AccueilAux frontières de l'immigration

*  *  *

Publié le jeudi 28 mai 2009 par Igor Martinache

Résumé

Festival de cinéma, Paris, du 2 au 9 juin 2009

Annonce

Le festival Etats d’urgence est un événement cinématographique biannuel qui présente des oeuvres de fiction et des documentaires liés par des thèmes politiques. Ces thèmes soulèvent des questions urgentes qui apparaissent dans les contradictions rarement mises en cause au sein des sociétés contemporaines. Nous souhaitons ainsi susciter l’intérêt et stimuler la prise de conscience du public sur ces problématiques grâce aux échanges qui suivent chacune des projections et qui construisent une discussion entre le public et les spécialistes des sujets abordés.

Ça pourrait n’être qu’une définition : entrée dans un pays de personnes non autochtones qui viennent s’y établir, généralement pour y trouve un emploi .Ou encore des chiffres : « 191 millions de migrants dans le monde », « 28000 expulsions en France l’année dernière ». Outre sa formulation en termes de flux ou de « problème » l’immigration n’est, en premier lieu, qu’un volet du couple immigration/émigration, manière de rappeler qu’avant d’arriver dans un pays, il faut en quitter un autre. L’histoire des migrations a souvent été celle de va-et-vient brouillant les frontières entre ceux qui viennent travailler et ceux qui s’installent. Dans un monde dont on aime à rappeler qu’il est global, alors que la liberté de circulation des biens et des services est à l’ordre du jour, comment interpréter la fermeture des frontières et la criminalisation de l’immigration ? Il est vrai que les frontières physiques sont plus aisées à passer lorsqu’on a besoin de main-d’oeuvre bon marché. En temps de crise, la frontière se décrit comme assaillie par des « hordes » de migrants.. Aux frontières physiques qu’il faut traverser pour atteindre l’eldorado économique ou politique succèdent des frontières sociales construisant le migrant et parfois ses enfants, comme « autre » : l’étranger, le travailleur, l’immigré. Après s’être penché sur la répression dans les démocraties, l’homophobie ou la pauvreté dans l’abondance, le cri du peuple s’intéresse à l’immigration et à sa représentation au cinéma. Nous tenterons cette année encore de décortiquer un enjeu important des sociétés capitalistes contemporaines, en projetant des films touchant à la complexité des phénomènes migratoires. La dimension sud-sud de la plus grande partie des migrations internationales sera abordée, de même que les débats tenteront de dépasser l’indignation et l’appel à la morale pour aborder de front ce qui ne tourne pas rond dans nos sociétés entourées et productrices de frontières.

Programme

Mardi 02 juin, 20h30

Avant-première d’Amreeka , Chérien Debis, 2009

Discussion : Cherien Debis (sous réserve), Cécilia Baeza

Mercredi 03 juin, 20h30

Exils, Tony Gatlif, 2004

Discussion : Frédéric Decosse

Vendredi 05 juin, 20h30

Haïti chérie , Claudio Del Punta, 2008

Discussion : Anne Lescot

Samedi 06 juin, 20h30

Golden Door, Emanuele Crialese, 2008

Discussion :Denis Lacorne

Dimanche 07 juin, 20h30

Little Sénégal , Rachid Bouchareb, 2001

Discussion : Audrey Célestine

Lundi 08 juin, 20h30

Vivre au paradis , Boualem Guerdjou, 1999 Discussion : Muriel Cohen

Mardi 09 juin, 20h30

It’s a free world, Ken Loach, 2008 Discussion : Nicolas Jounin

Lieu :
Studio des Ursulines
10, rue des Ursulines - 75005 Paris
BUS : 21, 27 (Feuillantines), 38 ou 82 (Auguste Comte), 84
(Panthéon)
RER : Luxembourg (sortie rue de l'Abbé de l'Epée)
Tarif unique : 6 euros

Lieux

  • Studio des Ursulines
    Paris, France

Dates

  • mardi 02 juin 2009

Mots-clés

  • migrations

URLS de référence

Source de l'information

  • Liens socio
    courriel : Pierre [dot] Merckle [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Aux frontières de l'immigration », Informations diverses, Calenda, Publié le jeudi 28 mai 2009, http://calenda.org/198651