AccueilLes frontières à l'épreuve des sciences sociales

*  *  *

Publié le lundi 28 février 2005 par Pierre Mercklé

Résumé

L’objectif de la journée est de décentrer le regard sur les frontières. Au lieu de les considérer comme des lignes juridiques, extrémités d’un territoire définissant des régions et des populations instrumentalisées dans des entités nationales, il s’agit de s’en rapprocher : de prendre pour objet les mutations des régions et les dynamiques des populations frontalières. Journée-séminaire organisée par Alain Battegay (sociologue, GREMMO) et Nadine Méouchy (historienne, GREMMO). Journée d'études, Lyon, Maison de l'Orient, vendredi 18 mars 2005, 9h45-17h.

Annonce

Journée-séminaire organisée par Alain Battegay (sociologue, GREMMO) et Nadine Méouchy (historienne, GREMMO)

L’objectif de la journée est de décentrer le regard sur les frontières. Au lieu de les considérer comme des lignes juridiques, extrémités d’un territoire définissant des régions et des populations instrumentalisées dans des entités nationales, il s’agit de s’en rapprocher : de prendre pour objet les mutations des régions et les dynamiques des populations frontalières.

La frontière n’est alors plus seulement considérée comme une ligne de démarcation étanche qui séparerait des ensembles désormais distincts, n’entretenant plus de liens entre eux. Les espaces frontières sont traversés par des circulations transfrontalières, et les populations frontalières recomposent des liens qui ne sont pas complètement enclavés par ces frontières. Alors que les Etats centraux sont souvent inquiets des loyautés de leurs périphéries, les frontières sont productrices d’altérités en partie liées à des renouvellements identitaires. La question des frontières soulève des questions de divers ordres, par exemple :

  • Comment les régions que ces frontières partagent, se reconfigurent-elles à différents moments de leur histoire (passage de l’Empire ottoman à des Etats nationaux au Moyen-Orient, implosion de l’URSS et redéfinitions des frontières nationales dans les Balkans) ?
  • Quelles sont les stratégies d’adaptation de populations qui se trouvent soit exclues du projet d’Etat national soit incluses de force, et qui doivent faire avec les données et les composantes du terrain périphérique ?
  • Quels sont les enjeux identitaires et politiques des nominations (ethnonymes, toponymes) des groupes et des espaces frontières pris dans les logiques nationales ?
  • Autour des conséquences de la création des frontières nationales et des enjeux identitaires du territoire, se greffent et se renouvellent des oppositions anciennes (nomades/sédentaires, majorité/minorités, centre/périphérie, chrétiens/musulmans, etc). Comment les mémoires individuelles et collectives traduisent-elles le fait identitaire accompli et comment recentrent-elles sans cesse les périphéries ?

Telles sont quelques-unes des questions qui occuperont ce séminaire d’une journée.

  • La matinée sera consacrée à une région frontière entre Syrie, Turquie et Irak, région abordée au moment de la constitution des lignes de partage, c’est-à-dire après la chute de l’Empire ottoman.
  • L’après-midi sera consacrée à des approches s’inscrivant dans différentes perspectives disciplinaires (histoire politique, géographie, anthropologie, sociologie) et traitant des frontières en Palestine, dans les Balkans et en Afrique Centrale.

Séance 1 : Frontières nationales et territoires de l’identité

Étude de cas : entre Syrie, Turquie et Irak

  • 9h 45 - Présentation : Nadine Méouchy
  • 10h - La Cilicie française : stratégie d’occupation de territoires et création de nouvelles frontières - Vahé Tachjian
  • 10h 20 - Notion de frontière et identité du territoire dans la société plurielle des Mardinlis - Fadime Deli
  • 10h40 - La « construction » du Sandjak d’Alexandrette - Nadine Méouchy
  • 11h - Le mouvement autonomiste de la Djézireh syrienne à l’épreuve des solidarités transfrontalières (1936-1946) - Jordi Tejel
  • 11h 30-12h30 - Débat

Séance 2 : La notion de frontière à la croisée des disciplines et des terrains

  • 14h15 - Présentation : Alain Battegay
  • 14h30 - Les frontières de Palestine entre le politique, le militaire, le vécu - Jean-François Legrain
  • 15h - Approches en géographie de la notion de frontière. L’espace frontière - Karine Bennafla
  • 15h30 - Les populations frontières : parcours et assignations identitaires des Mégleno-Roumains - Dominique Belkis
  • 16h-17h - Débat

Date : vendredi 18 mars 2005, de 9h45 à 17h
Lieu : Maison de l'Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux - salle 2.2 - 7, rue Raulin, 69007  Lyon. - Téléphone : 04.72.71.58.48 ou 58.43
Cette journée d'études est organisée par le GREMMO (Groupe de recherches et d'études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient) - UMR 5195 - Université Lumière Lyon 2 - CNRS

Lieux

  • Maison de l'Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux
    Lyon, France

Dates

  • vendredi 18 mars 2005

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les frontières à l'épreuve des sciences sociales », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 28 février 2005, http://calenda.org/197728