AccueilMercredis de la bibliothèque de l'Institut national de la recherche pédagogique

*  *  *

Publié le dimanche 14 janvier 2007 par Pierre Mercklé

Résumé

Permettre à différents acteurs de la communauté éducative d'échanger en toute liberté, faire le lien entre la recherche en éducation et le grand public, tels sont les objectifs du cycle de rencontres.

Annonce

La culture numérique des adolescents - mercredi 18 octobre 2006

La France bascule dans la société internet. Les adolescents s’adonnent, pour leur part, aux outils de l’Internet social. Le mode de communication privilégié est le Messenger et, de l’autre côté de l’Atlantique, MySpace. Cette lettre de juin 2006 de la VST transcrit les résultats de nombreuses études, enquêtes et travaux de chercheurs sur la question de cette rencontre d’Internet avec une nouvelle génération.

Avec Internet, ce sont de nouvelles représentations et de nouvelles références culturelles qui mobilisent les adolescents. Dans ce contexte, l’école ne va plus de soi comme lieu d’échanges et de partage des savoirs. On interrogera ces nouvelles pratiques liées à la culture numérique, pour tenter de saisir ce qui se joue dans cette scission générationnelle et proposer quelques pistes pour penser le potentiel éducatif de ces nouveaux usages.

Autour de la lettre n°19 de la Veille Scientifique et Technique de l’INRP : Les adolescents branchés www.inrp.fr/vst/LettreVST/SommaireLettre.htm

Intervenantes :

  • Isabelle Bréda, responsable Internet et nouveaux médias au CLEMI (centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias d’Information)
  • Claude Rigaud, professeure agrégée en lettres modernes, auteure de la lettre n°19 de la Veille Scientifique et Technique de l’INRP : Les adolescents branchés

De l'École Normale de l'an III aux IUFM d'aujourd'hui - mercredi 22 novembre 2006

A l’occasion de la sortie de l’ouvrage de Marcel Grandière, La formation des maîtres en France. 1792-1914, récemment publié par l’INRP dans la collection « Éducation, Histoire, Mémoire », il a paru intéressant de placer cette approche historique en regard de l’actualité plus récente des IUFM, créés en 1993.

« Autant vaut le maître, autant vaut l’école elle-même », déclarait Guizot en 1833. Mais comment trouver et former ces bâtisseurs d’humanité que sont les maîtres d’école aujourd’hui appelés professeurs ? Et aussi, où les former ? Par qui les former ?

Ces questions n’ont pas été tranchées facilement à l’époque révolutionnaire. Après une assez longue période de consensus, le débat s’est réouvert sans que la création des IUFM y mette un terme. L’histoire lointaine ou plus récente peut-elle nous aider à mieux en comprendre les enjeux et peut-on émettre quelques hypothèses sur les évolutions à venir ?

Intervenants :

  • le Recteur Daniel Bancel, auteur en 1989 d’un rapport intitulé Créer une nouvelle dynamique de la formation des maîtres
  • Marcel Grandière, professeur des universités, auteur de La formation des maîtres en France. 1792-1914. INRP, 2006

Situations de banlieues - mercredi 14 mars 2007

La question des banlieues renvoie à des situations réelles et à des représentations, le plus souvent, très négatives. Or les situations sont très diverses et il importe de mieux connaître les problèmes pour mieux y faire face : que signifie la concentration des difficultés économiques, sociales, scolaires, pour les habitants comme pour les intervenants ? Les conditions d'enseignement y sont différentes, « difficiles » dit-on. Qu'en est-il ? Et surtout, comment agir ? Quel rôle de l'École et des enseignants pour aider tous les élèves à apprendre ?

Etayé par différentes enquêtes et de nombreux travaux sociologiques, Cyprien Avenel nous proposera un point de vue critique pour mieux connaître et comprendre ce que signifie la concentration des difficultés économiques, sociales, scolaires, pour les habitants comme pour les intervenants. Car nombre d’acteurs travaillent dans ces banlieues, notamment des enseignants. Les conditions d’enseignement y sont différentes, « difficiles » dit-on. Qu’en est-il ? Et surtout, comment agir ? La langue, essentielle pour les apprentissages, est au cœur des réflexions de Danièle Manesse. Avec elle, nous envisagerons le rôle de l’École et des enseignants pour aider tous les élèves à apprendre.

Autour de l’ouvrage collectif Situations de banlieues : enseignement, langues, cultures. INRP, 2005 et d’XYZep, le bulletin du centre Alain Savary.

Intervenants :

  • Cyprien Avenel, Chargé de mission à la Caisse nationale d’allocations familiales, direction des statistiques, des études et de la recherche, enseignant à l’Institut d’études politiques de Paris.
  • Danièle Manesse, Professeure de sciences du langage à l’université Paris 3, DIFLE.

Quand les mémoires déstabilisent l'école - mercredi 25 avril 2007

L'École a eu pour mission d'instituer le citoyen en l'ancrant dans la mémoire de la Nation jusque dans les années 60-70 qui ont fortement critiqué ce modèle. Mais aujourd'hui les identités et les mémoires semblent entrer en conflit les unes avec les autres, nous mettant au défi de retrouver un nouvel équilibre. Dans un temps où la mémoire de la Shoah a pris le sens d'un nouveau sacré, terrifiant, et où les mémoires blessées disent la souffrance des vaincus, est-il possible d'instituer une morale ancrée dans une culture commune ? Comment favoriser un vouloir-vivre ensemble démocratique ? Comment travailler avec les mémoires, en contrepoint, plutôt que contre elles ?

Dans notre pays plus qu’ailleurs, l’école s’était vue assigner la mission d’instituer le citoyen en l’ancrant solidement dans la mémoire de la Nation. Littérature, histoire, géographie, éducation morale et civique ont transmis un patrimoine partagé dans ce qui fut le creuset français de l’assimilation.

La décennie des révoltes critiques ont porté de rudes coups à ce modèle, ouvrant sur une profusion de possibilités : que faire par exemple de la mémoire des familles immigrées ? Devenir français, est-ce se dépouiller de la culture d’origine ? Quel enseignement d’histoire pour échapper aux falsifications des mythes mémoriels ?

C’est dans ce contexte de doute sur la culture commune que les évolutions contemporaines prennent l’école à revers, lui posant des questions urgentes et ardentes. Car les revendications et les injonctions sont multiples et contradictoires : s’agit-il de reconnaître enfin des pans entiers de l’histoire nationale, trop méconnus, comme la période coloniale ou l’esclavage ? S’agit-il de reconstruire une culture commune sur la base de l’expérience des minorités, des vaincus, des sacrifiés de l’histoire ?

En contrepoint d’un débat sur l’enseignement de l’histoire fortement médiatisé, nous voudrions suggérer que se cherche à la fois une autre façon d’instituer un sens commun partagé, et une autre façon de former les sujets, plus respectueuse de leurs singularités d’expérience, d’itinéraire, d’imaginaire.

Intervenants :

  • Sophie Ernst : Philosophe de l’éducation, chargé d’études au sein de l’équipe sur projet ECEHG à l’INRP (enjeux contemporains de l’enseignement de l’histoire-géographie).
  • Alain Kerlan : Philosophe, professeur d’université, directeur du département des sciences de l’éducation à l’ISPEF (institut des sciences et pratiques d’éducation et de formation).
De 18h30 à 20h00

Bibliothèque de l'INRP
Parvis René Descartes, Lyon VIIe
Métro ligne B, station Debourg

Entrée libre et gratuite
Contact :
communication@inrp.fr ou 04 72 76 61 12

Catégories

Lieux

  • Bibliothèque de l'INRP - Parvis René Descartes - Métro ligne B, station Debourg
    Lyon, France

Dates

  • mercredi 14 mars 2007
  • mercredi 25 avril 2007
  • mercredi 18 octobre 2006
  • mercredi 22 novembre 2006

Mots-clés

  • éducation

URLS de référence

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Mercredis de la bibliothèque de l'Institut national de la recherche pédagogique », Cycle de conférences, Calenda, Publié le dimanche 14 janvier 2007, http://calenda.org/198076