AccueilLa démocratie moderne comme régime inédit : questions et problèmes

La démocratie moderne comme régime inédit : questions et problèmes

Atelier de pensée politique dans le cadre du colloque de la Société québécoise de science politique (SQSP) : 20-21 mai 2010 à Québec (Université Laval)

*  *  *

Publié le lundi 26 octobre 2009 par Karim Hammou

Résumé

A l’encontre de multiples philosophies qui tendent à inscrire l’émergence de la société contemporaine dans une nature pré-politique (selon l’utilité individuelle, les lois du marché ou la finalité de l’histoire), la compréhension de la démocratie moderne comme régime inédit entend interroger le fait anthropologique global politiquement institué qu’elle définit en tant qu’être-au-monde collectif. Cet atelier vise à dégager les spécificités et les limites d’une telle approche, notamment en questionnant les ambiguïtés de la notion de « régime », laquelle peut renvoyer tant aux caractéristiques d’une organisation politique qu’aux principes structurants d’une totalité sociale. Il s’agit donc d’approfondir l’intelligence de ce lien complexe entre le politique comme forme de totalisation moderne et les multiples institutions (individualité, droit, famille, marché, sociabilité, religion) qui participent de la dynamique collective.

Annonce

A l’encontre de multiples philosophies qui tendent à inscrire l’émergence de la société contemporaine dans une nature pré-politique (selon l’utilité individuelle, les lois du marché ou la finalité de l’histoire), la compréhension de la démocratie moderne comme Régime inédit entend interroger le fait anthropologique global politiquement institué qu’elle définit en tant qu’être-au-monde collectif. Cet atelier vise à dégager les spécificités et les limites d’une telle approche, notamment en questionnant les ambiguïtés de la notion de « régime », laquelle peut renvoyer tant aux caractéristiques d’une organisation politique qu’aux principes structurants d’une totalité sociale. Il s’agit donc d’approfondir l’intelligence de ce lien complexe entre le politique comme forme de totalisation moderne et les multiples institutions (individualité, droit, famille, marché, sociabilité, religion) qui participent de la dynamique collective.

L’atelier ouvrira deux axes de recherches : d’une part, une cartographie critique des œuvres politiques ayant tenté de saisir la démocratie moderne ou la modernité politique comme « fait social total » multidimensionnel et processuel (Tocqueville, Nietzsche, Durkheim, Mauss, Arendt, Clastres, Freitag, Castoriadis, Lefort, Taylor, Gauchet, Dumont, Descombes, etc.); d’autre part, une exploration de la valeur et des équivoques du concept de Régime comme « constitution » (au sens large) de l’espace démocratique et/ou politique, comme forme cohérente traçant les contours d’un mode d’être original.

L'atelier est ouvert à toutes les contributions abordant le champ du politique moderne dans une perspective englobante et comparative, que cela soit d'un point de vue philosophique, anthropologique ou sociologique.

Les propositions peuvent être soumises par courriel à svibert@uottawa.ca ou couture.yves@uqam.ca

La date-limite des propositions de communication est fixée au 20 NOVEMBRE 2009.

 

Lieux

  • Université Laval
    Québec, Canada

Dates

  • vendredi 20 novembre 2009

Mots-clés

  • politique, démocratie, régime, holisme, institution symbolique, modernité, totalité, comparaison

Contacts

  • Stéphane Vibert
    courriel : svibert [at] uottawa [dot] ca
  • Yves Couture
    courriel : ycouture7 [at] yahoo [dot] ca

Source de l'information

  • Stéphane Vibert
    courriel : svibert [at] uottawa [dot] ca

Pour citer cette annonce

« La démocratie moderne comme régime inédit : questions et problèmes », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 26 octobre 2009, http://calenda.org/199281