AccueilDe l'insécurité numérique à la vulnérabilité de la société

*  *  *

Publié le mardi 28 novembre 2006 par Pierre Mercklé

Résumé

En s’hybridant avec les télécommunications, puis avec l’audiovisuel, l’informatique a favorisé le développement des techniques d’information et de communication (TIC) et la mise en réseau. Ces techniques qui se diffusent dans les espaces privés, publics ont une caractéristique commune : elles individualisent / autonomisent autant qu’elles accroissent notre dépendance. Appel à communications, colloque, Paris, 14-15 juin 2007.

Annonce

En s’hybridant avec les télécommunications, puis avec l’audiovisuel, l’informatique a favorisé le développement des techniques d’information et de communication (TIC) et la mise en réseau. Ces techniques qui se diffusent dans les espaces privés, publics ont une caractéristique commune : elles individualisent / autonomisent autant qu’elles accroissent notre dépendance.

Elles sont ainsi tout à la fois :

  • ambivalentes : d’une part, elles paraissent séduisantes, modernes, facilitant la vie au quotidien, offrant la possibilité d’accéder à des quantités d’information ; d’autre part, elles sont sources de contrôle, de traçabilité, d’atteinte à la vie privée et aux libertés
  • paradoxales : d’une part, elles permettent de rationaliser les démarches, de sécuriser les transactions, de rendre pérenne la production ; d’autre part jamais les systèmes d’information et de communication n’ont été aussi fragiles, montrant à l’occasion de panne, par exemple, notre extrême vulnérabilité par rapport à la technique.

Le CREIS engage un débat sur les ambivalences et les paradoxes des TIC en privilégiant les questionnements qui pointent les problèmes d’insécurité et de vulnérabilité.

Comment définir les concepts de vulnérabilité, d’insécurité, de panne, de dépendance ? Quelle perception en a-t-on ? Les dispositifs techniques de sécurisation, les protections juridiques, la sensibilisation des utilisateurs, les chartes de bon usage suffiront-ils ? Les fouilles de données, les contrôles et les traces qui en découlent ne sont-ils pas liberticides ? Peut-on gérer l’insécurité numérique, la maîtriser, s’y accoutumer, s’y former, s’en prémunir ? Ne va-t-elle pas exclure certains, nous rendre dépendants ou encore contrecarrer la quête d’un développement durable ?

Pour cela, le CREIS vous propose de confronter les analyses, issues de disciplines telles que l’informatique, le droit, l’économie, la sociologie, les sciences de l’ingénieur, de l’information et de la communication, les sciences politiques..., afin d’en évaluer les orientations contradictoires. Les axes de réflexion privilégiés concerneront plusieurs domaines où cette insécurité numérique peut être analysée en portant sur des cas précis : - la vie quotidienne, la consommation, la vie personnelle et les relations aux autres,

  • la vie au travail, l’entreprise,
  • la citoyenneté et les espaces publics. Enfin des approches sectorielles seront possibles (santé, éducation, culture...)

In merging with telecommunications and then with the audiovisual, information technology has encouraged the development of communication and information technologies (CIT) across networks.These technologies, in both public and private spaces, share one major characteristic : they set us free just as they increase our dependencies. They are at the same time :

  • ambiguous : On the one hand they seem modern and seductive, making daily life easier, providing access to new forms of information ; on the other hand they are sources of control, surveillance and threaten privacy.
  • paradoxical : On the one hand they facilitate rational procedures, render transactions more secure and production more reliable ; on the other hand, CITs have never been so fragile, revealing with each breakdown our considerable technological vulnerability.

The CREIS carries forward the debate on the ambiguities and the paradoxes of CITs by highlighting the central questions behind our insecurity and vulnerability. How can we define the concepts of vulnerability, insecurity, breakdown and dependency ? What is our perception of these ? Can we rely on security mechanisms, laws, raising user awareness and code of good conduct ? Aren’t data mining, controls and the traces they leave destructive of liberties ? Can we manage digital insecurity ; master it, accustom ourselves to it, train and prepare for it ? Won’t it exclude some populations ; make us even more dependant or stymie the search for sustainable development ?

In relation to these issues the CREIS invites you to confront the points of view of different disciplines - computing, law, economics, sociology, engineering sciences, IT and political science ..., so as to evaluate conflicting points of view. Most importance will be given to work dealing with specific cases and will deal with several areas of life where digital insecurity can be manifest :

  • everyday life, consumption and inter-personal relations
  • life in work and in organizations
  • citizenship and the public sphere

Finally sectorial emphases are possible (health care, education, culture...)

INSTRUCTIONS AUX AUTEURS

Les propositions de communication, sous la forme d’un résumé de 6 000 à 8 000 signes en français ou en anglais devront parvenir sous forme électronique (format RTF ) au secrétariat électronique is07contact@ras.eu.org , avant le 15 janvier 2007.

Papers will be selected on the basis of an abstract of 6 000 to 8 000 signs. Communications may be presented either in French or English. They must be sent by email to the following address : is07contact@ras.eu.org before January the 15 th 2007 .

COMITE DE PROGRAMME

Michel Arnaud , Université Paris X Nanterre Jacques Berleur , FUNDP, Belgique Fanny Carmagnat , MSH Paris Nord, CREIS Dominique Carré , Université Paris 13, CREIS Yves Deswarte , LAAS CNRS, Toulouse Juan Antonio Garcia Galindo , Universitad de Malaga, Espagne Jean Gonié , responsable affaires institutionnelles , MicroSoft France Jean-Paul Haton , Université Nancy 1, vice-président de l’ASTI Thomas Lamarche , Université Lille 3, TERMINAL Ludovic Mé , SSIR, Ecole Supelec , Rennes Armin Murmann , CREIS, Suisse Robert Panico , IUT de Valence, CREIS Serge Proulx , UQAM, Canada Gérard Valenduc , FTU, Belgique Geneviève Vidal , Université Paris 13, CREIS André Vitalis , Université Michel de Montaigne/ Bordeaux 3

COMITE D’ORGANISATION

Abdel Benchenna , Université Paris 13, CREIS Fanny Carmagnat , MSH Paris Nord, CREIS Dominique Desbois , INRA, ASTI Daniel Naulleau , Université P&M Curie, CREIS Robert Panico , IUT de Valence, CREIS Chantal Richard , Université Paris 13, CREIS Geneviève Vidal , Université Paris 13, CREIS

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • lundi 15 janvier 2007

Mots-clés

  • communication

URLS de référence

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« De l'insécurité numérique à la vulnérabilité de la société », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 28 novembre 2006, http://calenda.org/198040