AccueilL'Action collective et l'exclusion sociale en Europe

*  *  *

Publié le lundi 30 avril 2007 par Pierre Mercklé

Résumé

Appel à communications, Lyon, 11-12 janvier 2008

Annonce

L’Union européenne (UE) dans sa globalité est confrontée à de graves problèmes sociaux qui donnent de plus en plus souvent lieu à des manifestations d’exacerbation, de mécontentement et/ou de contestations politiques. Si l’échelle des inégalités demeure très contrastée d’un Etat membre à l’autre et répond à des logiques relativement spécifiques, la montée des phénomènes de précarité et d’exclusion - qui aboutit dans les cas les plus sévères à la constitution de poches de pauvreté - est aujourd’hui un défi majeur, qui contribue à renouveler l’action collective et, plus précisément encore, les formes de la protestation. Ces enjeux s’inscrivent dans des cadres nationaux qui demeurent incontournables, mais aussi et de plus en plus dans un contexte politique et économique très largement internationalisé, qui en modifie à la fois la nature et l’ampleur. En ce sens, le processus d’intégration européenne constitue sans aucun doute une dimension explicative majeure à ces phénomènes, que l’on mette l’accent sur la responsabilité de l’UE dans la remise en cause et l’affaiblissement des dispositifs de l’Etat providence, ou, au contraire, que l’on insiste sur les efforts qu’elle développe dans la lutte contre les inégalités et la résorption des problèmes sociaux. Que l’on s’en félicite ou non, la constitution d’une Europe élargie depuis peu à 27 accroît la concurrence entre les biens et les personnes et suscite de plus en plus d’inquiétudes, notamment parmi les couches socialement vulnérables.

Dans ce contexte, des mobilisations de « précaires » se sont multipliées au cours des dernières années dans un grand nombre d’Etats membres, le plus souvent en dehors où à la marge des organisations politiques et syndicales traditionnelles. Des groupes généralement qualifiés de « sans ressources », dont la capacité de revendication était souvent jugée « improbable » ont ainsi fait irruption dans le débat public. En France, des groupes de « Sans-papiers », ou très récemment l’opération des « enfants de Don Quichotte », sont venus bousculer les routines politiques, se singularisant par des pratiques militantes, ou des stratégies politico-médiatiques innovantes. Des cas de figure proches, ou similaires, sont repérables dans la plupart des pays de l’UE, à l’image de l’Irlande qui a vu à plusieurs reprises les « gens du voyage » revendiquer collectivement de façon plus ou moins autonome, sur une période récente. Les chômeurs eux-mêmes sont particulièrement actifs, que ce soit en France, en Allemagne, ou en Belgique. Ces mobilisations ne se limitent pas aux frontières des Etats nations et trouvent également un terrain d’expression politique à travers l’émergence du mouvement alter-européen, dont elles sont l’une des composantes importantes. A l’image des Marches européennes contre le chômage, ou des Forums sociaux européens, elles contribuent ainsi à renouveler profondément les cadres de l’action collective contemporaine. Ces quelques illustrations ne sont évidemment pas exhaustives mais sont significatives en ce qu’elles témoignent du rôle revendicatif (croissant ?) joué par des populations pourtant socialement démunies.

La seule existence de ces acteurs, maintenant largement confirmée, soulève à l’évidence des questions essentielles. Par exemple, par quel(s) prisme(s) théorique(s) peut-on analyser leurs actions ? Quels sont les facteurs explicatifs à l’apparition et au développement de ces mobilisations ? En quoi sont-elles comparables, entre elles mais aussi d’un pays à l’autre ? Dans quelle mesure la construction de l’UE joue-t-elle, pour ces mouvements, plutôt comme une opportunité ou comme une contrainte ? Que dire de la sociologie des personnes engagées dans ces luttes ? Quels types d’effets, ou d’impacts ces mouvements ont-ils eu ? Voit-on se constituer un champ européen de la contestation lié aux questions de précarité sociale ?

Les organisateurs de ce colloque invitent les chercheurs de toutes les disciplines de sciences sociales à présenter - en français ou en anglais - des travaux permettant d’éclairer, d’une façon ou d’une autre, ces enjeux. Les propositions d’études empiriques, inscrites dans une perspective comparative, politologique et/ou historique sont vivement encouragées. De même, les approches faisant le lien entre la mise en œuvre des dispositifs actions publiques de lutte pour l’emploi, contre la pauvreté ou l’exclusion (nationaux et/ou européens) et la mobilisation politique de groupes précarisés, sont particulièrement bienvenues. A travers l’ensemble des contributions retenues, nous souhaitons notamment discuter - et peut-être renouveler - les paradigmes traditionnels de l’action collective, en les confrontant au prisme spécifique de populations en forte difficulté sociale.

Une sélection des meilleurs textes sera publiée, selon un calendrier et des modalités qui seront précisés ultérieurement.

ORIENTATIONS THEMATIQUES INDICATIVES

-  Spécificité des mobilisations de groupes à faibles ressources
-  Rôle des médias
-  Territoires de l’action (local, national, européen)
-  Impact des mobilisations
-  De l’exclusion sociale à la revendication : les dynamiques de l’action
-  Rôle des alliances
-  Sociologie des groupes à faibles ressources
-  Genèse et histoire de l’action collective des groupes à faibles ressources

PROPOSITIONS DE COMMUNICATIONS

Les propositions de communications (d’une longueur de 3300 signes maximum, espaces compris, soit environ 500 mots) contiendront impérativement un titre, une orientation problématique, une mention des sources ou des terrains utilisés. Elles devront être transmises par courriel uniquement, avant le 1er juin 2007, aux deux organisateurs du colloque :

-  Didier Chabanet (Triangle - ENS-LSH, France). E-mail : didierchabanet@hotmail.com
-  Frédéric Royall (University of Limerick, Irlande). E-mail : frederic.royall@ul.ie

Les réponses seront données au plus tard le 15 juin 2007.

PRISE EN CHARGE

Des moyens sont actuellement recherchés par les organisateurs pour prendre en charge tout ou partie des frais de voyage et de séjour des participants. Les demandes de financement seront donc examinées au cas par cas, en fonction du budget disponible. En tout état de cause, la situation des jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) sera considérée comme prioritaire.

CALENDRIER ET MODALITÉS DE SOUMISSION DES PROPOSITIONS RETENUES

Les propositions retenues devront être transmises aux deux organisateurs au plus tard le 21 décembre 2007 par courriel, en document attaché sous format Word ou RTF. Leur volume total ne doit pas excéder les 66000 signes, espaces compris, soient environ 10000 mots.

CONSEIL SCIENTIFIQUE

Sophie Béroud (Université Lyon 2, Triangle, Lyon, France) Donatella della Porta (Institut Universitaire Européen de Florence, Florence, Italie) Ivan Ermakoff (University of Wisconsin - Madison, USA) Jean Faniel (Centre de Recherches et d’Information Socio-politiques, Bruxelles, Belgique) Brigitte Gaïti (Université Paris IX, Dauphine, Paris, France) Marco Giugni (Université de Genève,Genève, Suisse) Boris Gobille (École normale supérieure - Lettres et sciences humaines, Lyon, France) Virginie Guiraudon (CNRS, CERAPS, Lille, France) Christian Lahusen (University of Siegen - Siegen, Allemagne) Lilian Mathieu (Université Paris I, Panthéon - Sorbonne, Paris, France) Daniel Mouchard (Université de Paris III - Sorbonne nouvelle, Paris, France) Érik Neveu (Institut d’Études Politiques de Rennes, Rennes, France) Serge Paugam (École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, France) Matt Perry (University of Newcastle, Newcastle, Royaume-Uni)

Didier Chabanet (Triangle - ENS-LSH, France). E-mail : didierchabanet@hotmail.com
Frédéric Royall (University of Limerick, Irlande). E-mail : frederic.royall@ul.ie

Lieux

  • Lyon, France

Dates

  • vendredi 01 juin 2007

Mots-clés

  • mouvements sociaux

URLS de référence

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'Action collective et l'exclusion sociale en Europe », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 30 avril 2007, http://calenda.org/198150