AccueilTraduction et pouvoir en péninsule ibérique au Moyen Âge

Traduction et pouvoir en péninsule ibérique au Moyen Âge

Translation and power in iberian peninsula in the middle ages

*  *  *

Publié le jeudi 24 septembre 2009 par Marie Pellen

Résumé

La traduction au Moyen Âge n’est-elle pas une prise de position politique par rapport à un discours dominant que le « discours » de la traduction vise précisément soit à détrôner ou à infléchir, soit à renforcer ? Il s’agira, si cette question renferme quelque pertinence, d’appréhender la traduction au Moyen Âge comme discours, et qui plus est, comme discours de/du pouvoir, de manière à circonscrire au mieux les contours de l’épistémologie de la traduction médiévale.

Annonce

ENS LSH, LYON

26-27 novembre 2009

organisation :

AILP (GDRE, CNRS), CIHAM (UMR 5648, CNRS) et ENS LSH

Coordinateurs : Carlos HEUSCH, Georges MARTIN, Corinne MENCÉ-CASTER

Objectifs du colloque:

La traduction au moyen âge n’est-elle pas une prise de position politique par rapport à un discours dominant que le « discours » de la traduction vise précisément soit à détrôner ou à infléchir, soit à renforcer ?

Il s’agira, si cette question renferme quelque pertinence, d’appréhender la traduction au moyen âge comme discours, et qui plus est, comme discours de/du pouvoir, de manière à circonscrire au mieux les contours de l’épistémologie de la traduction médiévale.


À la lumière des divers travaux menés dans les champs de la philologie, de l’histoire des mentalités, de la traductologie et de la linguistique du discours, il nous appartiendra non seulement de procéder à un état des lieux rigoureux de la question de la traduction médiévale, mais sans doute aussi de contribuer à concevoir une approche de la traduction médiévale qui soit plus en adéquation avec l’épistémologie même de cette traduction, épistémologie que nos travaux tenteront dans le même temps de mieux définir, voire de redéfinir, en relation avec la question du pouvoir.


Pour qu’il en soit véritablement ainsi, il convient sans doute de rejeter d’emblée tout découpage arbitraire qui viserait à disjoindre par exemple l’imaginaire de la réception des textes anciens –auquel pourrait sembler appartenir a priori la traduction- de celui de la production de textes « neufs » -duquel elle relève également- puisque précisément les notions de production/reproduction, écriture/réécriture, lecture/relecture (en termes d’appropriation) de textes sont étroitement imbriquées. Or, de telles opérations qui manifestent que la traduction, quoiqu’elle comporte ses spécificités, n’est pas une pratique sui generis distincte des autres formes de production écrite, ne peuvent être saisies à leur juste mesure que si elles sont replacées dans la logique « politique » qui les gouverne et qui leur donne sens. D’où la nécessité d’articuler savoir et pouvoir, ou dit autrement, le discours « dominant » (que l’on pourrait assimiler globalement au discours de l’auctoritas) et tous les discours qui, à la faveur de la traduction, émergent et circulent pour venir concurrencer, sur son propre terrain, un certain discours du pouvoir qu’il s’agit de disqualifier ou de « re-qualifier » afin de faire émerger une vision autre du monde « politique ».

Les questions d’appropriation des modèles, de re-sémantisation, de légitimation des discours, de littéralité, d’interprétation, de didactisme, seront donc au cœur d’une réflexion qui, si elle est bien menée, devrait nous permettre de définir le discours de la traduction médiévale comme discours du pouvoir, mais aussi comme discours (rétrospectif ou prospectif) sur le pouvoir qui affirme dans le même temps le pouvoir du discours.

Programme:

Jeudi 26 novembre, salle F106

9h. Accueil dans la Mezzanine de l’ENS LSH.

9h. 30 Ouverture du colloque par Olivier FARON, Directeur de l’ENS LSH.

9h. 45 Présentation par Georges MARTIN, Coordonnateur du GDRE AILP et Carlos HEUSCH, directeur de l’axe 5 du CIHAM.

10h. Introduction par Corinne MENCÉ-CASTER (Université des Antilles-Guyane, La Martinique), SEMH-Sorbonne [CLEA], AILP).

10h. 15 Mónica CASTILLO LLUCH (CIHAM, AILP) : « La lengua del Fuero Juzgo y su (in)dependencia del modelo latino ».

10h. 45. Pause

11h. 15 Corinne MENCÉ-CASTER (SEMH-Sorbonne [CLEA], AILP) : « Traduction et ethos royal dans les textes alphonsins ».

11h. 45 Marta LACOMBA (Université Bordeaux 3, AMERIBER-ERPI): « Réécriture et traduction dans le projet politique d’Alphonse X ».

12h. 15 Débat.

13h. Déjeuner dans le Salon Orient de l’ENS LSH.

14h. 30 Belén ALMEIDA (Universidad Autónoma de Madrid, AILP) : « El concepto de rey en las fuentes clásicas de la General Estoria ».

15h. Irene SALVO (Universidad Autónoma de Madrid / ENS LSH, CIHAM, AILP) : « Autor frente a auctoritas : la recreación de Júpiter por Alfonso X en la General Estoria, I parte ».

15h. 30 Pause.

16h. Carlos HEUSCH (ENS LSH, CIHAM, AILP) : « Les traductions littéraires réalisées sous Alphonse XI et la mise en place des nouveaux modèles éthiques et politiques ».

16h. 30 Débat.

Vendredi 27 novembre, salle F106

9h. 30 Ghislaine FOURNÈS (Université Bordeaux 3, AMERIBER-ERPI) : « De la traduction au manifeste politique : le Libro de las claras e virtuosas mujeres d'Álvaro de Luna ».

10h. Florence SERRANO (Université de Kiel / ENS LSH, CIHAM, AILP), « Des armes et des dames: enjeux idéologiques de la traduction des œuvres de Diego de Valera et Juan Rodríguez del Padrón à la Cour de Bourgogne (milieu du XVe siècle) ».

10h. 30 Pause.

11h. Xiomara LUNA (Universidad de Zaragoza/ENS LSH, CIHAM, AILP), « Aspectos ideológicos de la traducción y recepción de las historias caballerescas breves ».

11h. 30 Sophie HIREL (Université Paris-Est, LISAA-EMHIS) : « La traduction latin-espagnol de la chronique de Marineo Sículo ».

12h. Débat.

12h. 30. Déjeuner dans le Salon Orient de l’ENS LSH.

14h. 30. Antonio REI (Universidade de Lisboa, Instituto de Estudios Medievais) : « La traduction du Livre de Rasis et la construction de la mémoire des seigneurs d’Aboim-Portel (XIIIe - XVe siècle) ».

15h. Saul GOMES (Universidade de Coimbra) : « Les politiques culturelles de traduction à la cour portugaise au XVe siècle».

15h. 30 : Pause.

16h. Mariana LEITE (Universidade do Porto, Seminário Medieval Literatura, Pensamento e Sociedade, AILP) « Les deux témoins de la traduction portugaise de l’Historia Scholastica de Petrus Comestor ».

16h. 30. Débat.

17h. Clôture du colloque par Carlos HEUSCH (ENS LSH, CIHAM, AILP).

Catégories

Lieux

  • ENS LSH, 15 Parvis René-Descartes
    Lyon, France

Dates

  • jeudi 26 novembre 2009
  • vendredi 27 novembre 2009

Fichiers attachés

Mots-clés

  • traduction, péninsule ibérique, Moyen Âge

Contacts

  • Georges Martin
    courriel : georgesmartin4 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Georges Martin
    courriel : georgesmartin4 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Traduction et pouvoir en péninsule ibérique au Moyen Âge », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 24 septembre 2009, http://calenda.org/198990