AccueilGrammaire en francophonie : curricula, manuels, pratiques d'enseignement observées, formation des enseignants

*  *  *

Publié le lundi 05 octobre 2009 par Marie Pellen

Résumé

Ce colloque international, organisé à l'IUFM Midi-Pyrénées, à Toulouse, les 16, 17 et 18 février 2010 partira du constat selon lequel les difficultés orthographiques des élèves en langue française met en question l'enseignement de la grammaire, tant dans ses principes d'organisation que dans la terminologie grammaticale adoptée. Les programmes, la terminologie (scolaire et universitaire), le matériel d'enseignement, la comparaison des langues, les pratiques observées et la formation des enseignants, feront l'objet des réflexions du colloque.

Annonce

16-17-18 février 2010

IUFM Midi-Pyrénées, Ecole interne de l’Université Toulouse 2-Le Mirail
56 avenue de l’URSS – TOULOUSE (Métro Saint-Agne)

GRIDIFE, ERT 64, IUFM Midi-Pyrénées & CLLE-ERSS, UMR 5263, Université Toulouse 2-Le Mirail & CNRS, avec le soutien de l’AIRDF (Association Internationale pour la Recherche en Didactique du Français)

Appel à communications

L’enseignement de la grammaire, entendue au sens d’étude réflexive, métalinguistique des grandes régularités de la langue, dans ses diverses dimensions (syntaxe, orthographe, morphologie verbale, lexique, cohésion du texte, énonciation…) est actuellement en débat. Il fait l’objet de controverses parfois médiatisées au vu des constats effectués sur les difficultés orthographiques rencontrées par un nombre important d’élèves à la sortie du système scolaire et par les scores particulièrement bas des élèves en très grande difficulté à l’entrée du collège.
En effet la maîtrise de la langue, notamment écrite, constitue le premier pilier du socle commun des connaissances et compétences, présent sous des formes diverses dans divers pays d’Europe. La définition de paliers de compétences impose de s’interroger sur les notions-noyaux dont la maîtrise est requise et sur les principes de progressivité dans l’enseignement grammatical.
Par ailleurs, au sein de l’AIRDF est engagé un chantier de réflexion sur les problèmes de terminologie dans la perspective d’une harmonisation au sein des différents pays de la francophonie.
La réflexion au cours du colloque s’organisera plus précisément autour de six axes de réflexion, qui donneront lieu chacun à une conférence invitée et aux communications des participants retenues par le comité scientifique.

1. La place de la grammaire dans les programmes et plans d’étude de l’enseignement
primaire et secondaire
2. La terminologie grammaticale dans ses usages scolaires et universitaires
3. L’analyse de manuels et de matériels d’enseignement
4. La place et l’intérêt de la comparaison des langues pour l’étude grammaticale et
lexicale
5. La grammaire telle qu’elle s’enseigne dans les classes : des pratiques prescrites aux pratiques d’enseignement observées
6. La grammaire dans les plans d’études des futurs enseignants dans les différents pays
de la francophonie : de l’étudiant au professionnel

Chacun de ces axes peut être décliné en questions auxquelles les communications s’attacheront à répondre en s’appuyant sur des données empiriques collectées au cours de recherches, dont la méthodologie sera précisée.

1. La grammaire dans les programmes et plans d’étude de l’enseignement primaire et secondaire des différents pays de la francophonie.

Quelles finalités, quelle place et quel statut sont assignés à l’enseignement de la grammaire ? Quelles théories linguistiques sont sous-jacentes aux contenus choisis ? Seront particulièrement appréciées les études comparatives sur le traitement d’une notion dans deux degrés d’enseignement (école/collège) ou dans deux pays différents et les études comportant une dimension historique.
Seront également admises des communications qui comparent le statut de l’enseignement de la grammaire française selon que le français est langue première, langue de scolarisation pour des élèves d’origine étrangère, langue seconde ou langue étrangère. Pourront être également considérées des communications qui comparent l’enseignement de la grammaire en France et l’enseignement de la grammaire en langue première dans un autre pays.

2. La terminologie grammaticale dans ses usages scolaires et universitaires

De quel métalangage a-t-on besoin pour lire, pour écrire, pour analyser des textes littéraires ? Quels soubassements théoriques président à la terminologie grammaticale en usage dans les programmes, les matériels d’enseignement et les pratiques observées en classe ? Dans quelle mesure le métalangage utilisé renvoie-t-il à des traditions différentes correspondant à des époques historiques de l’enseignement grammatical ? Quelles contradictions éventuelles peut-on constater ? Quelles difficultés peut-on observer chez les élèves, les professeurs, les étudiants dans l’utilisation du métalangage grammatical ?

Les contributions s’attacheront principalement à l’étude de la transposition didactique comme écart entre les théories de référence linguistique et les contenus à enseigner mais elles pourront aussi se rapporter à l’histoire de l’enseignement de la grammaire.

3. Analyse de manuels et de matériels d’enseignement

Comment les matériels d’enseignement (manuels, fichiers, moyens d’enseignement) déclinent-ils les prescriptions des programmes ? Quelle progression proposent-ils ? Quelles sont les théories grammaticales de référence convoquées ? Quels exercices sont privilégiés ? Les activités proposées paraissent-elles viser plutôt des compétences pour la lecture et l’analyse des textes ou pour l’écriture ?

Les communications pourront analyser en particulier le traitement d’une même notion dans plusieurs manuels, de niveaux scolaires, d’époques historiques ou de pays différents. Elles seront fondées sur la notion de transposition didactique, comme interrogation des écarts entre théories de référence et notions à enseigner.

4. La place et l’intérêt de la comparaison des langues pour l’étude grammaticale et lexicale.

Dans quelle mesure la comparaison de langues étrangères ou anciennes, connues ou apprises, permet-elle aux élèves de construire une posture métalinguistique par rapport au français langue de scolarisation ? A quelles conditions ? A travers quelles activités ? Quels apprentissages peuvent alors être constatés chez les élèves, en termes de connaissances et de représentations sur le fonctionnement des langues et sur la grammaire ?
Les contributions pourront concerner l’enseignement de la grammaire en contexte bilingue, l’éveil aux langues ou la comparaison des langues, de l’école maternelle à l’université.

5. La grammaire telle qu’elle s’enseigne dans les classes : des pratiques prescrites aux pratiques d’enseignement observées

Quelle grammaire s’enseigne effectivement dans les classes d’école primaire, de collège, de lycée, de lycée professionnel ? Quels sont les véritables objets enseignés ? Au vu des pratiques qui sont observées, que peut-on inférer des représentations que se font les enseignants des différents degrés d’enseignement des notions grammaticales et des enjeux de l’enseignement grammatical ? Dans quelle mesure sont convergentes les conseils et les pratiques des enseignants-formateurs ? Quelles difficultés de mise en œuvre rencontrent les étudiants en formation et les enseignants débutants ?

Les contributions devront se fonder sur la transcription d’enregistrements de séances observées en classe, assortis ou non d’entretiens avec les enseignants.

6. La grammaire dans les plans d’études des futurs enseignants dans les différents pays de la francophonie : de l’étudiant au professionnel

Quelle place occupe l’enseignement de la grammaire (entendue au sens d’étude réflexive, métalinguistique des grandes régularités de la langue, dans ses diverses dimensions : syntaxe, orthographe, morphologie verbale, lexique, cohésion du texte, énonciation…) dans les plans d’études des futurs enseignants du premier et du second degré et de l’enseignement professionnel dans les différents pays de la francophonie ? Quelles représentations se font les étudiants, à divers moments de leur cursus, de l’enseignement grammatical ? Quelles notions sont particulièrement difficiles pour eux ? Quel accompagnement leur est proposé ?

Seront privilégiées les contributions qui traiteront de la comparaison entre plusieurs pays, plusieurs degrés d’enseignement ou plusieurs situations linguistiques. Seront également retenues des communications traitant de la place de l’enseignement de la grammaire dans la formation d’enseignants de langue première dans divers pays. Peuvent également être proposées des communications comparant l’enseignement d’une notion grammaticale en français langue première et en français langue étrangère.

Programme scientifique

Le colloque se déroulera les 16, 17, 18 février 2010 à l’IUFM Midi-Pyrénées à Toulouse en six demi-journées. Chaque demi-journée sera construite autour d’une ou deux conférences invitées et des communications sélectionnées présentées dans le cadre de symposiums, d’ateliers thématiques ou de posters.
Les symposiums sont constitués de quatre communications, émanant au moins de deux équipes différentes, organisées autour d’une question de recherche.
Les ateliers sont organisés autour de quatre communications de 20 minutes pour l’exposé oral suivies de 10 minutes de discussion.
Les communications sous forme de posters se verront allouer deux plages de trois quart d’heures pour la présentation et la discussion.

Le comité scientifique se réserve la possibilité de proposer le format « communication orale en atelier » ou « présentation d’un poster » au vu des propositions reçues.

Les communications scientifiques seront sélectionnées par le comité scientifique sur la base d’un résumé (4000 signes, bibliographie incluse) envoyé avant le 6 novembre 2009, à l’adresse suivante : gram2010@toulouse.iufm.fr.

Ces résumés, ainsi que le programme définitif seront disponibles sur le site du colloque, après expertise par le comité scientifique.

Les contributions retenues pour les ateliers seront envoyées aux organisateurs du colloque avant le 20 janvier 2010, sous une forme longue (30000 signes) pour constituer les pré-actes qui seront mis en ligne et reproduits sur un CDROM donné aux participants du colloque.
A l’issue du colloque, une sélection de textes longs, remaniés selon les indications du comité scientifique, sera publiée dans un ouvrage et/ou un numéro de revue.

Modalités de soumission des propositions de communication :

- nom de l’auteur/des auteurs, son/leurs institution(s) de rattachement, son/leur équipe de recherche
- titre de la communication
- indication de l’axe dans lequel elle s’inscrit
- résumé de 4000 signes (espaces compris, bibliographie incluse) maximum.
- envoi des documents à gram2010@toulouse.iufm.fr avant le 6 novembre 2009
- Renseignements possibles auprès de veronique.paolacci@toulouse.iufm.fr ou et cgarciad@toulouse.iufm.fr

Lieux

  • Toulouse, France

Dates

  • vendredi 06 novembre 2009

Mots-clés

  • grammaire en Francophonie, curricula, pratiques observées d'enseignants, formation des enseignants

Contacts

  • Véronique Paolacci, Claudine Garcia-Debanc ~
    courriel : gram2010 [at] toulouse [dot] iufm [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Véronique Paolacci
    courriel : veronique [dot] paolacci [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Grammaire en francophonie : curricula, manuels, pratiques d'enseignement observées, formation des enseignants », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 05 octobre 2009, http://calenda.org/199082