AccueilVilles et régions frontalières

*  *  *

Publié le mardi 31 octobre 2006 par Pierre Mercklé

Résumé

Journées d’étude « Villes et régions frontalières ». Appel à communications, colloque, AFS, Lille, 8-9 mars 2007.

Annonce

Journées d’étude « Villes et régions frontalières »

Association française de sociologie Réseau thématique n°9, Sociologie de l’urbain et des territoires

Lille, 8-9 mars 2007

Organisées par Licia Valladares (Lille1/CLERSE) et Dominique Vidal (Lille3/GRACC)

Il est courant d’entendre évoquer la difficulté de la sociologie urbaine à appréhender correctement la ville dans son environnement, soit parce qu’elle s’en tient à des limites politico-administratives, soit parce que, à l’inverse, elle la voit se dissoudre dans un urbain sans forme stable, soit, encore, parce qu’elle ne la considère que comme un reflet de processus de plus grande ampleur.

Bien que souvent excessives et énoncées de manière incantatoire, ces remarques ont toujours eu le mérite de susciter du débat. Il s’agira par conséquent au travers de cette journée d’étude moins d’en examiner le bien fondé que de les prendre au sérieux au travers d’un prisme qui gagne à recevoir l’attention : celui des rapports entre villes et régions frontalières. Si de nombreux travaux abordent l’impact sur les villes de ce qu’il est convenu de nommer la globalisation, son analyse nous semble en effet reléguée au second plan. Or tout indique qu’elle permet de poser tout un ensemble de questions concernant les dynamiques qui organisent le fonctionnement des territoires et l’expérience des citadins.

Trois axes de réflexion seront privilégiés lors de ces journées :

1. Le premier entend s’interroger sur les logiques des mobilités entre villes situées de part et d’autre de régions frontalières et leur impact sur les territoires concernés. Il s’agira plus précisément d’interroger l’expérience des citadins qui vivent et travaillent dans deux ou plusieurs de ces villes et de réfléchir ce faisant sur ce que peut signifier concrètement l’idée même de frontière. Comment appréhender ce type de mouvements pendulaires ? Dans quelle mesure et de quelles façons la proximité d’une ville avec une région frontalière nous informe-t-elle sur sa dynamique et la construction identitaire de ceux qui y résident ? On pourra également s’intéresser aux manifestations culturelles (festivals de rock ou de théâtre, raves, expositions internationales, etc.) qui sont organisées dans des villes de régions frontalières.

2. A l’intersection de la sociologie des migrations et de la sociologie urbaine, le deuxième axe cherchera à contribuer aux débats actuels sur le transnationalisme et les espaces transnationaux, en centrant plus spécifiquement la focale sur les pratiques des migrants. Comment, par exemple, les territoires de villes qui attirent ou servent de points de transit à des flux migratoires se définissent-ils par rapport à une idée de frontière, que cette frontière soit géographiquement proche ou largement imaginaire ? Comment les activités économiques, légales ou illégales, de migrants pour qui une ville fait frontière la façonnent-elle ? Que signifie, encore, pour les migrants le fait d’établir des types distincts de relations dans différentes villes ?

3. Le troisième axe se centrera sur les questions de la gouvernance et des politiques publiques dans les villes des régions frontalières. Le prisme choisi des rapports entre villes et régions frontalières permet-il de contribuer aux nombreux débats en ces domaines ? Comment, ainsi, approcher les coopérations entre villes et régions frontalières que la Convention de Madrid, texte fondateur de la coopération décentralisée transfrontalière, entendait faciliter à sa signature en 1980 ? Comment les services publics de zones urbaines transfrontalières sont-ils par exemple pensés et gérés ? Que nous apprennent sur le fonctionnement des villes contemporaines les difficultés administratives, institutionnelles et juridiques de ces coopérations ? En quoi, différemment, les logiques marchandes ou privées structurent-elles les rapports entre villes ou ensembles urbains transfrontaliers ? L’interrogation pourra également porter sur des configurations transfrontalières, telles celles qui existent entre les États-Unis et le Canada ou le Mexique, entre différents pays africains, ou dans le Mercosur.

Les propositions de communication de 1500 signes maximum devront être envoyées, pour le 15 décembre, à Licia Valladares (licia.valladares@univ-lille1.fr) et à Dominique Vidal (dominique.vidal@univ-lille3.fr). Le programme définitif sera établi début janvier par un comité scientifique constitué des organisateurs de ces journées et les membres du bureau du réseau thématique n°9 « Sociologie de l’urbain et des territoires » de l’Association française de sociologie.

Licia Valladares ([licia.valladares@univ-lille1.fr->licia.valladares@univ-lille1.fr])
Dominique Vidal ([dominique.vidal@univ-lille3.fr->dominique.vidal@univ-lille3.fr])

Lieux

  • Villeneuve-d'Ascq, France

Dates

  • vendredi 15 décembre 2006

Mots-clés

  • ville

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Villes et régions frontalières », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 31 octobre 2006, http://calenda.org/198028