AccueilLes territoires du communisme

Les territoires du communisme

Élus locaux, politiques publiques et sociabilités militantes

*  *  *

Publié le mardi 20 octobre 2009 par Karim Hammou

Résumé

Ces journées d’études s’intéressent à la fois au Parti communiste français et à la gestion publique locale au XXe siècle. Elles croisent des angles d’approche souvent dissociés - l’étude des partis politiques et l’analyse des politiques publiques - afin de contribuer à une meilleure connaissance des formes et des enjeux de la compétition politique locale. Les communications portent sur l’engagement militant et la formation du pouvoir local (municipal, intercommunal, départemental, etc.). Elles cherchent à mettre en perspective l’action militante aux prises avec les institutions publiques.

Annonce

Journées d’études des 1er  et 2 décembre 2009
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Salle 1 (salle du Conseil) - 12 place du Panthéon - 75005 Paris

Ces journées d’études s’intéressent à la fois au Parti communiste français et à la gestion publique locale au XXe siècle. Elles croisent des angles d’approche souvent dissociés - l’étude des partis politiques et l’analyse des politiques publiques - afin de contribuer à une meilleure connaissance des formes et des enjeux de la compétition politique locale. Les communications portent sur l’engagement militant et la formation du pouvoir local (municipal, intercommunal, départemental, etc.). Elles cherchent à mettre en perspective l’action militante aux prises avec les institutions publiques.

A l’échelon local, les luttes politiques investissent différentes scènes (municipale, associative, syndicale, partisane, etc.). Saisir les formes changeantes de l’interdépendance entre ces différentes scènes permet de mieux comprendre les transformations du pouvoir municipal au cours du XXe siècle. Une telle démarche ancre l’action publique dans les réseaux sociaux et militants. La conception et la mise en œuvre des politiques publiques locales ne sont pas dissociables des rapports plus ou moins conflictuels qui se nouent entre élus, agents administratifs (fonctionnaires territoriaux, représentants de l’État) et porte-parole des groupes de pression (partis, associations, syndicats). Confronter et discuter des recherches interdisciplinaires et renouvelées portant sur les militants et les élus communistes devraient nourrir une réflexion conjointe sur les comportements électoraux, les mobilisations militantes et l’action publique locale.

Inscription obligatoire, par mail : ebellanger@yahoo.fr

Mardi 1er décembre

9h30 : accueil des participants

10h-10h45. Discours d’accueil

Annie Fourcaut (directrice du Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle, Université Paris 1)

Introduction

Emmanuel Bellanger (CNRS, CHS, Université Paris 1)
Julian Mischi (INRA, département de sciences sociales, CESAER-Dijon)

Mise en scène du communisme local et politiques culturelles

10h45-12h30

Présidente de séance : Sylvie Fol (Géographie-cités, Université Paris 1) 
Discutante : Danielle Tartakowsky (Centre de recherche historique, Université Paris 8)

Alexandre Courban (Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne)
« Stalingrad-sur-Seine » en images ou comment montrer ou occulter le « communisme municipal » dans la presse communiste

Vincent Casanova (CHS, Université Paris 1)
Faire entendre l’avenir radieux : répertoires et pratiques musicales dans les municipalités communistes en banlieue rouge pendant la Guerre froide 

Marie-Cécile Bouju (CRHQ, Université de Caen)
Lecture publique et politique municipale communiste : Une heureuse rencontre politique et culturelle ?

12h30-13h30 : déjeuner (appartement décanal, centre Panthéon)

Politiques locales : se distinguer ou gérer comme les autres ?

13h30-15h45

Président de séance : Serge Wolikow (MSH Dijon, Université de Bourgogne)
Discutant : Marie-Hélène Bacqué (LOUEST, Université d’Evry Val d’Essonne)

Benoît Pouvreau (service du patrimoine culturel, Conseil général de la Seine-Saint-Denis)
Rouge brique : Quand communisme municipal rimait avec laboratoire urbain (1944-1986)

Lina Raad (Géographie-cités, Université Paris 7)
Politiques de l’habitat en banlieue rouge : entre mixité sociale et gentrification ?

Marie-Fleur Albecker (Géographie-Cités, Université Paris 1)
Globalisation et politiques urbaines locales dans la première couronne de la banlieue parisienne : une spécificité communiste ?

Benoît Breville (CHS, Université Paris 1)
L'enfance de la politique de la ville à Saint-Denis, vers une nouvelle géographique du pouvoir local (1984-1990)

15h45-16h15 : pause

16h15-18h

Président de séance : Claude Pennetier (CHS, Université Paris 1)
Discutante : Yasmine Siblot (ISST, Université Paris 1)

Violaine Girard (CMH, ENS-EHESS)
Les évolutions des politiques urbaines de la municipalité communiste de Pierre-Bénite (Rhône) : de la promotion de l’accession ouvrière au souci d’une recomposition par le haut ?

Emilie Biland (CMH, ENS-EHESS)
Recruter et gérer les agents "à gauche" ? Structuration et déstructuration d’une politique du personnel communal dans une petite ville (1971-2008)

Julien Cahon (CHSSC, Université de Picardie)
René Lamps : un communiste amiénois à l’épreuve du pouvoir local et de la gestion municipale

Mercredi 2 décembre

Pratiques militantes et mobilisations électorales

9h-10h45

Président de séance : Jacques Girault (Université de Paris 13)
Discutant : Rémi Lefebvre (CERAPS, Université de Reims)

Pascal Guillot (Université Paris 13)
L’Union socialiste communiste ou des dissidences municipales en banlieue parisienne dans l’entre-deux-guerres 

Paul Boulland (CHS, Université Paris 1)
Les élus municipaux de banlieue parisienne au prisme de l’encadrement communiste, de la Libération aux années 1960

Fabien Conord (CHEC, Université Clermont-Ferrand 2)
Les élections sénatoriales : entre scrutin prétexte et ressource politique

10h45-11h15 : pause

11h15-13h

Présidente de séance : Catherine Bruant (LADRHAUS, École nationale supérieure d’architecture de Versailles)
Discutant : Jean-Yves Dormagen (CEPEL, Montpellier 1)

Catherine Dupuy (Université Paris 13)
Les angles morts de la mobilisation en territoire du communisme : les déconvenues de l’engagement militant et protestataire à Gennevilliers (années 1950-1960)

Françoise de Barros (CRESPPA-CSU, Université Paris 8)
Les effets de la Guerre d’indépendance algérienne sur des espaces politiques locaux métropolitains : représentations « coloniales », pratiques électorales et politiques publiques communales

Nicolas Azam (CRPS, Université Paris 1)
Légitimités électives contre légitimité partisane. Les communistes de Saint-Denis des années 1980 à la campagne du « Front de gauche » en 2009

13h-14h : déjeuner (appartement décanal, centre Panthéon)

Désagrégation et recomposition du pouvoir local communiste

14h-15h45

Présidente de séance : Annie Fourcaut (CHS, Université Paris 1)
Discutant : Oliviers Masclet (CERLIS, Université Paris 5)

David Gouard (CEPEL, Université Montpellier 1)
Désaffiliation politique et stratégies de maintien du PCF en « banlieue rouge » : une sociologie politique des cités Maurice Thorez et Youri Gagarine à Ivry-sur-Seine

Samir Hadj Belgacem (CMH, ENS-EHESS)
Les conditions du maintien d’un pouvoir municipal communiste en « banlieue rouge ». Retour sur une campagne de succession délicate aux municipales de mars 2008

Jessica Sainty (PACTE, IEP de Grenoble)
Le paradoxe électoral des banlieues rouges : le PCF entre ancrage municipal et désaffection nationale. Le cas de la ville d’Echirolles

15h45-16h : pause

16h-17h45

Président de séance : Emmanuel Bellanger (CHS, Université Paris 1)
Discutant : Bernard Pudal (CSU, Université Paris X)

Thibault Tellier (IRHIS, Université Lille 3)
Le parti communiste et la décentralisation : une nouvelle manière d’appréhender le pouvoir local ? 1977-1983

Nicolas Bué (ERMES, Université de Nice) et Fabien Desage (CERAPS, Université Lille 2)
Les élus locaux communistes et l’intercommunalité : chronique d’un ralliement non annoncé

Héloïse Nez et Julien Talpin (CSU, Université Paris 8)
Démocratie participative et communisme municipal en banlieue rouge : Un modèle de gestion spécifique ?

17h45 : Bilan et prolongements

Jean-Yves Dormagen (CEPEL, Université Montpellier 1) et Danielle Tartakowsky (Centre de recherche historique, Université Paris 8)

Organisation

Emmanuel Bellanger, Julian Mischi

Comité scientifique

Marie-Hélène Bacqué, Catherine Bruant, Jean-Yves Dormagen, Sylvie Fol, Annie Fourcaut, Jacques Girault, Rémi Lefebvre, Olivier Masclet, Claude Pennetier, Bernard Pudal, Jean-Noël Retière, Yasmine Siblot, Danielle Tartakowsky, Serge Wolikow

Partenaires :

Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre d’histoire sociale du XXe siècle, UMR 8058, CNRS Université Paris 1
Maison des Sciences de l’Homme de Dijon
Institut national de la recherche agronomique (INRA), département de sciences sociales
École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles (ENSA-V)
Conseil général de la Seine-Saint-Denis
Conseil général du Val de Marne
Ville d’Ivry-sur-Seine
Fondation Gabriel Péri

Lieux

  • Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Salle 1 (salle du Conseil) - 12 place du Panthéon
    Paris, France

Dates

  • mardi 01 décembre 2009
  • mercredi 02 décembre 2009

Mots-clés

  • communisme, élus, militants, territoire, PCF, banlieue, sociabilité, engagement, pouvoir local, politiques publiques

Contacts

  • Emmanuel Bellanger
    courriel : ebellanger [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Julian Mischi
    courriel : mischi [at] dijon [dot] inra

Pour citer cette annonce

« Les territoires du communisme », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 20 octobre 2009, http://calenda.org/199191