AccueilL’identité à l’épreuve de l’altérité

L’identité à l’épreuve de l’altérité

Identity in the face of alterity

L’image de l’Autre dans la littérature et les arts visuels anglais aux XVIIe et XVIIIe siècles

The image of the Other in literature and the visual arts in 17th and 18th century England

*  *  *

Publié le lundi 21 septembre 2009 par Marie Pellen

Résumé

A mesure qu'ils découvrent et rencontrent des peuples nouveaux au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, les Anglais sont conduits à s'interroger en retour sur leur propre identité. C'est la question du dialogue entre le soi et l'autre, celle de la perception de l'altérité, et de la construction d'une identité nationale par le jeu du regard, de la mise en miroir ou de l'opposition que ce numéro spécial de la revue LISA e-journal se propose d'explorer. Il s'agira notamment d'étudier la façon dont se déploient l'imaginaire de l'identité et celui de l'altérité dans la littérature et les arts visuels aux XVIIe et XVIIIe siècles. Tous les types d'approche théorique sont les bienvenus.

Annonce

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les voyages de découverte et les voyages commerciaux qui conduisirent les Anglais aux Antilles et aux Caraïbes, en Chine, en Inde ou encore en terres australes, amenèrent ces derniers à rencontrer d’autres cultures et à confronter leur propre image à ces figures de l’altérité. A l’échelle nationale, la recherche identitaire fut marquée par les questions religieuses et politiques ou encore par la progressive distinction entre sphère privée et sphère publique et l’opposition féminin/masculin pour ne prendre que quelques exemples. L’image de l’Autre fait surgir de nombreuses questions philosophiques, éthiques ou culturelles : on peut en effet considérer l’altérité en fonction de sa culture, de son appartenance ethnique ou de ses origines géographiques, ou encore de son identité sociale ou sexuelle.

Objet d’observation tout autant que de fantasmes, l’Autre semble donc afficher des contours définitoires fluctuants sur lesquels il conviendra de s’interroger. Dès les XVII et XVIIIe siècles, l’Autre servit d’instrument de mesure des différences identitaires, sociales, sexuelles ou culturelles, et nombreuses furent les représentations qui consignèrent le besoin d’établir une frontière, imaginaire ou pas, entre « eux »et « nous ». La perception de l’altérité semble en effet indissociable d’une projection des préoccupations identitaires du Soi, ce qui pose la question de l’authenticité des représentations anglaises de l’Autre et amène ainsi à considérer l’articulation entre illusion, fiction et réalité.

La rencontre avec l’Autre au cours des voyages, mais aussi la « fictionnalisation » de l’image de l’Autre en littérature et ses diverses représentations visuelles dans les arts picturaux, graphiques ou plastiques, ont permis aux Anglais d’affiner leur propre définition de l’identité nationale, par le jeu du regard, de la mise en miroir ou de l’opposition. On s’intéressera ainsi à la façon dont la dialectique du Soi et de l’Autre se déploie à travers un imaginaire de l’altérité mais aussi de l’identité, joue avec les préjugés, construit ou recycle des stéréotypes raciaux, sociaux, culturels, ou bien invente et codifie les attributs de l’Autre. On envisagera les rapports à l’Autre sur le mode de la rencontre, de l’échange, ou bien de la confrontation, de la peur, voire de l’affrontement pour expliquer les réactions face à l’altérité : dénigrement, rejet, aliénation, ou bien idéalisation et intégration. On cherchera à montrer comment la figure de l’Autre a pu être modelée, voire modélisée pour correspondre aux attentes, réelles ou fantasmées, du Soi. Les analyses de l’image de l’Autre pourront se prêter à des approches théoriques variées (orientalisme, théories coloniales, féminisme, historisme, sémiologie ou histoire culturelle par exemple) afin de multiplier les points de vue.

Parmi les multiples pistes de réflexion possible, on pourra s’intéresser, à titre indicatif, aux suivantes :

-         Présence ou mise en place de « zones de contact » (Mary Louise Pratt) entre le Soi et l’Autre (rencontres directes ou représentations) et leurs significations.

-         L’exotisme de l’Autre (coutumes, rites, costumes, « folklore »)

-         La représentation de l’altérité dans la culture matérielle : objets exotiques, objets de l’empire et des colonies, chinoiseries, turqueries, goût indien

-         La question de l’identité territoriale : l’Ailleurs et l’espace national

-         Identité nationale et dimensions politiques ou religieuses

-         Figures « domestiques » de l’altérité (genre, classe, région)

-         Altérité et langage : la langue de l’Autre

-         Prêter sa voix à l’Autre : comment « écrire », « exprimer » et mettre en scène l’Autre

-         Hybridité et hybridation : la préservation du Soi pour reprendre les termes de Jonathan Lamb (the Preservation of the Self) ou bien « l’indigénisation » (going native)

Merci d’envoyer vos propositions d’articles (entre 20 et 50 lignes), accompagnées d’une courte bio-bibliographie, à Vanessa Alayrac-Fielding (valayrac@hotmail.com) ou Mickael Popelard (mickael.popelard@wanadoo.fr) avant le 30 janvier 2010 (les articles seront à envoyer avant le  30 septembre 2010).

Les auteurs sont priés de respecter les normes de présentation indiquées sur le site de la Revue LISA/LISA e-journal (http://www.unicaen.fr/mrsh/lisa/presentFr.php?p=1 ou http://lisa.revues.org).

Identity in the face of alterity:

The image of the Other in literature and the visual arts in 17th and 18th century England

In the 17th and 18th centuries, as the English became increasingly engaged in commercial or exploratory voyages to such distant places as the Caribbean islands, China, India or even the territories of the South Seas, they came into contact with people from different cultures whom they saw as so many figures of otherness. On a national scale, the quest for a distinctive identity was marked by questions of a religious or political nature, by the progressive distinction between the private and the public spheres and by the opposition between the masculine and the feminine, to take but a few examples. The figure of the Other raises many philosophical, ethical and cultural questions, as otherness may be defined in terms of culture, ethnicity, geographical origins, social background or sexual identity.

As an object of both scientific observation and fantasies, the Other seems to be a rather elusive idea whose definition deserves careful consideration. As early as the 17th and 18th centuries, the Other was used as an instrument for measuring sexual, social or cultural differences and his or her representations were often based on the need to establish a clear-cut separation between “us” and “them”. Thus, the way the Other was perceived could not be dissociated from one’s own concerns about one’s own identity. This begs the question of how genuine and objective English representations of the Other actually were, while simultaneously throwing light on the links between illusion, fiction and reality.

The encounter with the Other which resulted from travels, as well as the “fictionalization” of the Other in literature, and his or her various representations in the visual arts enabled the English to define their own identity with greater accuracy, by looking at, comparing themselves with, or pitting themselves against the Other. We would like to examine the way the dialectics between the Self and the Other depended on an imaginary vision of both otherness and identity, and how it played upon existing prejudices while recycling, reconstructing or re-inventing racial, social or cultural stereotypes. The relationship with the Other will be considered as a form of exchange, encounter or confrontation, which gave rise to a wide array of different reactions ranging from rejection and denigration to integration and even idealisation. The way the figure of the Other was shaped and altered so that it conformed to the real or imaginary expectations of the Self will also be considered. All kinds of theoretical approaches (such as Orientalism, post-colonialism, feminism, historicism, semiology or cultural history) are welcome with a view to studying the representation of the Other in 17th and 18th century England from many different perspectives.

Possible areas for consideration might include, but are not restricted to:

         The presence and/or production of “contact zones” (in the words of Mary Louise Pratt) between the Self and the Other (direct encounters or representations) and the significance of such zones.

         The exoticism of the Other (local customs, rites, costumes, “folklore”).

         The representation of otherness in material culture: exotic objects, objects from the Empire and the colonies, chinoiseries, Indian and Turkish tastes.

         The issue of territorial identity: foreign lands as opposed to the national territory.

         National identity and political or religious issues.

         The figures of “domestic” otherness (gender, class, region, etc...)

         Otherness and Language: the language of the Other.

         Lending one’s voice to the Other: how to “write”, “express” and “stage” otherness.

         Hybridity and hybridisation: “the preservation of the Self ” as opposed “to going native” in the words of Jonathan Lamb.

Please send your proposals (20 to 50 lines), along with a short bio-bibliographical note, to Vanessa Alayrac-Fielding (valayrac@hotmail.com) or Mickael Popelard (mickael.popelard@wanadoo.fr) before 30 January 2010 (the deadline for completed articles is 30 September 2010).

Please follow the norms for presentation indicated on the LISA e-journal website (http://www.unicaen.fr/mrsh/lisa/presentFr.php?p=1 or http://lisa.revues.org).

Lieux

  • Web

Dates

  • samedi 30 janvier 2010

Mots-clés

  • identité, altérité, représentations, arts visuels, littérature, monde anglophone

Contacts

  • Mickael Popelard
    courriel : mickael [dot] popelard [at] wanadoo [dot] fr
  • Vanessa Alayrac-Fielding
    courriel : valayrac [at] hotmail [dot] com

Source de l'information

  • Mickael Popelard, Vanessa Alayrac-Fielding ~
    courriel : mickael [dot] popelard [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’identité à l’épreuve de l’altérité », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 21 septembre 2009, http://calenda.org/198938