AccueilViolences urbaines / violences scolaires : quelles continuités ? quelles ruptures ?

*  *  *

Publié le lundi 06 mars 2006 par Pierre Mercklé

Résumé

Les travaux des sciences sociales sur l’école comme ceux des sciences de l’éducation ; ceux de la sociologie urbaine, comme ceux de la sociologie politique nous invitent tous, citoyens, enseignants, responsables de formation, décideurs administratifs ou acteurs politiques à prendre chacun la mesure de l’urgence qu’il y a à mobiliser les volontés, à innover et à agir au plus près des difficultés sociales, économiques et surtout culturelles, avant qu’elles ne deviennent des problèmes politiques. L’actualité récente des émeutes ici ou là, des pentes répressives, des gestes désespérés, nous incite à prendre chacun la mesure des périls et des manquements accumulés, sous l’effet conjugué des désillusions, des pertes de repères, du discrédit du champ politique et d’une atmosphère emprunte trop souvent de morosité, d’abattements, de perte du sens des responsabilités. Appel à contributions de la revue Dialogues politiques

Annonce

Les travaux des sciences sociales sur l’école comme ceux des sciences de l’éducation ; ceux de la sociologie urbaine, comme ceux de la sociologie politique nous invitent tous, citoyens, enseignants, responsables de formation, décideurs administratifs ou acteurs politiques à prendre chacun la mesure de l’urgence qu’il y a à mobiliser les volontés, à innover et à agir au plus près des difficultés sociales, économiques et surtout culturelles, avant qu’elles ne deviennent des problèmes politiques. L’actualité récente des émeutes ici ou là, des pentes répressives, des gestes désespérés, nous incite à prendre chacun la mesure des périls et des manquements accumulés, sous l’effet conjugué des désillusions, des pertes de repères, du discrédit du champ politique et d’une atmosphère emprunte trop souvent de morosité, d’abattements, de perte du sens des responsabilités.

Comment, de fait, construire une expérience démocratique, si le savoir sur la chose publique est réservé ? Comment fabriquer des honnêtes gens, si nous ne donnons pas a chacun, c’est-à-dire à tous, les moyens à la fois intellectuels et culturels de prendre toute la place qu’ils méritent dans l’espace républicain, de pouvoir juger, débattre en citoyens compétents, s’ils n’ont pas été formés préalablement à la connaissance de nos traditions, valeurs et institutions politiques ? Car, c’est là, nous semble-t-il que réside la faille politique la plus cruelle que notre système éducatif national ne peut plus résoudre aux éclatements identitaires, culturels et cultuels, il ne sait qu’opposer, a minima, un silence gêné, a maxima, la sanction en forme d’exclusion, d’échec, de relégation, d’abandon.

Ces questions méritent d’être débattues collectivement et notre Revue est un espace de dialogue et d’échanges, à la croisée des sciences sociales et humaines. Nous invitons donc tous les chercheurs concernés par cette question à la fois scientifique et citoyenne à nous proposer leur projet et / ou leur texte qui seront soumis à notre Comité scientifique pour publication.

Date limite de remise des textes par internet à l’adresse Beatrice.MABILON-BONFILS@wanadoo.fr : juin 2006.

contactez [Beatrice.MABILON-BONFILS@wanadoo.fr->Beatrice.MABILON-BONFILS@wanadoo.fr]

Dates

  • vendredi 30 juin 2006

Mots-clés

  • violence

URLS de référence

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Violences urbaines / violences scolaires : quelles continuités ? quelles ruptures ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 06 mars 2006, http://calenda.org/197898