AccueilVie et mort des alliances et des coalitions, de l'Antiquité au XXe siècle

*  *  *

Publié le jeudi 19 novembre 2009 par Karim Hammou

Résumé

Au cours des temps, États ou groupes d’États ont cherché à s’unir dans des coalitions ou des alliances pour assurer un projet : positif – réaliser une ambition – ou négatif – lutter contre une menace commune. Au moment où l’Alliance atlantique engage sa transformation et se cherche un projet positif commun, il a semblé nécessaire, conformément aux principes adoptés, dès les origines, par le Centre d’études d’histoire de la Défense (CEHD) et qui se poursuivent dans le cadre de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM) de s’interroger sur la problématique des alliances, de leurs objectifs initiaux, de leur fonctionnement et de leur disparition – ou transformation.

Annonce

Au cours des temps, États ou groupes d’États ont cherché à s’unir dans des coalitions ou des alliances pour assurer un projet : positif – réaliser une ambition – ou négatif – lutter contre une menace commune. Au moment où l’Alliance atlantique engage sa transformation et se cherche un projet positif commun, il a semblé nécessaire, conformément aux principes adoptés, dès les origines, par le Centre d’études d’histoire de la Défense (CEHD) et qui se poursuivent dans le cadre de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM) de s’interroger sur la problématique des alliances, de leurs objectifs initiaux, de leur fonctionnement et de leur disparition – ou transformation. Cette problématique est en effet l’une des plus importantes, mais aussi l’une des plus complexes de l’histoire sur laquelle spécialistes des relations internationales, historiens, politistes, juristes et, bien sûr, acteurs et praticiens n’ont jamais cesser de travailler… et de polémiquer.

Déclinant comme toujours ce sujet dans l’espace et dans le temps, on se demandera notamment si une alliance est nécessairement éphémère ; si les raisons qui président à la constitution d’une alliance sont toujours aussi simples qu’elles peuvent le paraître, ou bien si l’on doit plutôt souscrire à la formule de Talleyrand : « Les meilleures alliances sont celles conclues entre les arrière-pensées » ? La communauté d’intérêt ne doit pas faire oublier l’extrême complexité de la réalisation concrète d’une alliance quand il s’agit de nommer un chef militaire, de partager des dépenses, ou de déterminer précisément des conduites ou des champs d’action. Élaborer une alliance est une chose, la maintenir en est une autre, et cela peut occuper l’essentiel du temps et des talents de ceux qui la dirigent, jusqu’à devenir une composante majeure de la stratégie. Mais aussi, et surtout, la question qui se pose sera de déterminer ce qu’il advient d’une alliance lorsque le but originel, c’est-à-dire sa raison d’être, est réalisé. 

12 octobre 2009 :

Jean-Nicolas Corvisier, professeur à l’université d’Artois
« Vie et mort des coalitions dans le monde grec, de la guerre du Péloponnèse aux monarchies hellénistiques »

16 novembre 2009 :

Alain Demurger, maître de conférences à l’université Paris I
« Alliances, guerre et diplomatie dans l’Orient des Croisades, XIIe-XIIIe siècles »

14 décembre 2009 :

Géraud Poumarède, professeur à l’université Bordeaux III
« Les alliances ‘contre-nature’ des rois de France aux XVIe et XVIIe siècles »

11 janvier 2010 :

Edmond Dziembowski, maître de conférences à l’université de Franche-Comté (Besançon)
« La ‘révolution diplomatique’ de la guerre de Sept Ans (1756-1763) »

8 février 2010 :

Bernard Gainot, maître de conférences à l’université Paris I
« Les coalitions anti-françaises des guerres de la Révolution et de l’Empire, 1792-1815 »

1er mars 2010 :

Pierre Jardin, chercheur au CNRS/IRICE
« Des alliances pour conduire la guerre : la formation des alliances à trois (Entente, Triplice) au tournant des XIXe et XXe siècles »

19 avril 2010 :

Édouard Husson, professeur à l’université Paris IV
« La perception de la pérennité des alliances de la Seconde Guerre mondiale (1943-1947) »

3 mai 2010 :

contre-amiral (2S) Jean Dufourcq, directeur d’études à l’IRSEM
« De la pérennité de l’Alliance atlantique »

Les conférences se déroulent de 18 heures à 19 heures 30 (entrée libre) au palais abbatial de Saint-Germain-des-Près – 5 rue de l’Abbaye, 75006 Paris (métro : Saint-Germain-des-Près ou Mabillon).

Les conférences sont enregistrées pour être diffusées sur la « Web Radio » de France Culture.

Lieux

  • Palais abbatial de Saint-Germain-des-Prés, 5 rue de l'Abbaye
    Paris, France

Dates

  • lundi 12 octobre 2009
  • vendredi 16 octobre 2009
  • lundi 14 décembre 2009
  • lundi 11 janvier 2010
  • lundi 08 février 2010
  • lundi 01 mars 2010
  • lundi 19 avril 2010
  • lundi 03 mai 2010

Mots-clés

  • diplomatie, stratégie, géopolitique, défense, alliances, guerre, politique militaire

Contacts

  • Laurent Henninger
    courriel : laurent [dot] henninger [at] defense [dot] gouv [dot] fr
  • Diane de Laubadère
    courriel : diane [dot] de-laubadere [at] defense [dot] gouv [dot] fr
  • Danielle Simon
    courriel : danielle [dot] simon [at] defense [dot] gouv [dot] fr

Source de l'information

  • Laurent Henninger
    courriel : laurent [dot] henninger [at] defense [dot] gouv [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Vie et mort des alliances et des coalitions, de l'Antiquité au XXe siècle », Cycle de conférences, Calenda, Publié le jeudi 19 novembre 2009, http://calenda.org/199578