AccueilAnthropologie et formations : quelles implications ?

*  *  *

Publié le vendredi 30 octobre 2009 par Karim Hammou

Résumé

En 2007, le Journal des anthropologues publiait un dossier thématique intitulé « Anthropologues à durée déterminée ». Ce dossier posait la question de la fin d’une recherche anthropologique fondamentale, effectuée par des chercheurs, et le passage à une recherche anthropologique contractualisée faite par des précaires. Depuis 2007, les transformations se sont accrues à tous les niveaux. Dans ce nouveau contexte dominé par l’université aux dépends des instituts de recherche publique, l’anthropologie, avec un faible nombre de cursus professionnels comparativement à d’autres disciplines comme la psychologie ou la sociologie, se trouve marginalisée. La conjoncture est donc paradoxale. L’opposition recherche fondamentale/recherche appliquée est dissoute par les réformes. Cependant, cette dualité semble encore un référent dans l’imaginaire. Ce numéro a pour objectif de s’interroger sur les spécificités des nouvelles formations de l’anthropologie.

Annonce

En 2007, le Journal des Anthropologues publiait un dossier thématique intitulé « Anthropologues à durée déterminée » constatant la mutation contextuelle de la pratique de l’anthropologie. Ce dossier posait la question de la fin d’une recherche anthropologique fondamentale, effectuée par des chercheurs, et le passage à une recherche anthropologique contractualisée faite par des précaires.

Depuis 2007, les transformations se sont accrues à tous les niveaux. Dans ce nouveau contexte dominé par l’université aux dépends des instituts de recherche publique, l’anthropologie, avec un faible nombre de cursus professionnels comparativement à d’autres disciplines comme la psychologie ou la sociologie, se trouve marginalisée.

La conjoncture est donc paradoxale. L’opposition recherche fondamentale/recherche appliquée est dissoute par les réformes. Cependant, cette dualité semble encore un référent dans l’imaginaire.

Ce numéro a pour objectif de s’interroger sur les spécificités des nouvelles formations de l’anthropologie en privilégiant trois axes :

  • Examiner les usages de l’anthropologie dans les divers enseignements.
  • Réfléchir sur les mutations de la connaissance anthropologique impliquée par les cursus professionnels.
  • Analyser les nouvelles postures cognitives, éthiques, idéologiques, politiques et sociales des anthropologues.

Des contributions de tous types, fondées sur des enquêtes ethnologiques, des expériences professionnelles et personnelles – en France mais aussi dans d’autres  pays – ou encore des réflexions théoriques sont  bienvenues. Corollairement  ces perspectives comparatives se trouveront enrichies de la confrontation à d’autres disciplines.

Les propositions d’articles (résumés) sont à envoyer avant le 30 septembre 2010 et les articles complets avant le 30 décembre 2010.

Publication : second semestre 2011.

Coordination : Jacky BOUJU, Frédérique GUYADER, Monique SELIM

Contacts :

Jacky Bouju : bouju@mmsh.univ-aix.fr
Frédérique Guyader : guyader_frederique@yahoo.fr
Monique Selim : monique.selim@ird.fr

 

Catégories

Dates

  • jeudi 30 septembre 2010

Mots-clés

  • sciences humaines, sciences sociales, formations

Contacts

  • Frédérique Guyader
    courriel : guyader_frederique [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Frédérique Guyader
    courriel : guyader_frederique [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Anthropologie et formations : quelles implications ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 30 octobre 2009, http://calenda.org/199366