AccueilUniversité populaire de Lyon

Université populaire de Lyon

Programme 2005-2006

*  *  *

Publié le mercredi 03 août 2005 par Pierre Mercklé

Résumé

Début des cours le vendredi 26 septembre 2005, Lyon, lycée Diderot

Annonce

Liste des cours et des enseignants :

  • Daniel Colson : « Anthropologie et philosophie : l’anarchisme et les brèches de l’histoire » (du 26 septembre au 28 novembre 2005, lundi, 19h-21h) - Philosophie et Histoire
  • Emmanuel Dockès : « Le droit du travail : un instrument de résistance menacé  » (du 27 septembre au 6 décembre 2005, mardi, 18h30-20h30) - Droit du travail et Syndicalisme
  • Keith Dixon : « Néolibéralisme et résistances en Grande-Bretagne » (du 28 septembre au 14 décembre 2005, mercredi, 18h30-20h30) - Civilisation britannique et Science politique
  • Tanguy Wuillème : « Le héros, le contemplatif et le travailleur » (du 5 décembre 2005 au 27 mars 2006, lundi, 19h-21h) - Philosophie et Sciences de la communication
  • Brigitte Le Grignou : « Résistances des publics à la culture de masse » (du 13 décembre 2005 au 14 février 2006, mardi, 18h30-20h30) - Sociologie des médias et Science politique
  • Philippe Corcuff : « Y a-t-il encore une place pour les héros dans notre monde ? Eclairages philosophiques et sociologiques sur les fragilités contemporaines » (du 25 janvier au 19 avril 2006, mercredi, 19h-21h) - Sociologie et Philosophie
  • Jean-Pierre Bobillot et Daniel Leclerc : « Résistances et figures héroïques dans la littérature et les arts modernes et contemporains européens » (du 7 mars au 6 juin 2006, mardi, 18h30-20h30) - Histoire de l’art, Littérature et Poésie
  • David Garibay : « Histoire des relations internationales : la diffusion du néolibéralisme dans le Sud en général et en Amérique Latine en particulier » (du 3 avril au 26 juin 2006, lundi, 19h-21h) - Histoire des relations internationales et Science Politique
  • Sophie Béroud : « Théories et pratiques autogestionnaires » (du 10 mai au 28 juin 2006, mercredi, 19h-21h) - Sociologie des mouvements sociaux et Science politique

Résistances ordinaires et figures héroïques : le thème de l’Université Populaire de Lyon en 2005-2006

Par Philippe Corcuff

« La curiosité est un vice qui a été stigmatisé tour à tour par le christianisme, par la philosophie et même par une certaine conception de la science. Curiosité, futilité. Le mot, pourtant, me plaît ; il me suggère tout autre chose : il évoque le "souci" ; il évoque le soin qu’on prend de ce qui existe et pourrait exister ; un sens aiguisé du réel mais qui ne s’immobilise jamais devant lui ; une promptitude à trouver étrange et singulier ce qui nous entoure ; un certain acharnement à nous défaire de nos familiarités et à regarder autrement les mêmes choses ; une ardeur à saisir ce qui se passe et ce qui passe (...) je crois qu’il ne faut pas confondre la critique utile contre les choses avec les jérémiades répétitives contre les gens. » Michel Foucault, « Le philosophe masqué », avril 1980.

L’Université Populaire de Lyon se propose de soumettre à la discussion critique du public des interrogations et des savoirs issus du monde de l’Université et de la Recherche. Nous privilégions les savoirs critiques, c’est-à-dire ceux qui mettent en cause les préjugés, questionnent les évidences, dévoilent les inégalités et les rapports de domination. Cette dimension critique participe de l’utilité citoyenne d’une Université Populaire, à l’opposé de l’utilitarisme marchand si présent dans nos sociétés. L’Université Populaire de Lyon n’est donc pas neutre vis-à-vis des oppressions et des injustices. Elle est, en un sens non étroitement partisan, engagée.

L’Université Populaire de Lyon participe donc aux diverses résistances qui se manifestent face aux dominations et aux injustices, en particulier (mais non exclusivement) contre le rouleau compresseur néolibéral qui s’abat sur le monde depuis le début des années 1980. L’Université Populaire de Lyon considère, avec la galaxie altermondialiste, que « le monde n’est pas une marchandise ». Mais cet engagement s’inscrit dans le refus du manichéisme, du simplisme, des dogmatismes. Il prend appui sur l’esprit de rigueur de l’interrogation philosophique et des savoirs des sciences humaines. Il se nourrit du pluralisme (des types de savoir, des approches théoriques, des points de vue politiques) et de débat. Pas question de faire naître une nouvelle « pensée unique » contre « la pensée unique » néo-libérale ! Contre la tendance à la marchandisation, nous ne concevons la pensée que comme diversité et découvertes multiples.

Mais l’Université Populaire de Lyon ne limite pas son activité à la composante critique. Si « le monde n’est pas une marchandise », alors « d’autres mondes sont possibles ». Il nous faut aussi participer à l’exploration d’autres possibilités, à l’expérimentation de nouvelles utopies, à la ré-invention d’alternatives. Sans certitudes définitives. Avec le goût de l’inédit et le risque de l’erreur.

C’est dans la double perspective critique et exploratrice qui est la nôtre que le thème de l’année 2005-2006 a été choisi : « Résistances ordinaires et figures héroïques ». Quelles ont été historiquement et quelles sont les résistances les plus quotidiennes au monde tel qu’il va ? Quelle place ont eu, dans le cadre de ces résistances, les figures du héros et de l’héroïsme ? Sont-elles aujourd’hui dépassées ? Sont-elles à redéfinir en leur donnant un sens plus collectif ? Ou en faisant davantage place à la fragilité et à l’incertitude ?

Sans que chaque cours soit étroitement contraint par ce thème transversal, chaque enseignant y fera une place pour créer une série d’échos polyphoniques autour de lui. Daniel Colson se centrera sur l’histoire de la philosophie anarchiste, Emmanuel Dockès sur le droit du travail, Sophie Béroud sur les théories et les expériences autogestionnaires, Brigitte Le Grignou sur la résistances des publics aux produits télévisuels, Philippe Corcuff sur les fragilités propres au monde contemporain, Keith Dixon sur les néolibéralismes thatchériens et blairistes en Grande-Bretagne, David Garibay sur la diffusion du néolibéralisme en Amérique Latine, Tanguy Wuillème sur la pensée de l’Antiquité grecque, et Jean-Pierre Bobillot et Daniel Leclerc sur la littérature et les arts modernes et contemporains en Europe. À chaque fois, ces enseignements éclaireront des formes spécifiques de résistance et d’héroïsme.

Rentrée le 26 septembre au lycée Diderot, Lyon 1er
(amphithéâtre, 41 cours Général Giraud, Lyon/Croix-Rousse, bus 13 ou 18, arrêt
Rouville)

Catégories

Lieux

  • 41 cours Général Giraud, Lyon/Croix-Rousse
    Lyon, France

Dates

  • lundi 26 septembre 2005

URLS de référence

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Université populaire de Lyon », Informations diverses, Calenda, Publié le mercredi 03 août 2005, http://calenda.org/197796