AccueilFrancophonies trans-océaniques : vertiges de la balkanisation, rêves de mondialisation

*  *  *

Publié le mardi 20 octobre 2009 par Marie Pellen

Résumé

À force d’observer les littératures francophones dans un contexte géographique étroit (national ou, au mieux, régional), les réflexions théoriques qui les accompagnent ont fini par imposer l’image d’une francophonie littéraire balkanisée, d’une somme d’expériences et de pratiques discordantes ignorant une possible interculturalité francophone.

Annonce

- APPEL À COMMUNICATION

Département d’Études Françaises

Université Concordia

7 et 8 mai 2010

francophonies@yahoo.ca

À force d’observer les littératures francophones dans un contexte géographique étroit (national ou, au mieux, régional), les réflexions théoriques qui les accompagnent ont fini par imposer l’image d’une francophonie littéraire balkanisée, d’une somme d’expériences et de pratiques discordantes ignorant une possible interculturalité francophone. Pourtant l’avancée des recherches postcoloniales permettrait d’apporter des nuances de nature à suggérer l’existence, la stabilité et la vitalité, entre les rives francophones, d’un arrière-fond historique et mental peut-être compagnon : d’un « Lieu » (scripturaire, identitaire et culturel) de rencontres et de correspondances intenses dans et par lequel poussent, débordent et s’affrontent de multiples hybridations en fonction desquelles la francophonie littéraire s’invente dans la diversité. C’est pourquoi nous pensons qu’une plongée au cœur de ce « rhizome océanique » peut livrer des données intéressantes pour comprendre la construction de la spécificité francophone, pour explorer et légitimer notre (post)modernité.

En privilégiant les démarches transfrontalières ou pas, ce colloque s’inscrit comme une réflexion sur la déterritorialisation/reterritorialisation ou, plus clairement, comme une volonté de tracer, retracer, effacer les contours d'une nouvelle « carte » de la francophonie littéraire : de dégager un ensemble francophone « homogène et proliférant » auquel nous n’avons peut-être jamais prêté assez d’attention. Nos réflexions porteront à la fois sur l'analyse des interconnexions francophones (origines, nature, modalités, stratégies) ; ainsi que sur les mécanismes de construction, de déconstruction ou de légitimation de ce « rhizome océanique » qui offre de nouvelles lectures critiques du texte francophone ; mais aussi sur les manières d'écrire, de panser et de (re)penser le sentiment d’identité.

À titre indicatif, nous proposons les pistes de réflexions suivantes :

  • Tensions et filiations entre les zones francophones.
  • Frontières, limites et marges.
  • Écritures migrantes et regards croisés.
  • Représentation et perception de l'altérité.
  • Hétéroglossie et tressage lexical et/ou discursif.
  • Rapport à la mémoire et reconstructions identitaires.
  • Résistance, reconfiguration du monde et des identités.
  • Migrations, mouvements et diaspora.
  • Théorie postcoloniale, Hybridation et (post) modernité(s).
  • «Littérature monde» et mondialisation.

Votre proposition de communication (250 mots environ), accompagnée d’un bref C.V, est à adresser au plus tard le 15 janvier 2010 à  : francophonies@yahoo.ca

Catégories

Lieux

  • Département d'Études Françaises Pavillon McConnell Bureau LB 601 1400, boul. de Maisonneuve Ouest
    Montréal, Canada

Dates

  • vendredi 07 mai 2010

Mots-clés

  • francophonie

Contacts

  • Thomas Demuldert
    courriel : francophonies [at] yahoo [dot] ca

Source de l'information

  • Nahed Nadia Noureddine
    courriel : nahed-nadia [dot] noureddine [dot] 1 [at] ulaval [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Francophonies trans-océaniques : vertiges de la balkanisation, rêves de mondialisation », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 20 octobre 2009, http://calenda.org/199268