AccueilRapports sexuels et transactions marchandes

*  *  *

Publié le mardi 22 janvier 2008 par Pierre Mercklé

Résumé

Appel à communications, Journée d'étude, ENS-LSH Lyon, mercredi 4 juin 2008

Annonce

Comme le montrent les études sur la prostitution et la pornographie, la sexualité fait partie de la sphère marchande : s’il est fréquent de condamner ce qui est parfois appelé la « marchandisation de la sexualité », l’objectif de cette journée d’étude est de comprendre plus précisément les interactions entre la sexualité et les transactions économiques en essayant de circonscrire ce qui est en jeu dans ces phénomènes du point de vue de l’extension de la sphère marchande et de l’histoire de la sexualité.

En forgeant la notion d’ « échanges économico-sexuels », les travaux de Paola Tabet (2004) avaient ouvert un champ de recherches qui montrait que la sexualité n’était pas liée de manière exceptionnelle à l’argent, mais était insérée dans des transactions économiques implicites ou explicites. La prostitution n’était plus pensée comme un cas limite de confusion de registres - économiques et sexuels - pensés comme hétérogènes, mais comme une situation d’exhibition et donc de clarification des interactions entre rapports marchands et rapports sexuels. Ces travaux permettaient de comprendre la sexualité, et en particulièrement l’hétérosexualité comme un rapport de genre : les échanges économico-sexuels étaient réinsérés dans des rapports de pouvoir entre hommes et femmes, des rapports hiérarchiques et inégalitaires où l’argent se révélait être un instrument de domination. Les analyses de Paola Tabet et la perspective plus générale des échanges économico-sexuels peuvent être aujourd’hui réinterrogées à la lumière des nouveaux objets émergeant depuis une dizaine d’année dans le champ de la recherche en sciences humaines. L’apparition, au carrefour d’un renouveau théorique (gender studies, queer studies etc.) et de mouvements politiques issus de la société civile participent à rendre visible des objets tels la pornographie, la prostitution, l’homosexualité et la sexualité conjugale.

Dans ce cadre, une problématisation en terme de marchandisation apparaît à la fois comme une tentative de penser de nouvelles articulations entre rapports économiques et sexualité et comme un écran à l’appréhension de la complexité des pratiques où sexualité et économie interfèrent. Comme l’a montré Viviana Zelizer (2005), les transactions économiques n’effacent pas les relations personnelles, mais déplacent les frontières de l’intimité : il y a un travail de distinction des sphères intimes et marchandes opéré par les individus, notamment dans les situations où la frontière est floue. Il s’agit ici de saisir les arrangements qui permettent de construire des relations cohérentes, de distinguer la moralité et l’immoralité d’une pratique, d’évaluer des objets qui ne sont pas nécessairement considérés comme des biens marchand. L’intégration de la sexualité dans des rapports marchands produit-elle des comportements sexuels inédits ? Quels sont les outils, pratiques et cognitifs, qui permettent à chacun de tracer des démarcations entre des pratiques légitimes et illégitimes ?

Les analyses sociologiques des marchés, sur leur construction sociale, leur soubassement culturel et l’influence des conceptions économiques sur les rapports sociaux constituent une perspective de recherche : si la médicalisation et la politisation de la sexualité ont été soulignées, les conditions de la constitution de la sexualité comme objet économique n’ont pas souvent été éclaircies. Il est ici autant question de rapports sexuels que de la sexualité comme rapport à soi, marqueur d’identité, objet culturellement surdéterminé. Par exemple, les travaux sur les « marchés gais » (Chasin 2000) permettent d’envisager des modes de captation des comportements et des identités sexuelles reposant sur une volonté de profit et une certaine figure du consommateur ; le cinéma pornographique se conçoit comme une industrie qui répond aux fantasmes des amateurs.

L’objectif de cette journée d’étude est de se demander ce que signifie l’inscription de la sexualité dans la sphère marchande. Il s’agira de repérer les différentes formes que prend cette inscription, en proposer une approche historique, économique, sociologique, philosophique qui mettent en avant les différents objets et enjeux regroupés sous le thème de la marchandisation de la sexualité. Quels sont les enjeux moraux, politiques et scientifiques d’un tel phénomène ? Comment la société civile peut-elle se positionner face à processus ? Quels sont les outils dont dispose la communauté scientifique pour penser et rendre compte de telles évolutions ? C’est cet ensemble de questions que cette journée d’étude se propose de prendre en charge et d’éclairer, en articulant une approche descriptive des formes marchandes de la sexualité, qui en expose les enjeux sociologiques, historiques, et juridiques ; et une approche normative, par exemple dans la perspective d’une philosophie morale qui permettent de comprendre l’agencement des pratiques et des normes.

Alexandra Chasin, 2000, Selling Out. The Lesbian and Gay Movement Goes to Market, Palgrave MacMillan

Paola Tabet, 2004, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, L’harmattan

Viviana A. Zelizer, 2005, The Purchase of Intimacy, Princeton University Press

Cette journée d'étude, organisée par le laboratoire junior "Rapports économiques et sexualité", aura lieu à l'Ens-Lsh, à Lyon, le 4 juin 2008.

Les propositions de communication devront être envoyées avant le 29 février 2008 ; elles ne dépasseront pas une page et devront comporter les noms, prénoms et adresses électroniques des auteurs. Un texte d'environ 30 000 signes sera demandé fin mai, en vue d'une publication éventuelle.

Les propositions doivent être envoyées à : [marlenebenquet@hotmail.com->marlenebenquet@hotmail.com] ; [mathieutrachman@yahoo.fr->mathieutrachman@yahoo.fr]

Lieux

  • ENS LSH
    Lyon, France

Dates

  • vendredi 29 février 2008

Mots-clés

  • sexualité

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Rapports sexuels et transactions marchandes », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 22 janvier 2008, http://calenda.org/198329