AccueilPaysage et environnement : quelle(s) mutation(s) des projets d'aménagement ?

*  *  *

Publié le lundi 29 juin 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

Ce numéro d’Espaces et sociétés souhaite établir l’actualité dans les projets d’aménagement des mutations générées à la fois par les incitations des politiques publiques de paysage et par les enjeux écologiques et sociaux chapeautés par l’appellation de durabilité. À l’échelle de la planification, projets de paysage et environnementaux réactualisent des figures telles que ceintures vertes, corridors biologiques, trames vertes, etc., afin de préserver les espaces ouverts tout en permettant le développement urbain. Par ailleurs, le projet de paysage est présent à d’autres échelles et dans des cadres institutionnels où l’écologie joue aussi un rôle important. Que se passe-t-il lorsque les différentes logiques territoriales de la planification et du projet se rencontrent ? L’approche des infrastructures et des réseaux en termes de paysage réoriente l’attention de l’aspect utilitaire des projets vers la dimension qualitative du déplacement. Si la thématique des espaces publics est familière au paysagisme, comment prend-elle en charge les préoccupations environnementales ? Nous souhaitons recueillir des exemples de situations d’aménagement, dans divers contextes nationaux ou internationaux, où de telles questions se rencontrent et en analyser les effets.

Annonce

Appel à articles

Dans les situations actuelles de l’aménagement, les municipalités ou les communautés urbaines tentent d’articuler les centres historiques aux périphéries, puis celles-ci aux territoires agricoles lorsqu’ils ne s’insinuent pas dans les mailles d’une urbanisation devenue diffuse. Elles tentent également de tirer parti des dernières opportunités foncières offertes par les délocalisations d’équipements hors de la ville historique, d’amender les territoires dédiés au logement social, de reconsidérer la place et le rôle des infrastructures sur le territoire.

Du point de vue de l’action, ces situations débouchent sur des questions de paysage, si l’on considère que l’une des définitions du projet de paysage consiste en « l’art de la relation ». Elles demandent d’articuler le construit avec les espaces ouverts dans un continuum qui fasse sens ; c’est une caractéristique supplémentaire du paysage. Les nouveaux programmes urbains favorisent en même temps l’émergence de nouvelles ingénieries dans les domaines de l’écologie et de l’environnement, qui prétendent elles aussi rétablir les structures d’une relation heureuse des agglomérations à leur territoire.     

À l’échelle de la planification, projets de paysage et projets environnementaux réactualisent des figures telles que ceintures vertes, corridors biologiques, trames vertes, etc., afin de préserver les espaces ouverts tout en permettant le développement urbain. Le schéma directeur de la Région Île-de-France de 2007 en fournit un excellent exemple. Il met en place une logique de cadrans, de faisceaux et d’espaces ouverts qui procureraient un support pour les projets de paysage. Par ailleurs, le projet de paysage est présent à d’autres échelles à travers les chartes paysagères dans des cadres institutionnels, notamment les Parcs naturels régionaux, où l’écologie joue aussi un rôle important dans la planification territoriale.    

Que se passe-t-il lorsque les différentes logiques territoriales de la planification régionale et de la planification urbaine rencontrent le terrain ? Comment projets de paysage et projets environnementaux font-ils face au morcellement des maîtrises d’ouvrage et des cultures techniques de leurs représentants ? Quelle place les professionnels de l’aménagement accordent-ils à l’articulation des échelles ? La gestion des écarts d’échelle serait, selon certains paysagistes, l’une des règles de leur pratique. La valeur du projet, quelle que soit son échelle d’exécution, tiendrait notamment dans sa capacité à convoquer simultanément la grande et la petite échelle. Les ingénieurs écologues, quant à eux, favorisent une stratégie de l’équivalence de l’action à toutes les échelles : chacun pourrait, à sa modeste échelle, participer d’un vaste programme de renaturation de la ville dont la forme s’exprimerait, à défaut d’une restructuration effective des territoires, par des chartes de comportements écologiquement vertueux.
   
L’approche des infrastructures et des réseaux en termes de paysage réoriente l’attention de l’aspect utilitaire des projets vers la dimension qualitative du déplacement et la matérialité des infrastructures de l’urbain. Aux USA, à la fin des années 1990, le landscape urbanism engage à s’atteler à la redéfinition de la sphère publique, c’est-à-dire à construire de nouveaux espaces ouverts à l’usage public, sans pour autant reproduire les modèles canoniques de l’espace public urbain. Il s’adresse à un grand territoire qui combine enjeux privés et publics. En Europe, depuis une vingtaine d’années, les programmes d’espaces publics, majoritairement mais non exclusivement urbains, ont été investis très largement par les paysagistes.
   
Si la thématique des espaces publics se conjugue de longue date à celle du paysagisme, comment cette thématique prend-elle en charge les préoccupations environnementales ? Du côté de la recherche, on constate une demande grandissante de prise en compte des phénomènes urbains dans les recherches environnementales et, réciproquement, de l’environnement dans les recherches urbaines. Plusieurs programmes de recherche ont été récemment initiés à l’interface des recherches environnementales et des recherches urbaines. Le programme interdisciplinaire « Ville et Environnement » du CNRS, le programme « Ville durable » de l’Agence nationale de la recherche, en sont deux exemples récents. Mais, sur le terrain, c’est souvent sur la question de l’espace public que paysagistes et écologues divergent. Il serait utile de cerner ici les éventuels points de croisement ou de divergence significatifs entre ces deux points de vue. 

Objectif du numéro

La prise en considération actuelle des enjeux écologiques et sociaux, chapeautés par l’appellation de durabilité ainsi que les incitations des politiques publiques nationales et européennes à accorder toute sa place au paysage continuent à générer ça et là des réorientations, à reconsidérer des méthodes de projet, à encourager l’innovation et le renouvellement  dans le domaine de l’aménagement.
   
Le présent numéro souhaite faire le point sur ces mutations et en établir l’actualité. Il cherchera ainsi à recueillir des exemples de situations d’aménagement, dans divers contextes nationaux ou internationaux, où les questions ci-dessus évoquées peuvent se rencontrer et produire des mutations (ou engendrer des inerties) dans les logiques de conception des projets. Plus généralement, il s’agira d’interroger la rencontre des discours et des pratiques de projet sur le paysage, l’environnement et la biodiversité, et d’en analyser les effets.
   
Cet appel à article s’adresse aux chercheurs en sciences sociales et en sciences du vivant ainsi qu’aux professionnels impliqués dans le domaine de l’aménagement et désireux d’analyser les enjeux des transformations de leurs pratiques professionnelles.

COORDINATION DU DOSSIER

Frédéric Pousin et Denis Delbaere

CALENDRIER

  • 21 décembre 2009 : date limite de remise des articles
  • 15 mars 2010 : informations aux auteurs

ADRESSE POUR LA CORRESPONDANCE

de préférence en version électronique par courriel

frpousin@univ-paris1.fr
denis.delbaere@linterlieu.fr

ou par voie postale en quatre exemplaires :
Frédéric Pousin
E.H.G.O.
13 rue du four
75006 Paris

Attention, dorénavant la revue ne demande plus de propositions d’articles mais directement les articles.
Les articles ne dépasseront pas 42 000 signes (espaces compris) en incluant : texte, notes, références bibliographiques, annexes, mais hors résumés.
Les conseils aux auteurs figurent dans chaque numéro.
Les normes de présentation et les conseils aux auteurs sont disponibles sur le site de la revue :
http://www.espacesetsocietes.msh-paris.fr

Dates

  • lundi 21 décembre 2009

Fichiers attachés

Mots-clés

  • aménagement, paysage, environnement, projet, planification

Contacts

  • Joëlle Jacquin (secrétaire de rédaction d'Espaces et Sociétés) ~
    courriel : espacesetsocietes [at] msh-paris [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Joëlle Jacquin
    courriel : joelle [dot] jacquin [at] paris-valdeseine [dot] archi [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Paysage et environnement : quelle(s) mutation(s) des projets d'aménagement ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 29 juin 2009, http://calenda.org/197487