AccueilConstruire l'immigration comme problème : acteurs et pratiques

*  *  *

Publié le dimanche 14 janvier 2007 par Pierre Mercklé

Résumé

Appel à communications, Congrès AFSP 2007, Toulouse, 5-7 septembre 2007.

Annonce

1. Problématique de l’atelier

Les discours faisant des historiens de l’immigration des pionniers s’aventurant sur un terrain en friche et des sociologues de l’immigration des chercheurs frappés, par mimétisme, de l’indignité sociale de leur « petit » objet doivent sans doute aujourd’hui être nuancés. Le dynamisme collectif de la communauté des chercheurs réunis autour de cette question n’a sans doute d’égal que l’intérêt croissant des acteurs publics et politiques pour ces enjeux. On voit en effet se multiplier les projets issus de la société civile ou encouragés par les pouvoirs publics qui entendent bénéficier des connaissances acquises en ce domaine. La création récente d’une Cité nationale de l’immigration, la multiplication des associations de mémoire, l’inscription de plusieurs mouvements politiques dans l’histoire de l’immigration ou de la colonisation témoignent d’une forte demande sociale dans l’espace public.

Mais dans le même temps, la multiplication, au sein du champ scientifique, des paradigmes aux présupposés en apparence antinomiques, la perpétuelle « redécouverte » de concepts sociologiques au socle épistémique pourtant solidement établi (comme « l’intégration ») mais surtout la subordination du questionnement scientifique aux préoccupations militantes ou médiatiques semblent avoir considérablement affaibli l’autonomie et la cohésion d’une communauté de chercheurs. De la même manière, la domination du champ par des problématiques directement transposées de l’agenda politique et médiatique (on pense ici au thème de la « discrimination » ou aux enjeux mémoriels liés à la colonisation) a non seulement eu pour effet de dicter ses objets à la recherche mais a également conduit à n’envisager la question de l’immigration qu’à l’aune de la « très courte durée » et des discours, en oubliant la dimension historique des processus sociaux ainsi que la nécessité de procéder à l’analyse rigoureuse des pratiques des acteurs.

L’atelier proposé se veut une contribution modeste à la nécessaire autonomisation des recherches sur l’immigration, particulièrement en science politique. Considérant qu’« il n’y a pas de “problème des immigrés”, il n’y a qu’un problème de l’immigration » , nous proposons pour ce faire de retourner en quelque sorte « le viseur » de l’objectivation dans l’autre sens et d’interroger dans cet atelier les processus de construction sociale d’un « problème de l’immigration », à une échelle étatico-nationale et dans la période contemporaine (XXe siècle).

Ce retournement ne peut se faire qu’à contre-pied des recherches actuelles car, après une rapide estimation auprès du Fichier central des thèses de Nanterre, 80 % des thèses soutenues en France sur l’immigration au cours des vingt dernières années portent en réalité sur les « migrations ». La recherche en sciences sociales semble ainsi se porter naturellement, pourrait-on dire, vers l’étude des diasporas, des recompositions de communautés, s’attachant ainsi à parfaire le modèle de désorganisation-réorganisation mis en place par les sociologues de Chicago.

Prétendant étudier un fait social sans s’interroger nécessairement sur la construction d’un problème social, il est sans doute temps que les chercheurs en sciences sociales se donnent les moyens collectifs de distinguer « migrations » et « immigration » et parvenir ainsi à considérer « l’immigration » comme le produit de « la transformation d’un fait social quelconque en enjeu de débat public et/ou d’intervention étatique » . Il s’agit bien, autrement dit, d’un enjeu construit publiquement par des porte-parole et pour lequel le chercheur en sciences sociales n’entend pas se positionner dans les luttes de classement.

En ce sens, il importe de réintroduire dans l’analyse l’ensemble des acteurs qui produisent un discours sur l’immigration, en tentant d’étudier la valeur différentielle de leurs ressources propres : hommes politiques, agents de l’État, sociologues, militants, médias... Les questions que l’on souhaite poser à l’objet « immigration » sont donc des questions « classiques » de science politique, qui - curieusement - sont rarement traitées comme telles dans les travaux qui s’en réclament : de quelle manière les « problèmes des immigrés » sont-ils rendus visibles sur la scène publique ? Quels sont les acteurs qui « parlent » au nom des immigrés ? De quelles ressources disposent-ils et comment les font-ils valoir ? Dans quel contexte spécifique ? À l’inverse, quelles sont les situations qui ne parviennent pas à être inscrites à l’agenda politique (local et/ou national) ?

Les axes proposés dans cet atelier s’inscrivent dans cette perspective et doivent permettre de guider les réflexions et les présentations.

2. Axes retenus pour l’atelier

Les différentes contributions devront avant tout permettre de dresser la cartographie des mondes sociaux au sein desquels se construit et se renouvelle un intérêt à porter un « problème de l’immigration » : fonctionnaires, élus, journalistes, porte-parole associatifs... Les axes proposés ici ne sont dès lors qu’indicatifs et ne prétendent pas à l’exhaustivité. L’essentiel est que les propositions de communication aient intégré ce déplacement du curseur vers l’analyse des acteurs qui participent à l’actualisation d’un problème social de l’immigration.

a. Immigration, État(s)es, &eacutquo;d&rsqmqu&rsemte;bat pu3ons xdon;bat pu3ons xi - cs&del à de l&rsquoexpéuation des lèglnements

Les contributions qui permetment uemLieu; cop renire le roecirc le josé par les journalistes,lles sondeur,; ou les militants( de l’ent-racmisme à l’etrmêm-dcrote),; nit biei suecircrt toude leur place dans;un atelier qui es propoeu d’intégevr à l’analyseceaux qui oent en;meutre de « drue » publiquement l’elistence d’un « problème des immigrés ». Uun intérêt particulter srarpporiéu aux contributionsedécriantr des pratiques des acteurs qun, au sein du champ politique ou médiatiqu,x contribpent àmo dilier plut lrgimpent dans l’espace publi; ceiqueJ. Gus/fieln apvelltraie la « sforue »(shapu;)e dontéi à es, enjen.

Appel à communicationr

Les contributions devrontrobigastoirement cm porter u;i articusatior forte ettre terrain mpirliqu)es, questionnementtohétorique d’uneppas,)es, envisager e, questionnement dans;ute perspective historique l’autreppas.. Les contributionspuirement pragrm;matiques ne evront pas retenres.

les organisaheurs souhaitent cm cter our inqs contributions et se réservene la osisiialité de pr posereau- mêmst une contribution noussforus desyn thès. >fein d renire dynamiqu)es, prfi/tablr la réence d&rsquo atelies,lle tempsdes présentatior des communications sraelimlité à10, miutdes pa ;intervesen. Sl’enuivraeaune disasnsiorglobialeeffpecutéi pa G. Ntoitiel t A. Spdire, ainsi que les organisaheurs.

-Choukri Hmed, Aigréagés préeparaheur en Sociologi)es, ee science politiqu (ENS Pcali-Jjou da),;Doctheur en science politiqu - Uui verlité dePcali-I (CRPS - [choukri.hmed@;en.fr->choukri.hmed@;en.fr] - T é. : 06.70.03.05.22
-SylvrainLatutee,xAteur en science politiqu (IEP; de Toulous)Doctheur en sciences sociales à 'EHESS (Pcali - [sylvrailatutee@free.fr->sylvrailatutee@free.fr] - Tiel: 06.98.438.1734e

>

Lieux

    liv class="oicatio"v> Toulouse, France
>

Dates

    férvier 200 >

    >

    >

      liiLriens Soci
      ncouitiel: Pierre[dot]e Merckre[at]eien-lshe[dot]e>fr
    >
    >

    > <>«- Construire l'immigration comme problème : acteurs et pratique »,> >Appel à contribution Calenda,> Publié le dimanche 14 janvier 200, >"http://calenda.org/19807e >

> buttion class=" con -iconnavr"> > >/lnke rls="stylsheet"a href="httsp:/s;tati-"oriinwopenedintio1.orgopenbarre/css/ie_openbarre.cses"
/tbody>