AccueilHistoire, réécriture et médias anglophones au XXe et au XXIe siècle : de la réalité à la fiction

Histoire, réécriture et médias anglophones au XXe et au XXIe siècle : de la réalité à la fiction

Facts and Fictions: History, Rewriting and the Media in the 20th and 21st century English-speaking World

*  *  *

Publié le mardi 03 novembre 2009 par Marie Pellen

Résumé

Comprise comme une série d’événements marquants survenus à une période donnée dans un contexte donné, l’Histoire reflète généralement une rupture dans l’évolution d’une société. Tour à tour politique et socio-culturelle, voire idéologique, les dimensions qu’elle revêt sont aussi désormais, de plus en plus, médiatique, mais aussi fictionnelle. Outre l’accès croissant à des données factuelles, le public a de fait vu l’essor de « fictions tirées de faits réels », dont certaines à caractère historique. Davantage que la transcription de faits réels bruts, ce numéro de la Revue LISA s’articulera par conséquent autour de la réécriture de l’Histoire dans les médias animés du monde anglophone.

Annonce

 

Comprise comme une série d’événements marquants survenus à une période donnée dans un contexte donné, l’Histoire reflète généralement une rupture ou un changement dans l’évolution d’une société. Ceci s’opère tant au niveau conjoncturel qu’au niveau structurel, où les répercussions de faits qualifiés d’historiques revêtent tour à tour une dimension politique et socio-culturelle, voire idéologique. Dans les sociétés contemporaines du XXe et du XXIe siècle, s’ajoute en outre à cette trilogie une dimension médiatique. De la télédiffusion du couronnement de la Reine Elisabeth le 2 juin 1953, soit quelques années seulement après la reprise de la BBC après-guerre, dans un contexte britannique, aux tristement célèbres images des attentats du 11 septembre 2001, de notoriété mondiale, l’Histoire, d’abord vécue comme immédiate par ses principaux acteurs, est dorénavant inévitablement médiatisée, qu’elle soit relayée aux citoyens par la presse ou par la radio, par la télévision, voire par l’Internet, plus récemment.

Mais il semble également exister un second niveau de médiatisation de l’Histoire. Outre l’accès croissant à des données factuelles, le public a de fait vu l’essor de « fictions tirées de faits réels », dont certaines, précisément, à caractère historique. Ainsi que le suggère la formule, presqu’un oxymore, ce type de supports paraît cristalliser toute l’ambiguïté du rapport entre Histoire, réelle, et histoire-fictions. Car si la représentation médiatisée d’un fait historique induit une sélection des informations, sa représentation fictive occasionne en sus une reconstruction, une mise en contexte où l’Histoire nationale se combine fréquemment à un destin individuel, ce qui est notamment le cas dans la plupart des docu-fictions. Généralement aptes à exprimer un point de vue personnel, et souvent engagé, de l’auteur, les docu-fictions ne sont pourtant pas les seuls documents audiovisuels susceptibles de procéder à un retour sur l’Histoire. C’est en effet également le cas de certains films de fiction, mais aussi de séries ou de feuilletons télévisés, où l’« effet de réel » continue d’occuper une place prépondérante. De même, le cinéma choisit-il parfois de réécrire un fait historique d’ampleur nationale ou mondiale, une thématique par exemple développée à travers le courant de « réalisme social ».

Davantage que la transcription de faits réels bruts et, pour ainsi dire, pris « sur le vif », telle qu’elle apparaît dans les journaux télévisés ou dans les magazines d’informations ou d’investigation, la problématique retenue pour ce numéro de la Revue LISA s’articulera par conséquent autour de la réécriture de l’Histoire dans des supports audiovisuels à caractère fictif. Ce numéro devrait ainsi permettre d’étudier le rapport particulier entre réalité et fictions dans les médias animés du monde anglophone, mais aussi entre Histoire et reconstruction, ou reconstitution, historique. Il s’agira dès lors d’analyser la façon dont s’opère la médiatisation de l’Histoire. Comment les principaux acteurs médiatiques anglophones concilient-ils fiction et réalité ? Quel regard posent-ils sur un épisode particulier et sur la société au sens large ? Quelle distance prennent-ils vis-à-vis de la doxa, c’est-à-dire du point de vue le plus communément relayé au public ? Enfin, quelle marge de manœuvre possèdent-ils en regard de l’institution médiatique ? Car s’interroger sur la relation entre Histoire et médias implique nécessairement de s’interroger simultanément sur la notion de réécriture et sur les filtres parfois mis en œuvre dans le processus de reconstruction audiovisuelle.

Merci d’envoyer vos propositions d’articles (une page A4 maximum), accompagnées d’une courte bio-bibliographie (300 mots), à Amandine Ducray (aducray@hotmail.com) avant le 30 janvier 2010 (les articles seront à envoyer avant le 30 septembre 2010).

Les auteurs sont priés de respecter les normes de présentation indiquées sur le site de la Revue LISA/LISA e-journal. (<http://www.unicaen.fr/mrsh/lisa/presentFr.php> ou très prochainement      http://lisa.revues.org).

Call for papers

Facts and Fictions: History, Rewriting and the Media in the 20th and 21st century English-speaking World

Understood as a series of outstanding events occurring at a given time and place, history usually reflects some sort of upset, or change, in the course of a society’s conjunctural or structural evolution. The facts described as ‘historical’ often take on a political, socio-cultural, or even an ideological dimension, to which should now be added a fourth, media, dimension – of increasing importance in 20th and 21st century English-speaking societies. From the live broadcast of the coronation of HM Queen Elizabeth II on June 2, 1953, only a few years after the BBC resumed television after the war, in a British context, to the global coverage of the sadly famous footage of the Twin Towers collapsing on 9/11, the immediacy of History has in fact long been mediatised, whether in the press or on the radio, on television or, still more recently, on the Internet.

But there seems to exist a second level in the mediatisation of history. Besides increasing access to factual news, the audience has witnessed the emergence of ‘based-on-a-true-story fictions’, some of them with a historical setting. As the oxymoronic expression itself suggests, this type of format potentially crystallizes the ambiguous relationship between history and stories. For if the mediatised representation of a given historical event itself entails the selection of the information transmitted to the audience, its fictitious representation further implies the reconstruction of a specific context where national history frequently combines with an individual’s story, as is notably the case in most docudramas. Generally able to convey the point of view of an often committed author on a contemporary situation, the docudrama is nevertheless but one of the many audiovisual formats which favour the rewriting of history. These also include television fiction or drama series and serials, as well as cinema productions whose scriptwriters and directors have chosen to focus on certain historical episodes of national, or even of global, importance, as, for instance, in the now long-established tradition of cinematographic ‘social realism’.

Rather than the so-called ‘on-the-spot’ transcription of bare historical events as presented in the news or in current affairs and investigation programmes, this issue of LISA e-journal intends to examine the rewriting of history in audiovisual documents of a fictional nature. The articles selected for this number should then give insight into the special relationship between facts and fictions in the audio-visual media of the 20th and 21st English-speaking world, but also into the link between history and historical reconstruction, or reconstitution. Besides the analysis of how the mediatisation of history functions, contributors are invited to consider such questions as how media practitioners combine facts and fiction, what vision of a particular historical event or period they try to convey and what liberties they take as regards both the most commonly-held views among their fellow countrymen and the limits imposed on them by the main media institutions, for it seems that examining the relationship between history and the media necessarily implies simultaneously exploring the questions of rewriting and of the filters sometimes applied in the process of audiovisual reconstruction.

Please send your proposals (20 to 50 lines), along with a short bio-bibliographical note (300 words), to Dr. Amandine Ducray (aducray@hotmail.com) before 30 January 2010 (the deadline for completed articles is 30 September 2010).

Please follow the norms for presentation indicated on the Revue LISA/LISA e-journal website (

Dates

  • samedi 30 janvier 2010

Mots-clés

  • Histoire, médias, réécritures, fiction, monde anglophone

Contacts

  • Amandine Ducray
    courriel : aducray [at] hotmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Amandine Ducray
    courriel : aducray [at] hotmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Histoire, réécriture et médias anglophones au XXe et au XXIe siècle : de la réalité à la fiction », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 03 novembre 2009, http://calenda.org/199406