi - Tanger)
  • Abdelmajid AMINE (IRG- Université Paris XII)
  • Chafik BENTALEB (LAREGO- Université Cadi Ayyad, Marrakech)
  •  Gérard CLIQUET (IGR-IAE, Université de Rennes 1) À confirmer
  • Ahmed GRAR (GREFSO- Université Cadi Ayyad, Marrakech)
  • Gérard HIRIGOYEN (IRGO- Université Montesquieu Bordeaux IV)
  • Abdenbi LOUITRI (GREFSO- Université Cadi Ayyad, Marrakech)
  • Jean-Louis RASTOIN (UMR-MOISA, Université de Montpellier 1) À confirmer
  • Sidi Mohamed RIGAR (GREMID – Université Cadi Ayyad, Marrakech)
  • Mohamed Larbi SIDMOU (E-QUALIMAT – Université Cadi Ayyad, Marrakech)

 Comité d’organisation

  • Sara BENTEBBAA (Doctorante – GREFSO)
  • Soufiane CHRAIBI (Doctorant –LAREGO)
  • Abderrahim FEKARI (GREFSO- Université Cadi Ayyad, Marrakech)
  • Ahmed GRAR (GREFSO- Université Cadi Ayyad, Marrakech)
  • Mahamane HARO WADAH (Doctorant – GREFSO)
  • Anas HATTABOU (Doctorant – GREFSO)
  • Abdenbi LOUITRI (GREFSO- Université Cadi Ayyad, Marrakech)
  • Sidi Mohamed RIGAR (GREMID – Université Cadi Ayyad, Marrakech)
  •  Doha SAHRAOUI (Doctorante – GREFSO)
  • Fabrice SHURWERYIMANA (Doctorant –GREFSO)
  • Mustapha ZAHIR (Doctorant –GREFSO)

CONDITIONS GENERALES D’ACCUEIL

La participation au colloque est sans frais. Le Comité d’organisation ne prend pas en charge le séjour et le transport des participants.

Les participants qui financent eux-mêmes leur séjour et ceux qui sont financés par un organisme règleront directement leur facture à l’hôtel.

Les déjeuners du jeudi 12 et vendredi 13 novembre 2009 sont pris en charge par le colloque. Un dîner de gala sera également offert aux participants le jeudi 12 novembre 2009.

 Possibilités pour le post-colloque

Nature et découverte

• Terres d’Amanar est un parc de loisir qui se trouve à 20 km de Marrakech. Il offre des services de restauration, de loisir, et diverses activités en pleine nature du haut Atlas. www.terresdamanar.com

• Beldi Country club est une ferme de rose organisé comme un douar (petit village marocain). Un restaurant avec terrasse et une piscine en forme de bassin au milieu des oliviers et des palmiers. Divers salons (musique/TV/ thé…), un SPA, un tennis, des restaurants, piscines, et jardins qui répondent aux attentes des uns et des autres. www.beldicountryclub.com

SPA et Massages : plusieurs centres offrent leurs services à Marrakech notamment au sein des hôtels.

• Kenzi farah : Hôtel 5 étoiles www.kenzi-hotels.com • Ryad Mogador : Hôtel 5 étoiles www.ryadmogador.com

 • Les bains de Marrakech www.lesbainsdemarrakech.com

Pour des séjours dans le désert

Atlas voyages, agence spécialisée dans les voyages organisés, séjours et circuits à la carte. www.atlasvoyages.com

Catégories

Lieux

  • Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales
    Marrakech, Maroc

Dates

  • samedi 15 août 2009
  • samedi 25 juillet 2009

Fichiers attachés

Mots-clés

  • PME, croissance, construction de la croissance, développement, témoignages

Contacts

  • Haro Wadah
    courriel : ha [dot] wadah [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Haro Wadah
    courriel : ha [dot] wadah [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La construction de la croissance des PME », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 19 juin 2009, http://calenda.org/197451