AccueilRésistance et translocalité : (Auto-)ethnographier les cultures jeunes

*  *  *

Publié le lundi 30 juin 2008 par Pierre Mercklé

Résumé

Appel à contributions pour un ouvrage collectif

Annonce

Aujourd’hui, les cultures jeunes, comme le hip-hop, le punk, le hardcore, le gothique ou le metal, sont incontournables. L’influence de l’underground acquiert une visibilité dans les sphères qu’il se propose pourtant de contester : la mode, l’art, la musique et, plus largement, l’ensemble de l’économie. C’est la totalité des tissus social et culturel qui s’en nourrit et qui, en redistribuant continuellement des objets prêts à être assemblés ou réassemblés par le bricolage constant des identités, assure la pérennité de ces mondes particuliers que sont les cultures jeunes. Pourtant et de manière surprenante, en ce qui concerne leur appréhension dans la littérature des sciences sociales francophones, beaucoup reste à faire. Alors qu’il existe de nombreux ouvrages en anglais ou en allemand sur la question, force est de constater qu’il n’existe rien de comparable en français. Notre projet vise donc à combler ce vide en proposant un ouvrage qui offrira un panorama de la richesse de ces univers au travers d’un recueil d’études de cas.

Nous comprenons par cultures jeunes - la pertinence du terme méritera d’ailleurs d’être discutée - des formations de groupes d’individus qui se caractérisent par la construction et la reconnaissance d’une identité commune au travers de l’assemblage de différents processus : (1) la fabrication et la performation continuelles d’un univers intersubjectif propre à chacun de ces mondes et d’un "mode de vie" particulier qui consiste, du point de vue des acteurs, à une manière de penser, d’agir et de consommer spécifique ; (2) la construction d’une identité partagée reposant sur la distinction in-group vs. out-group et la fabrique de la notion d’"authenticité" ; (3) la mobilisation du statut de "jeune", la création d’un discours contestataire à l’encontre de l’"ordre établi" et le refus d’un fonctionnement institutionnalisé ; (4) la production et la reconnaissance d’un "style", prenant la forme de codes vestimentaires et musicaux et de techniques du corps partagés par les acteurs concernés et qui s’opposeraient aux codes, pratiques et valeurs "conventionnels" et (5) la participation à un réseau de communication de dimension relative et translocale et l’agencement d’événements et d’espaces performatifs particuliers : soirées, concerts ou autre activités communes.

Notre posture souhaite suivre les acteurs - humains et non-humains - là où ils nous mènent, leur accorder le statut de spécialistes de leurs mondes et aller au plus près de leurs logiques pour rendre compte de la pluralité de ces pratiques. Notre démarche vise donc à proposer un recueil d’ethnographies du particulier. En outre, l’ouvrage comprendra une dimension polyphonique mêlant des textes académiques ainsi que des textes auto-ethnographiques.

Les études de cas soumises devront reposer sur une démarche résolument ethnographique et sur une méthode d’observation participante, voire de participation observante ; les travaux d’insiders seront bienvenus. Les abstracts soumis préciseront les conditions de collecte des données. Les articles pourront explorer plusieurs dimensions sous-jacentes : • les processus de construction des identités, de group boundary making et de mobilisation des catégories discursives et des objets, • les processus d’invention et de fabrication des "traditions", des "origines" et des "histoires" de ces mondes • les différentes formes que prend l’articulation du global et du local et les modes de circulation translocale des objets culturels, • les processus de construction du genre, de l’ethnicité et de la "conscience de classe"

Date limite pour les propositions des {abstracts} :
{{10 septembre 2008}} (300 mots maximum)

Date limite pour la soumission des articles : {{1er janvier 2009}} (30.000 caractères maximum, espaces non-compris)

Date de publication escomptée :
{{septembre 2009}}

Les abstracts peuvent être accompagnés d'une courte mention biographique et sont à envoyer aux deux éditeurs par email.

Editeurs:
-Alain Müller, Institut d'ethnologie, Université de Neuchâtel, Suisse
alain.mueller[at]unine.ch
-Marion Schulze, Zentrum Gender Studies, Université de Bâle, Suisse
marion.schulze[at]unibas.ch

Dates

  • jeudi 01 janvier 2009
  • mercredi 10 septembre 2008

Mots-clés

  • culture, jeunesse

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Résistance et translocalité : (Auto-)ethnographier les cultures jeunes », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 30 juin 2008, http://calenda.org/198468