AccueilLes réformes universitaires dans les pays d'Afrique francophone

*  *  *

Publié le lundi 13 février 2006 par Pierre Mercklé

Résumé

Colloque international, El Jadida (Maroc), 23-25 mai 2006. Ce colloque international, placé sous l'égide du Comité Éducation, Formation, Socialisation de l'AISL, fait des réformes universitaires son objet d'étude. La rencontre visera à analyser la manière dont les universités des pays d'Afrique francophone ont intégré les réformes mondiales lancées dans la foulée du processus de Bologne.

Annonce

Lancé en 1998, le processus de Bologne a rapidement débordé le cadre de l’Europe et a été considéré comme un exemple de bonne pratique par des pays d’autres régions du monde qui ont adapté leur système d’enseignement supérieur en le prenant pour référence. Les évolutions européennes ont incité les autres continents à restructurer leurs cycles d’enseignement en adoptant l’architecture du LMD (licence-maîtrise-doctorat). Longtemps restés en retrait des réformes, les états d’Afrique francophone ont également décidé de basculer vers la structure européenne des études, avec des différences sensibles selon les sous-régions : les pays du Maghreb ont remodelé leur système à partir de 2003 alors que ceux d’Afrique de l’Ouest réfléchissent encore pour la plupart aux modalités pour le faire. La question de la pertinence du système LMD et de sa réappropriation par le Sud, discutée lors du séminaire de Dakar (juillet 2005), n’est donc plus d’actualité première, pour certains de ces pays, le temps est désormais celui des premières évaluations.

Le débat, qui s’est par le passé focalisé sur la question des cycles d’études, concerne aujourd’hui d’autres sujets épineux. Ceux de l’assurance qualité et de l’accréditation, de l’organisation de diplômes conjoints, des masters recherche et des écoles doctorales, parmi les plus discutés en Europe, sont de première importance. Des idées ont été émises pour aider les pays d’Afrique à progresser dans ces matières, notamment lors de la rencontre de Marseille (2004) qui visait l’échange de pratiques entre les pays du Nord et du Sud. Suite aux évolutions mondiales, les états d’Afrique francophone ont pris des initiatives importantes dans certains de ces domaines dont la plus forte à ce jour est sans doute l’adoption en décembre 2005 par les pays de l’UEMOA (Union économique et monétaire Ouest africaine), d’une directive qui vise à faciliter la mobilité des étudiants en fixant de mêmes droits d’accès à toutes les institutions d’enseignement supérieur de l’Union. Cette décision traduit une volonté de ces états de renforcer leurs collaborations en matière universitaire et de se positionner sur la scène internationale.

Le colloque international sur les réformes universitaires dans les pays d’Afrique francophone s’inscrit dans le prolongement des rencontres de Cotonou (mai 2002), Yaoundé (mai 2002), Dakar (décembre 2003), Marseille (novembre 2004), Yaoundé (mars 2005), Dakar (juillet 2005) et Tanger (janvier 2006) qui ont traité différents aspects des réformes de l’enseignement supérieur en Afrique. La rencontre permettra l’échange des pratiques entre les universités des divers continents. L’objectif n’est pas de transférer des recettes du Nord vers le Sud mais de favoriser le débat sur les réadaptations possibles et d’aboutir à la formulation de propositions concrètes de réformes sur certains sujets. Le colloque se veut un espace de dialogue entre des universitaires, experts et décideurs, soucieux d’accompagner les pays d’Afrique dans leur réflexion sur la manière dont ils vont installer les réformes qui s’imposent à tous les systèmes d’enseignement du Nord comme du Sud.

Ce colloque qui sera orienté vers l’opérationnel accueillera des communications et des tables rondes dont il est attendu qu’elles donnent lieu à des recommandations destinées aux responsables politiques et universitaires. La manifestation qui se tiendra au Maroc sera aussi l’occasion de regards croisés sur les situations au Nord et au Sud. Il s’agira de dégager, au-delà des différences de contextes et d’histoire, les lignes communes qui devraient permettre aux collaborations de s’installer entre les différents continents.

Comité scientifique

Ce colloque est placé sous l’égide du Comité Éducation, Formation, Socialisation de l’AISLF (Association Internationale des Sociologues de Langue Française). Il est organisé dans le cadre d’un projet de coopération interuniversitaire financé par l’AUF (Agence Universitaire de la Francophonie) et qui fédère l’Université Chouaïb Doukkali de El Jadida, représentée par son Président, le Professeur Kouam ; l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, représentée par le Directeur de la réforme, le Professeur Ndoye ; l’Institut National de Recherche Pédagogique de l’Université Lyon 2, représentée par le Professeur Derouet ; l’École Nationale d’Administration Publique du Québec, représentée par le Professeur Bernatchez ; les Facultés Universitaires Catholiques de Mons, représentées par le Professeur Charlier. Les partenaires précités composent le comité scientifique du colloque. Il est présidé par Jean-Émile Charlier, responsable du projet interuniversitaire.

Propositions de communications

Le colloque est ouvert à tout universitaire, expert ou décideur qui s’intéresse aux réformes dans l’enseignement supérieur au Nord et/ou au Sud. La manifestation visera des questions techniques. Le colloque privilégiera des communications avec contenu empirique qui présentent les réformes institutionnelles et/ou nationales engagées dans les pays du Nord et du Sud sur certains aspects seulement. Afin d’enrichir le débat lors des tables rondes, des communications qui ébauchent des propositions de réformes seront également considérées. Des communications peuvent être proposées sur un ou plusieurs des thèmes suivants :

-  Assurance qualité et accréditation ;
-  Mobilité, reconnaissance et diplômes conjoints ;
-  Masters professionnels/Masters recherche et écoles doctorales.

Les propositions (2 pages maximum) sont à envoyer pour le 28 février au plus tard à l’adresse suivante : gresas.ape@fucam.ac.be. Leurs auteurs seront avertis pour le 06 mars de la décision du comité scientifique.

Comité d’organisation

Mohamed Kouam, Président de l’Université Chouaïb Doukkali (UCD) Abdelhanine Belhaj, Secrétaire général de l’UCD Moulay Abderrahmane El Hachimi, Vice-Président de l’UCD Yahia Boughaleb, Doyenne de la Faculté des Sciences de l’UCD Fatima-Zohra Zriouil, Doyenne de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de l’UCD

{Lieu de la manifestation} : Université Chouaïb Doukkali de El Jadida (Maroc)

{Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter :}

Jean-Émile Charlier
Professeur
Facultés universitaires catholiques de Mons (FUCaM)
151, Chaussée de Binche - 7000 Mons (Belgique)
Tel : +32(0)65.32.33.93
Email : [charlier@fucam.ac.be->charlier@fucam.ac.be]

Mohamed Kouam
Président de l'Université
Université Chouaïb Doukkali (UCD)
BP 299 El Jadida - 24000
(Maroc)
Tel : +212(0)23.34.28.07
Email : kouam@ucd.ac.ma
mohamed_kouam@yahoo.ca

Lieux

  • El Jadida, Maroc

Dates

  • lundi 06 mars 2006

Mots-clés

  • éducation

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les réformes universitaires dans les pays d'Afrique francophone », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 13 février 2006, http://calenda.org/197888