AccueilIndiscipliner les sciences sociales ?

Indiscipliner les sciences sociales ?

Cinq vues sur l’ouverture disciplinaire

*  *  *

Publié le vendredi 13 novembre 2009 par Karim Hammou

Résumé

La table ronde fera dialoguer cinq chercheurs en sciences sociales qui ont en commun de travailler dans les marges de leur propre discipline sur des objets dits économiques : Keith Hart, André Orléan, Jean-Michel Servet, Philippe Steiner, Bruno Théret.

Annonce

Table ronde avec Keith Hart (anthropologue ?), André Orléan (économiste ?), Jean-Michel Servet (économiste ?), Philippe Steiner (sociologue ?), Bruno Théret (économiste ?)

Animation Jérôme Blanc (économiste ?)

Mercredi 9 décembre, 15-17h - ISH (Institut des sciences de l'homme, 14 av. Berthelot, 69007 Lyon) - salle Marc Bloch (4e étage)

La table ronde fera dialoguer cinq chercheurs en sciences sociales qui ont en commun de travailler dans les marges de leur propre discipline sur des objets dits économiques.
Les appels et les incitations à ouvrir les travaux des chercheurs à d’autres disciplines que la leur sont récurrents, et sont notamment relayés en France par les appels d’offre des institutions de financement de la recherche. Les cadres disciplinaires académiques n’en restent pas moins très rigides et l’ouverture semble trop souvent un vœu pieux.

Seront interrogés plusieurs enjeux de l’ouverture disciplinaire. Premièrement, de quelle ouverture parle-t-on : s’agit-il de promouvoir la pluridisciplinarité, l’interdisciplinarité, la transdisciplinarité ou encore l’unidisciplinarité ? Deuxièmement, quels exemples probants d’ouverture sont aujourd'hui repérables et y a-t-il au contraire des exemples d’ouverture pervertie ? Troisièmement, l’ouverture disciplinaire pose de sérieux problèmes de méthode. « L’indiscipline » mentionnée de manière provocatrice dans l’intitulé de la table ronde revient-elle à relâcher la rigueur méthodologique propre à chaque discipline pour finalement n’en adopter aucune ? Quels éléments méthodologiques communs pourraient être considérés comme la base de l’ouverture disciplinaire ? Quatrièmement, quelles sont les conséquences en termes de concepts de l’ouverture disciplinaire : là encore, implique-t-elle un relâchement dans la rigueur conceptuelle propre à chaque discipline, ou l’enrichissement que permet l’ouverture conduit-il à une révision nécessaire des conceptualisations disciplinaires ? Enfin, compte tenu de l’objet commun des chercheurs rassemblés dans la table ronde, que peut-on dire des objets dits économiques lorsqu’ils sont passés au tamis de l’ouverture disciplinaire : en particulier, que reste-t-il des objets dits économiques une fois que la discipline économique est ouverte de force vers l’anthropologie, la sociologie et d’autres disciplines ?

Lieux

  • Institut des sciences de l'homme (14 av. Berthelot) - salle Marc Bloch
    Lyon, France

Dates

  • mercredi 09 décembre 2009

Mots-clés

  • table ronde, disciplines académiques, pluridisciplinarité

Contacts

  • Jérôme Blanc
    courriel : jerome [dot] blanc [at] ish-lyon [dot] cnrs [dot] fr

Source de l'information

  • Jérôme Blanc
    courriel : jerome [dot] blanc [at] ish-lyon [dot] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Indiscipliner les sciences sociales ? », Informations diverses, Calenda, Publié le vendredi 13 novembre 2009, http://calenda.org/199514