AccueilCrises – causes, interprétations et conséquences

Crises – causes, interprétations et conséquences

Journée annuelle de la Société suisse d’histoire économique et sociale

*  *  *

Publié le mercredi 07 octobre 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

La journée annuelle de la Société suisse d'histoire économique et sociale qui aura lieu le 24 avril 2010 à Berne est consacrée à la thématique « Crises – Causes, interprétations et conséquences ». Il s’agira de dresser un bilan des crises des XIe au XXIe siècles en abordant des thématiques susceptibles d’intéresser les sciences historiques et, plus généralement, les autres disciplines des sciences sociales. Les recherches, adoptant une perspective comparative et permettant ainsi de situer les crises en Suisse dans un contexte international plus large, sont vivement encouragées.

Annonce

Société suisse d’histoire économique et sociale
Schweizerische Gesellschaft für Wirtschafts- und Sozialgeschichte
Società svizzera di storia economica e sociale

Journée anuelle 2010
Berne, avril 2010

Depuis plusieurs mois, l’économie mondiale traverse une profonde crise. Selon le Fonds Monétaire International (FMI), l’économie entrera au cours de cette année en récession pour la première fois depuis la Deuxième Guerre mondiale. Le chômage va même dépasser, en moyenne, la barre des 10% dans les pays occidentaux. Compte tenu de l’ampleur dramatique de la crise actuelle, l’intérêt pour les recherches historiques en lien avec cette thématique ne se limite plus à la seule sphère académique et a touché le grand public : à quel moment une crise similaire a-t-elle eu lieu pour la dernière fois? Comment les crises ont-elles été interprétées et combattues auparavant ? Quelles conséquences ont-elles eues à court et à long terme? La Société Suisse d’Histoire Economique et Sociale se propose d’aborder ces questions lors de sa prochaine conférence annuelle en 2010 et invite les chercheuses et chercheurs à présenter leurs travaux portant sur l’histoire des crises économiques. Trois thèmes seront privilégiés: les causes, les interprétations et les conséquences des crises économiques au cours des dix derniers siècles. L’objectif de cette journée annuelle est d’analyser les crises dans une perspective interdisciplinaire, en abordant les dimensions économique, mais aussi sociale, politique et culturelle de ces phénomènes.

1. Le Moyen Age et l’époque moderne

A la suite de l’essor de l’histoire économique et sociale au cours des années 1970, un grand nombre de courants historiographiques se sont intéressés aux crises médiévales et modernes : l’histoire des prix, l’histoire de la finance et du commerce, l’histoire agraire, l’histoire démographique, de la médecine, environnementale et, plus tard, l’histoire culturelle ou encore l’histoire de la vie quotidienne. Dans cette perspective, deux périodes ont reçu une attention toute particulière: la crise agraire du Bas Moyen Age avec l’apparition dramatique de la Peste au milieu du 14e siècle et la « crise générale du 17e siècle ». Simultanément, différentes typologies et théories des crises ont été avancées. En conséquence, la recherche fait face aujourd’hui à un certain nombre de problèmes : comment devons-nous nous interpréter, de façon méthodique, les facteurs de crise de l’époque moderne et les évaluer les uns par rapport aux autres ? Quelles étaient les relations de ces crises avec les modèles d’interprétations religieuses et les formes de légitimation du pouvoir ? De quelle façon ces crises ont-elles influencé à court terme les cadres de vie de la population et quelles conséquences peuvent être observées à long terme? Ces questions, parmi d’autres, peuvent s’avérer fructueuses pour la recherche actuelle consacrée aux crises économiques de l’époque moderne.

2. Du 19e au 21e siècles

L’étude des crises contemporaines est aussi ancienne que les crises elles-mêmes. Au milieu du 19e siècle, les premières théories ont vu le jour. Le chercheur français, Clément Juglar, fut à cet égard un pionnier. De même, dans l’analyse de Karl Marx, l’instabilité du capitalisme industriel jouait un rôle éminent. Depuis lors, les économistes se sont emparés de ce champ de recherche, alors même que, à la suite du « tournant culturel », les historiens se sont quelque peu désintéressés de cette thématique, bien que l’analyse culturelle des crises soit nécessaire et très féconde. En outre, il conviendra de mettre l’accent sur les conséquences sociales des crises dans la mesure où ces dernières provoquent toujours de profonds bouleversements dans les relations entre groupes sociaux.
De nombreux thèmes importants pourront ainsi être abordés au cours de la journée annuelle de la SSHES: les visions du monde, les idées et les théories influencent-elles la manière dont sont perçues et combattues les crises ? De quelle manière, les débats politiques sont-ils menés durant les récessions économiques ? Qu’apprend la société au cours d’une crise ? Comment les récessions modifient-elles, sur le marché du travail, les rapports de genre, ainsi que les relations entre main-d’œuvre nationale et étrangère ? Quelles sont les réponses apportées par l’Etat aux revendications sociales de réforme qui émergent en temps de crise ou, plus généralement, quelles sont les relations entre crises et réformes ? Des contributions, qui intègrent une approche politique, économique et sociale à l’analyse discursive, sont, vu la conjoncture actuelle, du plus grand intérêt.

La question de la transformation des crises sur le long terme se pose également. Dans une perspective de longue durée, les crises économiques au cours des derniers dix siècles ont énormément évolué. Alors que, dans les économies agraires des époques médiévale et moderne, des variations climatiques et des mauvaises récoltes pouvaient entraîner des famines, les crises économiques, depuis le milieu du 19e siècle, sont étroitement corrélées au cycle conjoncturel industriel. Cependant, vu de plus près cette image est moins explicite. Des guerres ont déclenché des crises économiques aussi bien pendant l’époque moderne qu’au cours de la période contemporaine ; depuis longtemps, des bulles financières et spéculatives se sont formées et ont éclaté. Par conséquent, les organisateurs/trices de cette journée annuelle encouragent également les contributions qui traitent des configurations changeantes et/ou permanentes des causes, des interprétations et des conséquences des crises. La question, certes ambitieuse, de savoir si et dans quelle mesure les phénomènes de crises sont appropriés pour différencier, dans le temps et l’espace, les systèmes économiques et sociaux, peut y être rattachée.
En résumé, à l’occasion de cette journée annuelle, il s’agira de dresser un bilan des principaux thèmes susceptibles d’intéresser les sciences historiques et, plus généralement, les autres disciplines des sciences sociales. Les historien-ne-s ont, parmi d’autres, la tâche – très importante dans la situation actuelle – de proposer des modèles d’interprétation qui pourraient aider le grand public à s’orienter. La journée annuelle de la SSHES intitulée « Crises – Causes, interprétations et conséquences » aura lieu le 24 avril 2010 à Berne. Elle est ouverte aux contributions consacrées aux crises des 11e au 21e siècles, voire même, en fonction de l’intérêt et de la pertinence, aux périodes antérieures. Les recherches, adoptant une perspective comparative et permettant ainsi de situer les crises en Suisse dans un contexte international plus large, sont vivement encouragées.

Organisation:

Thomas David, Jon Mathieu, Janick Marina Schaufelbuehl, Tobias Straumann.

Merci de bien vouloir faire parvenir votre résumé (max. 3000 signes) jusqu’au 1er novembre 2009 à: straumann@fsw.unizh.ch

Les propositions retenues feront l’objet d’un courrier d’ici au 15 décembre 2009.

Lieux

  • Berne (Suisse)
    Berne, Confédération Suisse

Dates

  • dimanche 01 novembre 2009

Mots-clés

  • crises économiques, Suisse, histoire économique, histoire sociale, perspective comparative

Contacts

  • Janick Marina Schaufelbuehl
    courriel : JanickMarina [dot] Schaufelbuehl [at] unil [dot] ch

Source de l'information

  • Janick Marina Schaufelbuehl
    courriel : JanickMarina [dot] Schaufelbuehl [at] unil [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Crises – causes, interprétations et conséquences », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 07 octobre 2009, http://calenda.org/199079