AccueilLe discours pamphlétaire aujourd'hui

Le discours pamphlétaire aujourd'hui

Revue « Mots. Les langages du politique »

*  *  *

Publié le lundi 03 mars 2008 par Pierre Mercklé

Résumé

« Texte court et violent attaquant les institutions ou un personnage connu », selon la définition générale du dictionnaire, le pamphlet se présente comme une modalité particulière de littérarisation du politique et de politisation de la littérature, dont les formes ou les supports sont apparus très variables au cours de l’histoire : libelle, brochure, tract, chanson, journal voire roman, le discours pamphlétaire semble avoir connu bien des avatars. Contre les usages relâchés du terme, Marc Angenot avait entrepris, dans son travail pionnier (La parole pamphlétaire, 1982), de réserver le qualificatif de pamphlet à une configuration discursive spécifique qu’il distinguait des autres types de « discours agonique » que sont la polémique et la satire. Il concevait ainsi le pamphlet comme une « forme historiquement circonscrite, propre à certains états de la société et porteuse de symptômes idéologiques », dont on trouverait les modèles dans les écrits de Rochefort, Bloy, Péguy, Céline ou Berl entre autres. Appel à contributions pour la revue « Mots. Les langages du politique »

Annonce

« Texte court et violent attaquant les institutions ou un personnage connu », selon la définition générale du dictionnaire, le pamphlet se présente comme une modalité particulière de littérarisation du politique et de politisation de la littérature, dont les formes ou les supports sont apparus très variables au cours de l’histoire : libelle, brochure, tract, chanson, journal voire roman, le discours pamphlétaire semble avoir connu bien des avatars. Contre les usages relâchés du terme, Marc Angenot avait entrepris, dans son travail pionnier (La parole pamphlétaire, 1982), de réserver le qualificatif de pamphlet à une configuration discursive spécifique qu’il distinguait des autres types de « discours agonique » que sont la polémique et la satire. Il concevait ainsi le pamphlet comme une « forme historiquement circonscrite, propre à certains états de la société et porteuse de symptômes idéologiques », dont on trouverait les modèles dans les écrits de Rochefort, Bloy, Péguy, Céline ou Berl entre autres.

Marc Angenot émettait alors l’hypothèse d’un déclin actuel du genre pamphlétaire. L’objet de ce dossier consistera à (in)valider cette hypothèse et à s’interroger sur ce qui demeure aujourd’hui du discours pamphlétaire, en examinant ses nouvelles formes et ses nouveaux supports. A cet égard, plusieurs pistes seront envisagées :

1. La première portera sur le repérage de ce discours pamphlétaire aujourd’hui et sur ses conditions d’acceptabilité dans un contexte général d’aseptisation de la parole politique. Il s’agit, dans cette optique, d’aller à la recherche des survivances et des métamorphoses de ce mode spécifique d’intervention idéologique : où dépister désormais ce type de discours outrancier ? A-t-il une existence en soi, revendiquée, ou bien se dilue-t-il dans d’autres modes d’énonciation ? Quelle légitimité permet d’endosser la posture du pamphlétaire ? On portera particulièrement attention au rôle joué par les mutations du champ médiatique (télévision, Internet notamment) dans la production et le renouvellement de ce discours. On pourra également s’interroger sur la reconsidération des frontières entre le discours pamphlétaire et d’autres registres proches (polémique, satire, caricature) ou concurrents (scientifiques ou d’expertise par exemple). On s’efforcera enfin de repérer les thématiques aujourd’hui privilégiées par le genre pamphlétaire. Des évolutions sont-elles observables ou au contraire des récurrences témoignent-elles d’un lien structurel entre la manière pamphlétaire de dire et le sujet même du pamphlet ?

2. Une seconde piste consistera à étudier les procédés discursifs et narratifs mobilisés (style, vocabulaire, rhétorique, modalités d’énonciation, etc.), les registres employés (recours aux émotions, à l’humour, aux insultes ...) et les principaux topiques mobilisés (thématiques, stéréotypes ou représentations du monde). Il serait notamment intéressant de dégager les lignes d’évolution du discours pamphlétaire afin de le confronter aux principales transformations des cadres socioculturels de la société, des pratiques littéraires et journalistiques, et des supports médiatiques.

3. Un dernier axe portera sur les usages stratégiques et la réception de ces discours pamphlétaires. Dans quelle mesure cette parole est-elle encore aujourd’hui efficace et prise au sérieux ? Il conviendra ici d’être attentif aux procédures de catégorisation ou d’étiquetage des discours pamphlétaires qui conduisent à les (dis)qualifier comme tels. On s’interrogera également sur le rôle des censures, des procès, des affaires dans la transformation actuelle des représentations de la parole pamphlétaire.

Le choix des articles retenus sera effectué de manière à permettre la confrontation des approches disciplinaires et des regards nationaux.

Modalités de soumission

Les contributions pourront prendre la forme d’articles (maximum 35 000 signes tout compris), de notes de recherche (maximum 10 000 signes tout compris) ou de notes de lecture sélective (maximum 10 000 signes tout compris). Les auteurs pourront soumettre aux deux coordonnateurs, avant le 1er mai 2008, un avant-projet (3 000 signes maximum tout compris), dont l’acceptation vaudra encouragement mais non pas engagement de publication. Les contributions devront être proposées aux deux coordonnateurs avant le 1er septembre 2008. Conformément aux règles habituelles de la revue, elles seront examinées par les coordinateurs du dossier, puis le cas échéant soumises à l’évaluation doublement anonyme de trois lecteurs français ou étrangers de différentes disciplines. Les réponses aux propositions de contributions seront données à leurs auteurs au plus tard en janvier 2009. Les références bibliographiques devront figurer en fin d’article et être mentionnées dans le corps du texte sous la forme : (Machin, 1983). L’usage des caractères italiques sera réservé aux mots et expressions pris en tant que tels, et les guillemets aux énoncés dûment attribués à un auteur, ou à la glose d’un syntagme. coordination du dossier :

Michel Hastings Cédric Passard Juliette Rennes

mots@ens-lsh.fr
michel.hastings--at--voila.fr

Dates

  • jeudi 01 mai 2008

Mots-clés

  • communication

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le discours pamphlétaire aujourd'hui », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 03 mars 2008, http://calenda.org/198355