AccueilLes occupations militaires en Europe, XVe-XXe siècle (2009-2010)

Les occupations militaires en Europe, XVe-XXe siècle (2009-2010)

Military occupations in Europe, 15th-20th century

*  *  *

Publié le vendredi 23 octobre 2009 par Karim Hammou

Résumé

Depuis Janvier 2007, l’Agence nationale de la recherche soutient un programme de recherche sur les occupations militaires en Europe, proposé par l’Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHiS), situé à l’Université Charles-de-Gaulle Lille 3, et la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société - Lille Nord de France (MESHS). Ce programme de recherche organise chaque année un séminaire international sur ce thème. Après une première année consacrée au vocabulaire de l'occupation militaire, l'année universitaire 2008-2009 a été l'occasion d'étudier les pratiques et les expériences. Les avantages et les servitudes qui caractérisent le processus d'occupation pour la puissance occupante ont notamment fait l'objet d'un examen attentif. Il convient de poursuivre cette étude lors de la troisième année du programme.

Annonce

La poursuite de la guerre pendant l’occupation

Mercredi 21 octobre 2009, 14h-17h,

Université de Lille 3,
salle de séminaire de l’IRHiS (A3 101)

Ce thème englobe plusieurs aspects. Comment par exemple l’occupant parvient-il à gérer ses unités afin de poursuivre les opérations tout en gardant le contrôle du territoire occupé ? Pour compléter les discussions déjà engagées lors de séances précédentes, il serait souhaitable d’analyser les objectifs et les besoins parfois contradictoires des troupes combattantes et occupantes, notamment en ce qui concerne le logement et le ravitaillement, mais aussi dans la gestion de ce que l’on a pu appeler, à propos de la Première Guerre mondiale, « l’autre front », le front intérieur, parfois géographiquement très proche du front de guerre proprement dit. Le thème de la poursuite de la guerre fait aussi référence aux opérations de renseignement menées par l’occupant au sein du territoire qu’il contrôle, et naturellement aux opérations menées par des individus que l’on désignera comme « résistants » par commodité.

Anne Curry, University of Southampton
Philippe Bragard, Université catholique de Louvain

Les otages

Mercredi 9 décembre 2009, 14h-17h, 14h-17h

Université de Lille 3,
salle de séminaire de l’IRHiS (A3 101)

Cette pratique peut être observée aux différentes époques. Il conviendrait donc d’étudier son évolution, l’écart éventuel – et éventuellement variable d’un conflit à l’autre – entre l’efficacité que les occupants lui attribuent a priori et les effets réels que ses modalités de mise en œuvre permettent d’obtenir, ainsi que les réactions des populations dans le temps comme dans l’espace. Les termes employés et leurs traductions doivent faire l’objet d’un examen attentif.

Guillaume Parisot, Université de Lille 3, IRHiS
Claudine Wallart, Archives départementales du Nord

Droit commun et politique (fin du Moyen Âge)

Mercredi 13 janvier 2010, 14h-17h, 14h-17h,

Université de Lille 3,
salle de séminaire de l’IRHiS (A3 101)

Le terme de « résistant » demeure problématique aux époques antérieures à la généralisation de l’idée de nation comme fondement premier des États, de leur organisation politique et de leurs limites territoriales. Dans quelle mesure peut-on distinguer le « brigand » du « résistant » ? Cette question incite à poursuivre les réflexions développées lors de la première année sur la définition de l’occupation et les problèmes de vocabulaire, en précisant davantage ce qui touche aux conceptions et aux limites de la souveraineté. Au regard d’autres formes de résistance, telle la résistance vis-à-vis de la conscription ou encore la contrebande, se pose le problème de la définition d’actes qui relèvent souvent du droit commun selon les critères de l’occupant. Nous souhaiterions donc revenir sur les définitions juridiques des actes de résistance en fonction de l’environnement idéologique et politique dans lequel ils se produisent et de la diversité de leurs formes et moyens. Il serait aussi important de prendre en compte la question du brigandage mené par les soldats libérés, notamment à la fin du Moyen Âge.

Rémy Ambühl, Université de Lille 3 / St Andrews
Valérie Toureille, Université de Cergy-Pontoise

Religions et occupation

Mercredi 3 février 2010, 14h-17h, 14h-17h,

Université de Lille 3,
salle de séminaire de l’IRHiS (A3 101)

L'étude des pratiques et des expériences de l'occupation incite à faire toute leur place aux questions religieuses, qu’il s’agisse des confrontations entre occupants et occupés ou de l’attitude du clergé et des aumôniers militaires en période d’occupation. Cette préoccupation recoupe et permettra d’approfondir des considérations déjà présentes au cours de plusieurs discussions développées dans le cadre du projet OME : sur la neutralité, dans la mesure où la pluralité des appartenances confessionnelles a pu être, dans l’espace helvétique mais aussi ailleurs en Europe, un facteur déterminant dans l’effort pour se tenir à l’abri des conflits internationaux ; sur la relation entre appartenance religieuse et patriotisme, particulièrement illustrée en Belgique par l’attitude du cardinal Mercier durant la Première Guerre mondiale.

Bertrand Scherb, Université de Lille 3
Denis Pelletier, Université de Lyon 2

L’occupation de garantie

Mercredi 5 mai 2010 , 14h-17h, 14h-17h

Université de Lille 3,
salle de séminaire de l’IRHiS (A3 101)

À partir de quels critères peut-on faire cette distinction par rapport à d’autres situations d’occupation ? Comment s’effectue l’éventuelle transition d’une occupation du temps de guerre à celle d’une occupation en régime d’armistice ou encore d’une occupation du temps de paix ? Les occupations de garantie, attestées dès l’époque moderne et souvent délaissées par l’historiographie, constituent un thème particulièrement pertinent pour une séance de transition avec les sorties de l'occupation étudiées en dernière année.

Gonsalvo Butròn Prida, Université de Salamanque
Anne Godfroid, Musée Royal de l’Armée - Bruxelles

Lieux

  • Université de Lille 3, IRHiS, salle de séminaire de l’IRHiS (A3 101)
    Villeneuve-d'Ascq, France

Dates

  • mercredi 21 octobre 2009
  • mercredi 09 décembre 2009
  • mercredi 13 janvier 2010
  • mercredi 03 février 2010
  • mercredi 05 mai 2010

Mots-clés

  • occupations militaires, pratiques, expériences

Contacts

  • Jonathan Vouters
    courriel : jonathan [dot] vouters [at] univ-lille3 [dot] fr

Source de l'information

  • Jonathan Vouters
    courriel : jonathan [dot] vouters [at] univ-lille3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les occupations militaires en Europe, XVe-XXe siècle (2009-2010) », Séminaire, Calenda, Publié le vendredi 23 octobre 2009, http://calenda.org/199266