AccueilLa langue chantée : oralité, poétique, société, légitimité

*  *  *

Publié le vendredi 25 novembre 2005 par Pierre Mercklé

Résumé

Appel à contributions, colloque étudiant, Québec, 30-31 mars 2006.

Annonce

Dans la foulée des travaux de Paul Zumthor (1983) sur la poésie orale, les études sur la ‎chanson sont nombreuses à fonder la spécificité de la pratique chansonnière sur son caractère ‎oral et sur sa nature performancielle. Issue d’une tradition distincte de celle de la poésie ‎destinée au support écrit, la chanson en porte la trace tant sur le plan de la prosodie et de la ‎poétique que sur celui de la réception et de la légitimité. Cette inscription dans l’oralité ‎comporte de multiples dimensions, mais incite à reconnaître la place déterminante de la ‎langue et, plus spécifiquement, de la langue parlée, dans l’étude de la chanson. Pourtant, alors ‎que la prise en compte des enjeux de la langue et des différents conflits auxquels elle donne ‎lieu et forme dans les textes littéraires ont été étudiés dans la majorité des genres littéraires ‎dominants (la poésie, le roman, le théâtre et l’essai), la chanson a été relativement peu étudiée ‎sous cet angle. Or, malgré un certain nombre de parentés avec le genre théâtral, la chanson ‎recèle quant au rapport à la langue des spécificités qui méritent qu’on l’aborde sous une ‎variété d’angles.‎ Nous intéressant bien sûr à la langue comme thème et comme signe ou signature identitaire, ‎nous souhaitons également lors de ce colloque aller au-delà des énoncés explicites sur la ‎langue et faire converger toutes les dimensions des rapports qu’entretient la chanson avec la ‎langue. Les approches textuelles constituent un premier faisceau d’interrogations à privilégier. ‎De quelles spécificités la prosodie de la langue française est-elle porteuse et quel en est ‎l’impact sur la chanson contemporaine ? À quelles normes linguistiques la chanson obéit-elle ‎et à quelles transgressions donne-t-elle lieu ? Pouvons-nous dresser un bilan des poétiques de ‎la chanson contemporaine ? On pourra également explorer avec profit les différents rapports ‎qu’entretiennent la langue et la musique. Comment la langue est elle relayée ou dominée par ‎les autres dimensions sonores de la chanson ? Enfin, on pourra recourir à toute la gamme des ‎analyses et des réflexions qui débouchent sur le social. De quoi le fait de chanter dans une ‎langue est-il porteur ? De quoi la langue des chansons est-elle la représentation ? Quelles ‎valeurs y sont rattachées ? Quels rapports la langue chantée entretient-elle avec le succès et ‎avec la légitimité ?‎ Aux carrefour des textes et des performances, des approches internes et externes, ce colloque ‎étudiant souhaite favoriser les échanges entre diverses approches et différentes disciplines qui ‎contribuent à l’analyse de la chanson. Si le corpus de la chanson québécoise offre de toute ‎évidence un lieu privilégié où se manifestent avec constance les enjeux de langue chantée, ‎nous souhaitons garder la porte grande ouverte aux autres corpus francophones et à celui des ‎traductions.‎

Consignes

Les propositions de communications (250 mots), accompagnées d’une courte notice ‎biographique (100 mots), doivent être transmises aux organisatrices avant le 20 janvier 2006.‎

Comité organisateur

Lise Bizzoni (crilcq@uqam.ca) et Chantal Savoie (Chantal.Savoie@lit.ulaval.ca) en ‎collaboration avec Fabien Hein (Stagiaire post-doctorant à l’Université Laval)‎

Lise Bizzoni ([crilcq@uqam.ca->crilcq@uqam.ca]), Chantal Savoie ([Chantal.Savoie@lit.ulaval.ca->Chantal.Savoie@lit.ulaval.ca])‎, Fabien Hein ([fabien.hein.1@ulaval.ca->fabien.hein.1@ulaval.ca])

Lieux

  • Québec (Canada)
    Québec, Canada

Dates

  • vendredi 20 janvier 2006

Mots-clés

  • culture

URLS de référence

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La langue chantée : oralité, poétique, société, légitimité », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 25 novembre 2005, http://calenda.org/197842