AccueilSe souvenir ensemble ? Les enjeux socio-politiques de la mémoire familiale

Se souvenir ensemble ? Les enjeux socio-politiques de la mémoire familiale

Journée d’éude autour d’un ouvrage collectif

*  *  *

Publié le jeudi 01 octobre 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

Cette journée d’études est l’occasion de présenter un projet d’ouvrage collectif, issu d’un atelier de recherche mené pendant trois ans au sein de l’équipe ETT du Centre Maurice Halbwachs. L’introduction de l’ouvrage rappelle la démarche collective de ce projet de recherche. Dix groupes de parenté ont été choisis principalement en France et en Allemagne ; l’enquête et l’analyse ont été menées collectivement en constituant une grille d’entretien et une démarche de terrain commune avant de partager les entretiens retranscrits. Ces groupes de parenté sont caractérisés par de fortes inégalités sociales inter-, mais surtout intrafamiliales. Les enquêteurs ont rencontré le nombre maximum d’apparentés appartenant à différentes générations. Ils ont recueilli également le maximum d’archives possibles : livrets de famille, actes notariés, mais aussi photos, papiers personnels, journaux intimes et lettres, arbres généalogiques constitués par les membres de la famille, etc.

Annonce

19 octobre 2009
Ecole Normale supérieure
48, bd Jourdan
75014 Paris

Salle 8

Cette journée d’études est l’occasion de présenter un projet d’ouvrage collectif, issu d’un atelier de recherche mené pendant trois ans au sein de l’équipe ETT du Centre Maurice Halbwachs. L’introduction de l’ouvrage rappelle la démarche collective de ce projet de recherche. Dix groupes de parenté ont été choisis principalement en France et en Allemagne ; l’enquête et l’analyse ont été menées collectivement en constituant une grille d’entretien et une démarche de terrain commune avant de partager les entretiens retranscrits. Ces groupes de parenté sont caractérisés par de fortes inégalités sociales inter-, mais surtout intrafamiliales. Les enquêteurs ont rencontré le nombre maximum d’apparentés appartenant à différentes générations. Ils ont recueilli également le maximum d’archives possibles : livrets de famille, actes notariés, mais aussi photos, papiers personnels, journaux intimes et lettres, arbres généalogiques constitués par les membres de la famille, etc. Ils ont fait le plus d’observations possibles (ce qui est d’autant plus facile qu’ils sont parfois hébergés par les personnes enquêtées et/ou présents lors de fêtes familiales) concernant la mémoire familiale donnée à voir (photos, meubles et objets hérités, etc.) mais aussi concernant les relations entre apparentés.

Le livre est organisé autour de trois axes, qui seront précédés par des introductions de chercheurs « séniors » ayant participé tout le long de l’atelier de recherche à sa conception en particulier par leurs interventions théoriques et leurs critiques à différents stades du projet. Le premier axe traite des familles dont certains membres témoignent d’un fort investissement en politique, pour creuser les relations entre socialisation politique et transmission familiale. Le deuxième axe traite des rapports de pouvoir qui structurent la configuration de mémoires familiales. Un troisième axe traitera le fonctionnement de la mémoire familiale comme ressource sociale. Le tout sera précédé par une histoire croisée franco-allemande du traitement scientifique de la mémoire familiale, qui souligne le caractère interdisciplinaire, international et comparatif du projet.

Programme provisoire (soumis à changements)

9.00 : Ouverture de la journée : Florence Weber (ETT-CMH, ENS)

9. 15 : Présentation du projet collectif

9.30 – 11.00 Axe 1 : Mémoire familiale et socialisation politique

Séverine Chauvel et Sophie Maurer (ETT-CMH, ENS-EHESS)
« L’intentionnalité dans le processus de socialisation familiale. Une étude de cas »

Julie Pagis (ETT-CMH, ENS-EHESS)
« Des héritiers malgré eux ? Quand le corps devient vecteur d’une mémoire familiale de Mai 68 »

Discussion : Marie-Claire Lavabre (Sciences-Po/CNRS)

11.15 - 12.45 Axe 2 : rapports de pouvoir et construction de la mémoire au sein des groupes familiaux

Alexandra Oeser (LaSSP, IEP Toulouse)
« Mémoire familiale et concurrence dans la fratrie »

Sibylle Gollac (ETT-CMH, ENS-EHESS)
« Gardiennes et bâtisseurs : genre et souvenirs autour des « maisons de famille » »

Discussion : Tiphaine Barthélémy (Université de Limoges)

Pause déjeuner

14.15– 15.45 : Axe III : La mémoire familiale comme ressource sociale

Solène Billaud (ETT-CMH, ENS-EHESS)
« Conflits de légitimité et mémoire familiale. Le cas de quatre femmes au sein d’un même groupe de parenté. »

Baptiste Brossard et Mélanie Cambrézy (ETT-CMH, ENS-EHESS)
« Rester à sa place. Mémoire familiale et capital d’autochtonie dans une famille ouvrière rurale »

Discussion : Nicolas Rénahy (INRA)

16.00 – 16.45 : Conclusion de la journée par Stéphane Beaud (ETT-CMH, ENS) et Discussion finale.

Lieux

  • 48 bd Jourdan, M° Porte d'Orléans ou RER Cité Universitaire
    Paris, France

Dates

  • lundi 19 octobre 2009

Mots-clés

  • mémoire, famille, socialisation politique, parenté, transmissions, générations

Contacts

  • Sibylle Gollac
    courriel : sibylle [dot] gollac [at] ens [dot] fr

Source de l'information

  • Sibylle Gollac
    courriel : sibylle [dot] gollac [at] ens [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Se souvenir ensemble ? Les enjeux socio-politiques de la mémoire familiale », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 01 octobre 2009, http://calenda.org/199027