AccueilActualité de la « psychohistoire »

*  *  *

Publié le mardi 08 février 2005 par Pierre Mercklé

Résumé

« Actualités de la "psychohistoire" : Uchronie et space opera, histoire longue durée et anthropologie évolutionniste, philosophie de l’histoire » Appel à communications, Paris, ENS, lundi 16 mai 2005

Annonce

Le groupe SFPhi (Science-Fiction-Philosophie) du Département d’Etudes Cognitives (ENS) et de l’Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques (CNRS/Paris1/ENS)

organise à l’Ecole Normale Supérieure (Paris) un atelier lundi 16 mai sur le thème :

« Actualités de la "psychohistoire" : Uchronie et space opera, histoire longue durée et anthropologie évolutionniste, philosophie de l’histoire »

La science-fiction est souvent vue comme une spéculation sur le progrès technique ou les théories des sciences naturelles. Pourtant, de nombreuses œuvres de science-fiction sont des spéculations sur les savoirs produits par les sciences humaines, que ce soit les uchronies qui s’interrogent sur les possibilités ouvertes par la victoire d’Hannibal ou la découverte de l’Amérique par les Vikings, les space-opera qui imaginent l’évolution de méga-entités politiques ou encore les œuvres de hard science qui spéculent sur les rapports entre progrès techniques et évolution historique.

Peut-être parce qu’elle est une spéculation d’abord enthousiaste sur la science, la science-fiction a souvent mis en avant l’idée de déterminisme historique et de convergences évolutives. Alors que les grandes théories comme celles de Condorcet ou de Toynbee sont tombées en désuétude, les auteurs de science-fiction continuent à jouer avec ces possibilités et certains chercheurs, en économie, en archéologie, en sciences politiques renouvellent cette approche.

Un demi-siècle après Fondation d’Isaac Asimov et son idée de la psychohistoire, science capable de prévoir l’évolution des sociétés à grande échelle par la combinaison de la psychologie et des mathématiques, qu’en est-il du rapport de la science-fiction à cette idée d’évolution historique ? La science-fiction peut-elle être une philosophie de l’histoire et offrir un espace de spéculation scientifique sur cette question ?

L’appel s’adresse en priorité aux étudiants et aux chercheurs en sciences humaines lisant de la science-fiction et non à des spécialistes en science-fiction : il ne s’agit pas d’un atelier sur les œuvres de science-fiction, mais sur les idées scientifiques et philosophiques développées dans les œuvres de science-fiction contemporaines. Les contributions, qui dureront 20 minutes et seront suivies de 20 minutes de discussion, s’attacheront à discuter la pertinence (méta)scientifique de la science-fiction contemporaine en examinant les rapports entre une (ou des) œuvre(s) de science fiction et la recherche en sciences humaines.

Les propositions doivent comporter un titre, un résumé (entre 10 et 30 lignes), l’affiliation institutionnelle et/ou science-fictive du participant. Elles sont à envoyer jusqu’au dimanche 20 février. Nous adresserons notre réponse le 6 mars au plus tard.

-ENS 45, rue d'Ulm 75005 Paris
-Lundi 16 mai 9h30-18h
-Contact : [nicolas.baumard@free.fr->nicolas.baumard@free.fr]

Lieux

  • ENS - 45, rue d'Ulm
    Paris, France

Dates

  • dimanche 20 février 2005

Mots-clés

  • littérature

URLS de référence

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Actualité de la « psychohistoire » », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 08 février 2005, http://calenda.org/197721