AccueilMusiques actuelles : un pas de côté

Musiques actuelles : un pas de côté

Revue Copyright Volume

*  *  *

Publié le dimanche 26 décembre 2004 par Pierre Mercklé

Résumé

Appel à contributions, revue Copyright Volume.

Annonce

Appel à publication pour un numéro de la revue Copyright Volume.

Musiques actuelles et problématiques plastiques

Titre du numéro : « Musiques actuelles : Un pas de côté »

Appel à contribution

La spécialité de Master (ex DESS) « Direction d’équipements et de projets dans le secteur des musiques actuelles et amplifiées » de l’université d’Angers coordonne un numéro de Copyright Volume ! consacré à la littérature en direction de ce secteur professionnel et d’interventions culturelles publiques.

Ce numéro répond pour nous à une nécessité directement liée au niveau de développement aujourd’hui atteint par ce secteur. Historiquement en effet, la cause des musiques actuelles a été soutenue par une série de travaux portant sur les pratiques culturelles ainsi que sur les difficultés et limites des politiques publiques de la culture. Leur diffusion a nourri une forme de réflexivité permettant de juger des mesures passées et de rechercher des orientations ou des modes d’action relativement inédits (nouveaux lieux, nouveaux rapports à la création artistique, « émergences », pratiques en amateur, etc.). Le secteur des musiques actuelles témoigne en outre de la forte emprise qu’exerce tout particulièrement en France l’orientation des politiques publiques sur les réflexions qui le concernent. Récemment intégré au domaine des politiques culturelles, doté d’une légitimité encore contestée et, pour ces raisons, plus fragile que ses prédécesseurs, il semble singulièrement marqué par la volonté de mobiliser en faveur de sa cause les recherches qui le concernent. Le souci de reconnaissance qui anime ses acteurs a ainsi tendu à multiplier les formes savantes de mobilisation (colloques, forums, journées d’étude, états des lieux, etc.) où les musiques actuelles ont été souvent appréhendées à travers des problématiques relatives à la formation, à l’aménagement du territoire, à la citoyenneté, etc.

Il nous semble donc important aujourd’hui, dans l’esprit de cette spécialité de Master (et comme l’ont souhaité les organisations professionnelles qui en sont à l’origine, Trempolino et la Fédurok), de prendre maintenant un peu de distance avec les enjeux du secteur et de travailler plus à le questionner qu’à plaider sa cause ou à fournir plus ou moins explicitement des arguments à ses représentants.

Constitué d’une grande diversité de configurations socio-institutionnelles (structures associatives, collectivités territoriales, entreprises privées concernant des activités différentes comme la diffusion, les structures de répétition musicale, les résidences d’artiste, la production de spectacle et de festival, la formation musicale...), le secteur des musiques actuelles amplifiées est traversé par différentes logiques (artistique, culturelle, socio-culturelle, marchande, publique, politique, technologique...) dont la cohérence est parfois faible. S’il possède ses spécificités, il est aussi structuré par des transversalités qui le différencient peu ou guère des domaines généraux du spectacle vivant et des politiques culturelles. Enfin, la référence aux « musiques actuelles » renvoie à la labellisation par les autorités publiques d’un champ d’intervention culturelle dont l’expression qui le désigne occulte l’hétérogénéité de ce qu’il contient.

C’est pourquoi, par delà la pertinence de cette cause et la forme souvent féconde d’un engagement musical transformé en thème de recherche, nous souhaiterions ici nous écarter d’une certaine complicité unissant chercheurs et acteurs de terrain. Le titre de ce numéro « Musiques actuelles : Un pas de côté » doit donc être lu comme un appel à des contributions émanant de chercheurs soit, non familiers de la cause des musiques actuelles, soit, débordant largement ce seul domaine, soit encore, souhaitant à cette occasion moins interroger les autorités publiques que les acteurs et militants de ces musiques. Mais nous avons aussi pour ambition en sollicitant ces regards décalés, distants ou différents d’être malgré tout utiles et, à cette occasion, en mesure d’interroger pertinemment les organisations et acteurs professionnels.

Le comité de pilotage de la formation sera sensible à des contributions provenant de spécialistes d’autres disciplines artistiques ou d’autres champs d’interventions culturelles, ainsi qu’à celles proposées par des jeunes chercheurs (3ème cycle et doctorant) travaillant sur le spectacle vivant, le secteur artistique et culturel, plus globalement sur les domaines des organisations (économie solidaire, développement local...) et de l’action publique. La seule exigence eu égard au profil de l’auteur est le fait qu’il ne soit pas (ou faiblement) inscrit dans le milieu professionnel des musiques actuelles. Au-delà, aucun critère d’âge, de domaine d’études, de discipline ou d’activité... ne saurait a priori être discriminant dans le choix du comité de pilotage.

Les thématiques proposées :

  • Lieux et les territoires
  • Les communications peuvent porter sur des éléments de connaissances et des interrogations relatives à l’aménagement du territoire, à l’urbanisme mais aussi à l’architecture, la scénographie, l’acoustique, l’accueil du public...

Arts et cultures

Les communications peuvent intégrer des interrogations concernant le domaine du spectacle vivant et la culture ainsi que les politiques publiques de la culture, l’élaboration d’un projet artistique et culturel et des expériences de conceptions de projets artistiques et culturels innovants, les différentes formes de relations entre des artistes et des équipements, des approches relatives aux liens entre musiques populaires et savantes...mais aussi entre les arts plastiques et la musique...

Les personnels et les outils de gestion

Les communications peuvent porter par exemple sur l’adéquation des équipes, des moyens et des projets, elles peuvent alors provenir de disciplines telles que le droit, la gestion, la comptabilité, les ressources humaines, elles peuvent être liées au domaine culturel mais sans restriction à celui-ci...

Calendrier

  • Date de rendu des projets : début mars 2005
  • Date de décision du comité de pilotage et du comité de lecture des articles proposés : début avril 2005
  • Date de rendu des articles : 15 juillet
  • Date de parution de Volume septembre : 2005

Les propositions doivent comporter clairement le nom, l’adresse électronique, la structure de rattachement ou le statut de l’auteur, un titre, la problématique, la méthodologie et une bibliographie succincte. Les déclarations d’intention (une à deux pages) doivent être envoyées dès que possible à :
-  Philippe Teillet : philippe.teillet*univ-angers.fr (remplacer * par @)
-  Damien Tassin : dam.tassin*free.fr (remplacer* par @)

Afin d’aider les contributeurs, nous indiquons les principales thématiques qui structurent le référentiel de la formation ainsi qu’une présentation rapide de ce Master et ses principaux objectifs pédagogiques. Une journée d’étude réunissant les contributeurs de cette publication est actuellement en projet.

Présentation de la formation

C’est à l’initiative d’acteurs associatifs du secteur des musiques actuelles amplifiées (Fédurok, fédération nationale de lieux de musiques amplifiées et actuelles et Trempolino, association régional des musiques actuelles/amplifiées des Pays de la Loire) qu’à été initiée la création du DESS de "Direction d’Equipements et de projets dans le secteur des musiques actuelles et amplifiées" dirigé par M. Philippe Teillet, Maître de conférences en science politique à l’université d’Angers. Cette formation entame sa troisième promotion (19 stagiaires dont 4 en formation initiale) qui doivent à l’issu du cursus (4 j par mois pendant 18 mois et 60 intervenants) faire face aux enjeux de ce secteur et saisir sa complexité en développant les compétences professionnelles suivantes :

-  inventer les modalités d’interventions qu’imposent les spécificités du secteur.

Les stagiaires doivent être en mesure de réaliser des diagnostics selon des registres différents (artistique, technique, administratif) en prenant en compte les logiques des acteurs du secteur. Pour apporter des réponses pertinentes en terme de projets, ils auront à se confronter aux ruptures générationnelles, aux références esthétiques, aux publics... c’est à dire à la diversité des intermédiaires qui constituent ce secteur comme le public, les praticiens, les apprenants, les artistes professionnels, les sociétés civiles... Les apprentissages reposent alors sur des liens étroits entre des enseignements pratiques et théoriques, des analyses, des réflexions et des confrontations avec la diversité des expériences sociales et professionnelles. La prise en compte de ces éléments aboutie à des projets spécifiques se distanciant des propositions culturelles ou artistiques "standards".

-  adopter des positions claires dans le cadre des politiques publiques du secteur.

A la croisée de préoccupations diverses (rayonnement local, politique de la ville, aménagement du territoire, développement économique, nouvelles technologies), les musiques actuelles et amplifiées ont été souvent sommées de répondre à des attentes multiples tant des praticiens, amateurs professionnels ou en voie de professionnalisation, des publics, des entrepreneurs de spectacle, des médias, des élus locaux, des responsables d’administration culturelles...

Face à ces sollicitations, les stagiaires doivent disposer de solides compétences pour intervenir en véritable partenaire et organiser des collaborations pertinentes afin de définir leur contribution à des missions d’intérêt général, voire à la mise en oeuvre de missions de service public. Ce positionnement exige ainsi la maîtrise du cadre législatif et réglementaire et doit contribuer à la professionnalisation du secteur pour dépasser les situations observées où la précarité économique et le manque de respect de la légalité côtoient la fragilité identitaire des structures de terrain.

Catégories

Lieux

  • Angers, France

Dates

  • mardi 01 mars 2005

Mots-clés

  • culture, musique

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Musiques actuelles : un pas de côté », Appel à contribution, Calenda, Publié le dimanche 26 décembre 2004, http://calenda.org/197685