AccueilLe « De familia » de L.B. Alberti (années 1430) : humanisme ou capitalisme ?

Le « De familia » de L.B. Alberti (années 1430) : humanisme ou capitalisme ?

Les « Livres de la Famille » de Leon Battista Alberti entre sagesse antique et pensée bourgeoise

*  *  *

Publié le lundi 26 octobre 2009 par Marie Pellen

Résumé

Colloque international organisé par la laboratoire TRAME de l'université de Picardie-Jules-Verne à la Bibliothèque Louis-Aragon d'Amiens, consacré aux quatre dialogues « De la Famille » de Leon Battista Alberti, les 12 et 13 novembre 2009. Rencontre organisée par Michel Paoli, assisté de Francesca Belviso. Une quinzaine de spécialistes, essentiellement italiens, se fixe comme ambition d’étudier sous ses différentes facettes – littéraire, politique, sociologique… – cette œuvre essentielle de l’humanisme florentin, datant du début du XVe siècle, considérée par certains comme l’un des actes de naissance du capitalisme et curieusement très largement négligée par les chercheurs à l’occasion des quinze colloques et quatre expositions qui ont ponctué la célébration du sixième centenaire d’Alberti, en 2004.

Annonce

Dans L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Max Weber consacre une longue note de plusieurs pages à tenter de réfuter minutieusement la thèse défendue par son collègue Werner Sombart dans son ouvrage, Le Bourgeois (1913) ; Sombart soutient en effet que le capitalisme n’est pas né dans les milieux protestants à la fin du XVIe siècle mais à Florence au début du XVe siècle, et il appuie cette thèse essentiellement sur l’analyse de l’une des œuvres majeures d’Alberti, les livres De familia. Même si c’est l’ouvrage de Weber qui a traversé le temps et qui est, de loin, le plus connu aujourd’hui, il n’en reste pas moins que les idées de Sombart ont été confortées par la redécouverte de nombreux écrits des marchands florentins, qui ont montré que ce que dit Alberti dans son chef-d’œuvre n’a pas qu’une origine cicéronienne et que cela correspond donc à une réalité qui mérite pour le moins d’être approfondie.
Curieusement, néanmoins, le De familia, dans tous ses aspects (qui vont bien au-delà de la question qui intéressait Weber et Sombart), a été très largement négligé par les chercheurs à l’occasion des quinze colloques et quatre expositions qui ont ponctué la célébration du sixième centenaire d’Alberti, en 2004. Passant outre les difficultés (insurmontables ?) d’établissement d’une édition critique définitive et la polémique sur la datation du 4e livre, le colloque qu’organiser le Centre d’études sur le Moyen Âge et la Renaissance (laboratoire TRAME de l’Université de Picardie) les 12 et 13 novembre 2009 se fixe comme ambition d’étudier le texte sous ses différentes facettes – sans toutefois prétendre vouloir y trouver une réponse définitive à la question, sans doute insoluble, de l’acte de naissance du capitalisme.
On s’intéressera donc aux liens du De familia avec la vie d’Alberti ou avec sa famille, aux rapports de l’écrivain avec la mémoire familiale ou avec les sources antiques, aux rapprochements possibles avec les autres œuvres, en latin ou en langue vulgaire, contemporaines ou éloignées dans le temps, à ce qui rapproche ou éloigne l’auteur et son ouvrage de leur environnement humaniste ou d’autres œuvres, modernes ou antiques, sur l’institution familiale. D’autres questions comme les idées d’Alberti sur les femmes, sur la religion, etc. ou bien son rapport à la langue vulgaire pourront naturellement être aussi étudiées.
Le but du colloque est donc essentiellement de combler une lacune des études albertiennes récentes et de relancer le travail sur une œuvre essentielle de l’humanisme

Responsable scientifique :
Michel Paoli, assisté de Francesca Belviso

2 journées – Une vingtaine de spécialistes, essentiellement italiens

Programme Provisoire

Mercredi 11 novembre 2009

Arrivée des participants

Amiens, Bibliothèque Louis Aragon/Auditorium Charles Pinsard

Jeudi 12 novembre 2009

Matin

9h30 : Françoise Choay, université de Paris-VIII : conférence inaugurale sur Alberti

  • Présidente de séance : Françoise Choay, université de Paris-VIII

10h : Michel Paoli, université de Picardie-Jules-Verne : introduction des travaux

11h : Maxime Castro, Nancy : lecture d’extraits de la traduction française du De familia

11h30 : Elise Moisson-Leclerc, ENS Lyon : Héritage des « livres de famille » dans le De familia de L.B. Alberti / Eredità dei libri di famiglia nel De familia di L.B. Alberti

Après-midi

  • Président de séance : Francesco degli Alberti-La Marmora, président du Centro studi Generazioni e Luoghi

15h : Luca Boschetto, université de Florence : « Mémoire familiale et passé de la ville » dans les écrits d’Alberti et spécialement dans le De familia / Memoria familiare e passato cittadino » negli scritti di Alberti e specialmente nel De familia.

15h30 : Eugenia Valacchi, université de Padoue : « Allo onore e fama di casa » : une interprétation des commandes artistiques des Alberti au XIVe siècle à la lumière de ce que dit Leon Battista dans le Livre III du De familia / « Allo onore e fama di casa » : un’interpretazione delle committenze artistiche Alberti del XIV secolo alla luce del pensiero espresso da Leon Battista nel terzo libro De Familia.

16h : Luigi Trenti, université de Sienne : Battista personnage et écrivain. Perspectives sur les livres De familia / Battista personaggio e scrittore. Prospettive sui libri De familia.

17h : Paola Massalin, université de Florence : Copistes et lecteurs du De familia dans l’entourage d’Alberti / Copisti e lettori del De familia nell’entourage dell’Alberti

17h30 : Nella Bianchi, université Paris-X-Nanterre : Sur l’amitié et le Livre IV du De familia

Vendredi 13 novembre 2009

Matin

  • Président de séance : Pierre Jodogne, université de Liège

9h30 : Martin McLaughlin, université d’Oxford : Unité thématique et évolution de la pensée dans les livres De familia / Unità tematica e evoluzione del pensiero nei libri De familia.

10h : Ida Mastrorosa, université de Florence : « Capo e arce di tutto l’universo mondo » : l’histoire de la Rome antique dans le De familia de L.B. Alberti / « Capo e arce di tutto l’universo mondo » : la storia di Roma antica nel De familia di L.B. Alberti.

10h30 : Remy Simonetti, université de Padoue : La conception et l’éducation de l’enfant. Médecine et physiognomique dans les livres De familia d’Alberti / Il concepimento e l’educazione del fanciullo. Medicina e fisiognomica nei libri De familia di Alberti.

11h30 : Davide Canfora, université de Bari : Sagesse et expérience : les contradictions de l’Humanisme dans les livres De familia de Leon Battista Alberti/ Saggezza ed esperienza: le contraddizioni dell’Umanesimo nei libri De familia di Leon Battisa Alberti

12h : Lucia Bertolini, université de Chieti-Pescara : Du De familia d’Alberti au Gouvernement de la famille du pseudo-Pandolfini : stratégies et efficacité d’une réécriture / Dal De familia al Governo della famiglia : strategie e efficacia della riscrittura.

Après-midi

  • Présidence de séance :

15h : Dante Fedele, université de Trente : La théorie des « exercices ». Un itinéraire albertien entre le De familia et le De iciarchia / La teoria degli « essercizi ». Un itinerario albertiano tra De familia e De iciarchia.

15h30 : Olivia Catanorchi, Scuola Normale Superiore de Pise : Formes et utilisations du langage « figuré » dans le De familia et le De iciarchia / Norme e uso del linguaggio « figurato » tra i libri De familia e il De iciarchia.

16h : Francesco Sberlati, université de Bologne : Les pères et les mères dans la deuxième moitié du XVIe siècle. Le De familia dans les œuvres de Baldi et du Tasse / Padri e madri del secondo Cinquecento. Il De familia nelle opere di Baldi e Tasso.

17h : Pierre Jodogne, université de Liège : La signification du « temps », de Leon Battista Alberti à Guichardin/ Il significato del « tempo », da Leon Battista Alberti a Francesco Guicciardini.

17h30 : Gian Mario Anselmi, université de Bologne : Anthropologie politique et anthropologie de la parole des livres De familia d’Alberti au Prince de Machiavel/ Antropologia politica e antropologia della parola tra i libri De familia di Alberti e il Principe di Machiavelli.

Lieux

  • Bibliothèque Louis-Aragon - 50, rue de la République
    Amiens, France

Dates

  • jeudi 12 novembre 2009
  • vendredi 13 novembre 2009

Mots-clés

  • alberti, humanisme, capitalisme, famille, Italie, renaissance, bourgeoisie

Contacts

  • Michel Paoli
    courriel : paoli4 [at] wanadoo [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Michel Paoli
    courriel : paoli4 [at] wanadoo [dot] com

Pour citer cette annonce

« Le « De familia » de L.B. Alberti (années 1430) : humanisme ou capitalisme ? », Colloque, Calenda, Publié le lundi 26 octobre 2009, http://calenda.org/199324