AccueilDes frontières transcendantes en Europe durant la Belle Époque

Des frontières transcendantes en Europe durant la Belle Époque

'Transcending Boundaries' in the period of Belle Époque

L'organisation du savoir, les réseaux mobilisateurs et les changements sociaux en Europe durant la Belle Époque

Organizing Knowledge, mobilizing networks and Effecting Social Changes

*  *  *

Publié le mardi 20 octobre 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

Les contributions attendues exploreront différents aspects du fonctionnement du réseau, son information, sa création, son organisation et son système d’échange ou les activités de « boundary spanning » des individus et institutions et instruments techniques et académiques qu’ils ont été capables de développer pendant cette période de la Belle Époque qui s’étend de 1880 à 1914 où le vieux continent (y compris l’Angleterre) supporte un changement social, politique et « épistémique » considérable. Les contributions peuvent être méthodologiques ou analytiques. Les résumés, rédigés en français ou en anglais avec un maximum de 500 mots, doivent parvenir pour le 31 janvier 2010 au plus tard à Boyd Rayward (wrayward@illinois.edu) ou à Stéphanie Manfroid (stephanie.manfroid@mundaneum.be).

Annonce

Pour nous historiens, la Belle Epoque est en Belgique et ailleurs une période que l’on situe entre 1880 et 1914. Elle est turbulente[1] et témoigne d’un élan de modernisation dans des domaines aussi divers que  l’organisation sociale et politique, la vie artistique et littéraire et les sciences tant du point de vue de leur expérimentation, de leur exploration que de leur gestion. Ces développements et évolutions - et les oppositions qu’elles suscitent- accompagnent la création de nouvelles structures et de nouveaux procédés de découvertes, et de gestion de l’information ainsi que de sa communication. Dans  certains cercles, il y a d’ailleurs une profonde prise de conscience,  qui va jusqu’à l’anxiété, au sujet de la gestion la plus appropriée des organisations, des systèmes, et des procédés qui constituent une version perfectionnée de l’infrastructure de l’information. Une telle réflexion sur l’organisation était un aspect nécessaire de la stratégie pour rencontrer les objectifs sociaux, politiques et scientifiques.

Pour donner un aperçu de ce que nous recherchons, nous mentionnons ci-dessous un certain nombre de développements que nous envisageons durant le colloque et qui pourront être interrogées depuis une perspective de l’histoire de l’information. Cette liste, quoiqu’incomplète, se veut simplement indicative. Chaque article permet de formuler de quelque manière que ce soit toutes sortes de questions et de répondre  à un intérêt particulier.

  • L’impact du développement d’infrastructures de communications physiques (chemins de fer, système postal international) sur le flux d'idées de l'information, des personnes et des publications.

L'extension graduelle de l'infrastructure de communications physiques de réseaux de chemin de fer,  l'apparition du système postal international, par exemple, avec deux ou trois distributions du courrier par jour dans les villes majeures, ont progressivement accéléré le flux d'informations, des idées, des publications et des personnes à travers l’Europe et ont aidé à créer de nouvelles sortes de réseaux sociaux et de développements organisés au niveau national ou au niveau international.

  • Apparition et impact de l'idée de sciences et des scientifiques, création "des communautés de pratique scientifique",[1]  la formation d'une culture épistémique  qui s’étend aux développements des sciences sociales.

Une culture épistémique internationale s’est développée dans les sciences créant des frontières cognitives et encourageant la formation "des communautés de pratique scientifique" spéciales au moyen desquelles ce qui constituait une science ou pouvait être considéré comme telle pour les scientifiques était acceptée. Cette culture a influencé le développement des sciences humaines et sociales. Elle a requis le développement de formes de communications pratique pour les institutions de recherche et d’éducation ainsi que la création de sociétés et d’associations.  Les laboratoires, les réunions nationales et internationales et les systèmes de publications analytiques et bibliographiques ont contribué à créer une arène internationale pour ces deux mouvements, celui des scientifiques et celui de leurs idées.

  • Le trafic international des idées et des personnes dans le développement de mouvements politiques et sociaux majeurs comme le libéralisme, le socialisme et le féminisme; la liaison entre des  individus, des formes d'organisations au niveau national et international. L’influence des débats démocratiques sur le flux des échanges culturels, scientifiques. 

A l’époque, le trafic international extraordinaire des idées et des personnes accompagne la croissance de tels mouvements sociaux et politiques majeurs comme le libéralisme, le socialisme et le féminisme. Ils lièrent des individus influents et animèrent les réunions et autres activités d'associations locales, nationales et internationales.

  • Les Expositions universelles comme nouveaux  espaces pour l’organisation et la démonstration des connaissances.

Les expositions universelles ont créé de nouveaux espaces pour réunir et mettre en exergue les intérêts commerciaux, nationaux et scientifiques sur une échelle mondiale. C'était un espace international, apparemment neutre,  qui réunissait des produits, des technologies, des organisateurs, des exposants et spectateurs du monde entier[2]. C’est aussi le lieu ou le siège d’une panoplie de rencontres scientifiques et professionnelles. C'est le lieu privilégié des influences profondes sur les idées de la classification de la connaissance, son épistémologie et de la création des organisations supranationales qui deviennent si importantes dans la pensée de savants tels que Paul Otlet et Patrick Geddes. 

  • Associations internationales et organisations comme mode d’échange des informations et le mécanisme pour ce qui pourrait être décrit comme "la vie internationale."

Associations internationales et organisations assorties de leurs réunions, leurs publications et leurs réseaux d'individus dialoguant entre eux sont de plus en plus représentés dans presque chaque domaine d’intérêt scientifique, social et politique. Ils créent des modalités nouvelles pour l'échange d'informations et lièrent des intérêts locaux et nationaux de façon internationale dans ce qui pourrait être décrit comme "la vie internationale".

  • L'apparition de canaux locaux porteurs d’idées et d’influences vers des communautés, des bibliothèques publiques, des musées sociaux, des Maisons du Peuple, des groupes locaux, des sociétés et des publications.

De la même façon qu’ils se généralisent dans la production de connaissance et dans son organisation physique, de nouveaux canaux locaux et influents apparaissent et deviennent importants et prennent la forme de musées commerciaux, des bibliothèques publiques, des Maisons du Peuple et des sortes diverses de groupes, d’associations et de publications pour apporter des idées éclairées et des influences dans des communautés particulières. Le processus qui s’opère va du général au particulier et touche les formes diverses de structures ou d’organisations tant nationales que locales.  

  • Développement des grandes entreprises bibliographiques de la période; l'Institut International de Bibliographie et son Répertoire Bibliographique universel à Bruxelles, la Concilium Bibliographicum à Zurich et ses initiatives bibliographiques pour la littérature de la zoologie et un certain nombre d'autres sciences, L’International Catalogue of scientific Littérature- et sa convention internationale- à Londres, et le Répertoire bibliographique des sciences mathématiques à Paris dirigé par la Société mathématique de France.

Nombre de grandes entreprises bibliographiques sont apparues pendant cette période (voir liste ci-dessus) : leur développement était le résultat de discussions d'individus influents, de la mobilisation de réseaux personnels, de l'engagement dans des sociétés scientifiques et de la création de dynamique opérationnelle et organisationnelle complexe pour produire et distribuer les produits bibliographiques.

  • Les idées, le travail, développés tout au long de leurs vies, enrichis par leurs liens et ramifications personnelles et institutionnelles associés au réseau des fondateurs du Mundaneum, Paul Otlet et Henri La Fontaine.

Les deux collègues ont travaillé ensemble pendant plus de  cinquante années quand ils créèrent l’Office International de Bibliographie (1895) et l’Institut International de Bibliographie, l’Office Central des Associations Internationales (1907) qui se transforme en Union des Associations Internationales (1910), Le Musée International (1910), et le Palais Mondial-Mundaneum (1920). Leur travail dans ce contexte et à l’extérieur les amenèrent à côtoyer la plupart des figures majeures et les développements institutionnels de la vie intellectuelle en Belgique et sur la scène internationale au cours de la période qui a précédé la première guerre mondiale. Henri La Fontaine a d’ailleurs été récompensé en 1913 par le prix Nobel de la Paix pour son travail pour l’arbitrage international et le mouvement pacifiste de manière générale. Ces expériences emblématiques variées sont à comparer comme autant de tentatives à réaliser la paix mondiale par la culture grâce à ce vaste réseau d’individus et d’institutions.


 

[1] L’utilisation du terme par E.Wenger, Communities of Practice : Meaning and Identity, Cambridge University Press, 1998.

[2] D’Arsac, « Les expositions. Leur origine. Leur utilité », dans : Bruxelles-Exposition, n°1, mars 1908, pp.2-3.


 

[1] Gita Deneckere a participé récemment à la Nouvelle Histoire de Belgique avec le chapitre suivant : « Les turbulences de la Belle Epoque, 1887-1905 », vol. 1, 1830-1905, Bruxelles, les Editions complexes, 2005.

Les résumés, rédigés en français ou en anglais avec un maximum de 500 mots, doivent parvenir pour le 31 janvier 2010 au plus tard à Boyd Rayward (wrayward@illinois.edu) ou à Stéphanie Manfroid (stephanie.manfroid@mundaneum.be). 

Lieux

  • Mundaneum, Centre d'archives 15 rue des Passages
    Mons, Belgique

Dates

  • dimanche 31 janvier 2010

Mots-clés

  • réseaux, société, échange international, Belle Époque

Contacts

  • Stéphanie Manfroid
    courriel : manfroid [dot] stephanie [at] skynet [dot] be
  • W. Boyd Rayward
    courriel : wrayward [at] illinois [dot] edu

URLS de référence

Source de l'information

  • Stéphanie Manfroid
    courriel : manfroid [dot] stephanie [at] skynet [dot] be

Pour citer cette annonce

« Des frontières transcendantes en Europe durant la Belle Époque », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 20 octobre 2009, http://calenda.org/199213