AccueilChrononymes

*  *  *

Publié le mardi 11 avril 2006 par Pierre Mercklé

Résumé

Appel à contributions pour un dossier de la revue Mots. Les langages du politique La revue Mots. Les langages du politique entend publier en 2008 un dossier rassemblant des travaux portant sur la chrononymie. Il s'agit d'opérer une recension des travaux existants, et surtout de diffuser des travaux originaux sur le sujet. Par chrononyme, nous entendons tout syntagme servant à désigner en propre une période de temps spécifique. Les contributions devront être proposées aux trois coordonnateurs avant le 1er janvier 2007.

Annonce

La revue Mots. Les langages du politique entend publier en 2008 un dossier rassemblant des travaux portant sur la chrononymie. Il s’agit d’opérer une recension des travaux existants, et surtout de diffuser des travaux originaux sur le sujet.

Par chrononyme, nous entendons tout syntagme servant à désigner en propre une période de temps spécifique. Quelques exemples viennent rapidement à l’esprit : les Trente glorieuses, l’Entre-deux-guerres, les Sixties, l’Ère du Meiji, les Années de plomb, le Grand Siècle, la Belle Époque, les Années folles, l’Ère victorienne, le Siècle des Lumières, les Années noires, le Moyen Âge, l’Âge de pierre, la Renaissance, l’Occupation, la Guerre froide. Il s’agit donc d’appellations fonctionnant comme noms propres, et non de dénominations génériques.

La création de ces syntagmes suppose deux processus :

-  le découpage du temps chronique en périodes, plus ou moins précisément et plus ou moins arbitrairement datées

-  l’installation d’un temps linguistique - en l’occurrence ici, un temps lexical - via leur dénomination.

Si ces deux démarches sont indissociables, c’est bien la seconde - celle de la dénomination - qui sera ici privilégiée. C’est d’ailleurs elle qui souffre d’un déficit d’analyse, la première ayant été largement étudiée par l’historiographie.

Compte tenu de la thématique de la revue, ce fait de langage qu’est la chrononymie doit être traité dans sa dimension politique, spécifiée ici par des référents conflictuels et des enjeux de domination et de légitimation. En dénommant, ces appellations peuvent suggérer une évaluation, une dénonciation, une étiologie, une anticipation... Elles sont bien plus qu’une dénomination arbitraire.

Il convient donc d’interroger :

-  les conditions sociales de la création de ces dénominations et de leur succès, ce qu’elles révèlent d’un point de vue tant cognitif que stratégique, leurs usages et les luttes dont elles sont l’enjeu

-  leurs modes linguistiques d’élaboration et de fonctionnement en langue et en discours

-  les appellations plus ou moins synonymes et plus ou moins concurrentes, leurs traductions dans des langues autres que la langue d’origine

-  l’évolution tant de leurs dénotations que de leurs connotations, leurs éventuelles sorties d’usage

On pourra s’interroger sur les différences ou similitudes des usages savants, officiels et courants ; sur les appellations inusitées et pourtant pensables (exemples : *l’ère De Gaulle, *les Nineties).

Si l’on écarte du champ d’analyse les dénominations d’événements ponctuels dépourvus de durée, il pourra être utile de traiter des appellations d’époques semi-ouvertes (l’Après-11 Septembre, l’Après-guerre).

Modalités de soumission

Les contributions pourront prendre la forme d’articles (maximum 35 000 signes tout compris), de notes de recherche (maximum 10 000 signes tout compris) ou de notes de lecture sélective (maximum 10 000 signes tout compris). Les auteurs pourront soumettre aux trois coordonnateurs, avant le 1er septembre 2006, un avant-projet (3 000 signes maximum tout compris), dont l’acceptation vaudra encouragement mais non pas engagement de publication. Les contributions devront être proposées aux trois coordonnateurs avant le 1er janvier 2007. Conformément aux règles habituelles de la revue, elles seront examinées par les coordinateurs du dossier, puis le cas échéant soumises à l’évaluation doublement anonyme de trois lecteurs français et étrangers de différentes disciplines. Les réponses aux propositions de contributions seront données à leurs auteurs au plus tard en avril 2007.

Les références bibliographiques devront figurer en fin d’article et être mentionnées dans le corps du texte sous la forme : (Machin, 1983). L’usage des caractères italiques sera réservé aux mots et expressions cités en tant que tels, et les guillemets aux énoncés dûment attribués à un auteur, ou à la glose d’un syntagme.

Coordination du dossier

-  Paul Bacot (Science politique) paul.bacot@univ-lyon2.fr
-  Laurent Douzou (Histoire moderne et contemporaine) laurent.douzou@ish-lyon.cnrs.fr
-  Marie-Anne Paveau (Sciences du langage) marie-anne.paveau@libertysurf.fr

Dates

  • lundi 01 janvier 2007

Mots-clés

  • langage

URLS de référence

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Chrononymes », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 11 avril 2006, http://calenda.org/197928