AccueilClasses populaires, orientations politiques et engagement militant

*  *  *

Publié le vendredi 29 février 2008 par Pierre Mercklé

Résumé

Pour certains, les classes populaires sont en déshérence de représentation politique. Pour d’autres, le pouvoir d’encadrement et de structuration joué naguère par les grandes organisations est annoncé comme révolu. Toujours est-il que les partis politiques censés représenter le salariat sinon le monde ouvrier ne semblent plus en mesure d’opposer un véritable projet alternatif à la rationalité économique dominante. Les organisations syndicales apparaissent quant à elles bien souvent trop faibles et trop divisées. Dans quelle mesure l’évolution vers un capitalisme globalisé, informationnel avec une fragmentation des statuts sociaux et une précarisation de l’emploi a-t-elle bouleversé les clivages qui faisaient exister la lutte des classes ? Peut-on alors parler d’une désaffiliation classiste des acteurs sociaux ? Ou assistons-nous plutôt à une redéfinition et une réappropriation du politique fondées sur plusieurs enjeux conflictuels ? La « droitisation » des classes populaires est-elle avérée ? Assiste-t-on à un militantisme « à la carte » et quelle place la question du travail peut-elle encore jouer dans l’engagement ?

Annonce

Pour certains, les classes populaires sont en déshérence de représentation politique. Pour d’autres, le pouvoir d’encadrement et de structuration joué naguère par les grandes organisations est annoncé comme révolu. Toujours est-il que les partis politiques censés représenter le salariat sinon le monde ouvrier ne semblent plus en mesure d’opposer un véritable projet alternatif à la rationalité économique dominante. Les organisations syndicales apparaissent quant à elles bien souvent trop faibles et trop divisées. Dans quelle mesure l’évolution vers un capitalisme globalisé, informationnel avec une fragmentation des statuts sociaux et une précarisation de l’emploi a-t-elle bouleversé les clivages qui faisaient exister la lutte des classes ? Peut-on alors parler d’une désaffiliation classiste des acteurs sociaux ? Ou assistons-nous plutôt à une redéfinition et une réappropriation du politique fondées sur plusieurs enjeux conflictuels ? La « droitisation » des classes populaires est-elle avérée ? Assiste-t-on à un militantisme « à la carte » et quelle place la question du travail peut-elle encore jouer dans l’engagement ?

Le dossier du numéro 6 de la revue « Les Mondes du travail » sera intitulé « Classes populaires, orientations politiques et engagement militant » et se propose de publier des articles portant sur cette thématique et ayant comme souci de conjuguer une dimension analytique avec une dimension critique, issus de travaux scientifiques en sciences politiques, en sociologie ou en histoire.

Coordinateurs :

Mélanie Roussel, Carla Hobeika, Christophe Baticle

Adresse mail de correspondance :

melanieroussel@msn.com carla.hobeika@wanadoo.fr cbaticle@aol.com

info@lesmondesdutravail.net

Échéances :

15 mars 2008 - date limite pour le dépôt de propositions d’articles (max. 500 mots) 30 mars 2008 - réponse du collectif de rédaction sur les propositions d’articles 30 avril 2008 - date limite pour le dépôt des articles mai 2008 : lecture de 2 membres du conseil scientifique avec validation et remarques sur le texte déposé. Dépôt définitif des textes 30 juin 2008 Publication n°6 août 2008

Dates

  • samedi 15 mars 2008

Mots-clés

  • politique, mouvements sociaux, stratification sociale

URLS de référence

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Classes populaires, orientations politiques et engagement militant », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 29 février 2008, http://calenda.org/198348