AccueilPassages de Jean-François Lyotard

*  *  *

Publié le lundi 12 octobre 2009

Résumé

On sait le rôle que la pensée et l’activité de Lyotard ont joué dans le groupe Socialisme ou barbarie dès les années 50, puis dans le mouvement 22 mars en 1968, avant d’intégrer ensuite le département de philosophie de l’Université de Paris VIII à Vincennes et se faire connaître internationalement (non sans confusion) sous les désignations de « philosophie du désir » ou, plus tard, de « philosophie postmoderne ».

Annonce

14 octobre 2009 au 17 octobre 2009

Université de Paris 8 Vincennes à Saint-Denis

Rencontre internationale organisée par le département de philosophie de Paris 8, Bruno Cany, Jacques Poulain et Plínio W. Prado, à l’occasion des 40 ans de « Vincennes ».

Rencontre organisée avec le soutien du Conseil scientifique de l’Université de Paris 8, du Laboratoire d’études et de recherches sur les logiques contemporaines de philosophie (LLCP) et de la Chaire UNESCO de Philosophie de la culture et des Institutions.

Présentation        

Le présent colloque international, consacré à la pensée de Jean-François Lyotard, s’inscrit à plus d’un titre dans le cadre des manifestations du 40e anniversaire de l’Université de Vincennes qui auront lieu en automne de 2009 à Paris, sur fond de la situation critique que traverse l’université française aujourd’hui.

On sait le rôle que la pensée et l’activité de Lyotard ont joué dans le groupe Socialisme ou barbarie dès les années 50, puis dans le mouvement 22 mars en 1968, avant d’intégrer ensuite le département de philosophie de l’Université de Paris VIII à Vincennes et se faire connaître internationalement (non sans confusion) sous les désignations de « philosophie du désir » ou, plus tard, de « philosophie postmoderne ».

Plus précisément encore, on ne saurait oublier le rôle décisif que La condition postmoderne, son livre le plus connu (mais dont on oublie souvent qu’il s’agit d’un « rapport sur le savoir »), a joué dans la survie de l’Université de Paris VIII Vincennes à la fin des années 70, déjà aux prises alors avec le diktat de l’« optimisation des performances ». Critiquant à la fois la philosophie analytique et la pragmatique communicationnelle anglo-américaine et allemande, le livre ouvrait en même temps l’espace d’une discussion internationale, dans le climat de laquelle naîtrait quelques années plus tard le Collège international de philosophie.

Onze ans après la disparition de Jean-François Lyotard, et à l’occasion aujourd’hui des quarante ans de l’Université de Vincennes, ce colloque international se propose de dresser un état des lieux des travaux consacrés, un peu partout dans le monde, à la pensée de Lyotard.

On vise à contribuer à une compréhension à la fois plus large et plus fine de la teneur et du ton singuliers de cette pensée, ainsi que de l’enjeu, plus actuel que jamais, qui est le sien (et ce à l’encontre de son assimilation courante à l’amalgame de « la pensée française », « poststructurale » ou « postmoderne »). Ce sera en particulier l'opportunité d’expérimenter la force et la pertinence particulières de l’apport de cette pensée à l’intelligence de la situation contemporaine, Université comprise. 

Le thème des « passages », qui témoigne d’une exigence fondamentale, indéfectible de la pensée, servira de fil conducteur au cours de ces journées de réflexion et de discussion.

En effet, bien que le penseur ait cherché à distinguer ce qu’il a nommé « la condition postmoderne » de « ce qui s’appelle postmodernité ou postmodernisme sur le marché des idéologies contemporaines », il reste que c’est au terme courant de « postmoderne » que son nom demeure généralement associé. Une telle réception, internationalement répandue, appelle une sévère révision. S’en tenir à cela reviendrait à oublier l’exigence dont fait preuve ici la pensée, son sens des différences et du « différend » (ce sens même que s’attache à occulter toute idéologie, à commencer par celle d’une « rationalité » qui dénierait le cas singulier, la venue de ce qui advient en tant qu’événement). Ce serait, en somme, faire tort à sa « responsabilité criticiste » intransigeante, qui est justement d’être judicieuse dans le différend.

Or c’est de cette exigence que témoigne foncièrement le thème des « passages ». Il atteste l’incommensurabilité des régimes des « phrases » dont est fait ce qu’on appelle « le langage » et leur agonistique (pour le dire dans le lexique du Différend,lequel prend source notamment dans une lecture de Kant révisée par celle de Wittgenstein). À commencer par l’incommensurabilité entre figure et discours, forme et concept, événement et signification.

Lyotard écrit qu’il a constaté après-coup avoir toujours tenté de réserver cela : « l’inaccordable », sous des noms (et des déplacements) divers – figural, hétérogénéité, différend, événement – qui jalonnent l’œuvre, depuis les premiers écrits esthétiques, voire politiques, jusqu’aux tout derniers textes.

Dès lors le thème des « passages », à résonance benjaminienne (mais revenant sous la plume de Lyotard à travers surtout le Kant du « jugement esthétique »), pourra s’entendre ici dans deux sens, au moins.

D’abord, les « passages » tels que Lyotard les élabore, les pense et les fraye tout au long de son œuvre (en prenant acte très tôt, depuis toujours peut-être, de « l’inaccordable »). Ce qui renverra à la figure du penseur comme « veilleur critique », ayant à s’orienter, sans règle préétablie, à travers la guerre civile des phrases.

Ensuite, les passages auxquels la pensée des « passages » de Lyotard elle-même n’aura cessé de donner lieu à travers le monde (sa réception, comme on dit), engendrant de nouvelles « phrases », animant d’autres actions, traversant la multiplicité des champs qu’elle aura explorés : politique, psychanalyse, judaïsme, pédagogie, sciences humaines, technosciences, peinture, cinéma, musique, littérature.

C’est à l’examen et à l’exploration de ces champs, suivant le fil conducteur des passages, que seront consacrées les journées de ce colloque.

On ne manquera pas de remarquer que cela ouvrira, à nouveaux frais, sur la problématique de l’affect, qui fera un retour insistant dans les derniers écrits. C’est que non seulement l’affect constitue la dernière boussole du « veilleur critique » (y compris, donc, en matière politique), mais en tant que ce qui excède constitutivement l’humanité de l’humain, il est décisif aussi pour l’élaboration d’une pensée de l’art ou de l’artistique, à l’écart de l’esthétique culturelle.

De plus, et par là même, il est crucial pour penser ce qui est finalement en jeu avec le développement technoscientifique, s’il est vrai que celui-ci exige des humains qu’ils se dépassent, se « déshumanisent » désormais, pour se mettre à la hauteur du défi de la complexité et de son rythme.

Ce qui ouvre en grand la question du « conflit des inhumanités », celle du système et celle, native, constitutive de l’humain.   

 P. W. P.

Université de Paris VIII Vincennes à St Denis

Département de philosophie

E-mail : plinio.prado@univ-paris8.fr

Programme

Mercredi 14 Octobre  

Salle de la Légion d'Honneur de Saint-Denis (6 rue de la Légion d'Honneur - métro « Basilique de Saint-Denis/Hotel de Ville »)

10 h 00  Ouverture Lyotard aujourd’hui

Plínio Prado (Paris 8) « D’un Il faut y aller qui ne dit pas où »

René Schérer (Paris 8) Jean-François à fleur de peau

11 h 00  Vladimir Safatle (Université de São Paulo) Pour une critique de l’économie libidinale : retour sur les rapports de Lyotard et de la psychanalyse

Modérateur : Bruno Cany (Paris 8)

Les passages

14 h 30 Amparo Vega (Paris 8, Bogota) Des cas et des passages d’enchaînement

15 h 30 Denis Viennet (Paris 8, Bruyères) Un passage de ce qui ne passe pas : Lyotard et l’enfance de l’âme

16 h 30 Paulette Kayser (Paris) Inarticulée... passage d’une sensation sans âge

Modérateur : Plínio Prado (Paris 8)

Jeudi 15 Octobre

Site de Paris 8 : salle A028 (RDC du bâtiment A de l'université) (métro « Saint-Denis-Université »)

La justice postmoderne

9 h 30 Marcelo Raffin (Buenos Aires) Liberté, identité et assujettissement :

la capture de la subjectivité dans les politiques des disparitions et les apories de l’Etat de droit

10 h 30 Wang Xiaosheng (Guangzhou) Universal Pragmatics or Special Pragmatics:

on Habermas and Lyotard’s conceptions of justice

11 h 30 Liu Zhuohong (Guangzhou) On Lyotard’s Thought of discursive justice

Modérateur : Jacques Poulain (Paris 8)

Destins du « postmoderne »

14 h 30 Gaëlle Bernard (Lille 3) Une critique de la raison altruiste : résistance ou souveraineté ?

15 h 30 Alberto Gualandi (Urbino) Relativisme postmoderne et exercice du jugement

16 h 30 Arild Utaker (Université de Bergen) « La condition postmoderne » 30 ans après

Modérateur : Marcelo Raffin (Buenos Aires)

Vendredi 16 Octobre

Salle de la Légion d'Honneur de Saint-Denis (6 rue de la Légion d'Honneur - métro « Basilique de Saint-Denis/Hotel de Ville »)

L’art du pragmatique

9 h 30 Vicente Ulive Schnell (Paris 8, Caracas) La critique des théories des actes de parole

par Jean-François Lyotard

10 h 30 Irma Angue Medoux (Paris 8, Libreville) Une critique pragmatique du postmoderne : Richard Rorty critique de Jean-François Lyotard

11 h 30 Eliane Beaufils (Strasbourg) Avatars du théâtre postmoderne

Modérateur : Amparo Vega (Bogota)

L’art du politique

14 h 30 Bruno Cany (Paris 8) Le philosophe artiste et la sophistique

15 h 30 Adrian Navigante (Darmstadt) Le sublime et l’enthousiasme chez JF Lyotard :

la relation entre l’esthétique et le politique

16 h 30 René Schérer (Paris 8) Un juste

Modérateur : Vicente Ulive Schnell (Paris 8, Caracas)

Samedi 17 Octobre

Amphi X de l'université (métro « Saint-Denis-Université »)

Ouvertures paralogiques 

9 h 30 Jacques Poulain (Paris 8) Le passage Jean-François Lyotard

10 h 30 Plínio Prado (Paris 8) L’impasse « esthétique » comme passage. Dérive à partir de Wittgenstein et Freud

Modérateur : Bruno Cany (Paris 8)

11 h 30 Table ronde : voies, passages, ouvertures

Lieux

  • Université de Paris VIII - 2 rue de la Liberté
    Saint-Denis, France (93)

Dates

  • jeudi 15 octobre 2009
  • mercredi 14 octobre 2009
  • vendredi 16 octobre 2009
  • samedi 17 octobre 2009

Mots-clés

  • affect, art, désir, enfance, inhumain, philosophie du langage, politique, postmoderne, sublime

Contacts

  • Plínio W. PRADO
    courriel : plinio [dot] prado [at] univ-paris8 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Plínio W. PRADO
    courriel : plinio [dot] prado [at] univ-paris8 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Passages de Jean-François Lyotard », Colloque, Calenda, Publié le lundi 12 octobre 2009, http://calenda.org/199171