AccueilLa souveraineté moderne entre local et universel (2009-2010)

*  *  *

Publié le jeudi 05 novembre 2009 par Marie Pellen

Résumé

Dans le prolongement des années passées, le séminaire propose d'examiner les formes de la modernité politique en réfléchissant sur la position centrale que va acquérir la monarchie entre des pouvoirs locaux toujours actifs et les modèles traditionnels d'universalité du monde chrétien.

Annonce

Il s'agit de comprendre comment l'État dit moderne s'impose à l'échelle du royaume, forgeant un cadre normatif qui se donne comme supérieur, mais doit encore compter avec les expressions de pouvoir des autorités inférieures (villes, provinces) ou englobantes (Église, Empire). 
En quoi cet État est-il le niveau pertinent pour fixer la puissance souveraine ? Car si celle-ci se veut exclusive, elle s'insère et se construit dans un feuilleté d'autorités, avec certaines d'entre elles et contre d'autres. Les dialectiques centre/périphérie, unité monarchique/pluralité des composantes, généralité de la loi/diversité des privilèges, nourriront l'approche de systèmes de valeurs concurrents, dont les liens de dépendance sont insérés dans un jeu complexe de hiérarchies de pouvoir. À partir de la période moderne, dans un échange entre juristes et historiens, le séminaire ne se privera pas d'excursions vers d'autres temps, en ouvrant le dialogue avec d'autres disciplines.

 

2e et 4e jeudis du mois de 17 h à 19 h (salle 507, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 12 novembre 2009 au 10 juin 2010

Dans le prolongement des années passées, le séminaire propose d'examiner les formes de la modernité politique en réfléchissant sur la position centrale que va acquérir la monarchie entre des pouvoirs locaux toujours actifs et les modèles traditionnels d'universalité du monde chrétien. Il s'agit de comprendre comment l'État dit moderne s'impose à l'échelle du royaume, forgeant un cadre normatif qui se donne comme supérieur, mais doit encore compter avec les expressions de pouvoir des autorités inférieures (villes, provinces) ou englobantes (Église, Empire). En quoi cet État est-il le niveau pertinent pour fixer la puissance souveraine ? Car si celle-ci se veut exclusive, elle s'insère et se construit dans un feuilleté d'autorités, avec certaines d'entre elles et contre d'autres. Les dialectiques centre/périphérie, unité monarchique/pluralité des composantes, généralité de la loi/diversité des privilèges, nourriront l'approche de systèmes de valeurs concurrents, dont les liens de dépendance sont insérés dans un jeu complexe de hiérarchies de pouvoir. À partir de la période moderne, dans un échange entre juristes et historiens, le séminaire ne se privera pas d'excursions vers d'autres temps, en ouvrant le dialogue avec d'autres disciplines.

contact : cosandey(at)ehess.fr, pljb(at)free.fr

Programme du séminaire

  • 12 novembre  

Fanny Cosandey, La cour comme modèle ; Introduction

  • 26 novembre  

Pierre Bonin, La lecture du droit romain sous l'Ancien Régime

  • 10 décembre  

Arnauld Leclerc, Repenser la souveraineté au-delà de la Nation : portée et limites de l'approche procédurale du politique

  • 14 janvier       

François Saint-Bonnet, Légistique ancienne, la confection de la loi et le dogme de la souveraineté

  • 28 janvier       

Laurence Croq, Servir l'Etat, servir la ville : les limites de la circulation des modèles à Paris au XVIIIe siècle

  • 11 février        

Mathieu Marraud, De la ville à l'Etat, la bourgeoisie parisienne aux XVIIe et XVIIIe siècles

  • 25 février        

Nicolas Leroy, La ville médiévale laboratoire de l'Etat (Avignon XIIe-milieu XIIIe siècles)

  • 11 mars           

Olivier Beaud, La fédération et l'empire

  • 25 mars           

Marie Bassano, Droit public urbain et droit public monarchique chez les civilistes orléanais du XIIIe siècle

  • 8 avril              

Frédéric Martin, Statut des officiers royaux et unité de l'ordre juridique royal (XVe-XVIe siècles)

  • 27 mai             

Christophe Imbert, Rome indigène et Rome universelle à l'époque du retour des papes

  • 10 juin             

Pierre Bonin, Privilège local et monarchie, entre confirmation et concession : la noblesse des capitouls de Toulouse ; Conclusion

Lieux

  • Salle 507 54 Bd Raspail
    Paris, France

Dates

  • jeudi 12 novembre 2009
  • jeudi 26 novembre 2009
  • jeudi 10 décembre 2009
  • jeudi 14 janvier 2010
  • jeudi 28 janvier 2010
  • jeudi 11 février 2010
  • jeudi 25 février 2010
  • jeudi 11 mars 2010
  • jeudi 25 mars 2010
  • jeudi 08 avril 2010
  • jeudi 27 mai 2010
  • jeudi 10 juin 2010

Mots-clés

  • État, modernité, souveraineté, empires, absolutisme, pluralisme juridique, institutions, droit, ville

Contacts

  • Pierre Bonin
    courriel : Pierre [dot] Bonin [at] univ-paris1 [dot] fr

Source de l'information

  • Pierre Bonin
    courriel : Pierre [dot] Bonin [at] univ-paris1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La souveraineté moderne entre local et universel (2009-2010) », Séminaire, Calenda, Publié le jeudi 05 novembre 2009, http://calenda.org/199448