AccueilLe passé et son héritage : modalités et enjeux dans les sociétés du monde romain et de l'Antiquité tardive

Le passé et son héritage : modalités et enjeux dans les sociétés du monde romain et de l'Antiquité tardive

The past and its legacy: terms and issues in the societies of the Roman and Late Antiquity

*  *  *

Publié le mercredi 09 décembre 2009 par Karim Hammou

Résumé

À partir du constat matériel de la pérennité ou de la disparition des espaces, des bâtiments, des images, des formules iconographiques, il s’agira de s’interroger sur les divers modes de transmissions du passé. De l’idéalisation à l’oubli en passant par l’accommodation, il s’agira d’éclairer les manifestations de continuité, d’altération voire de renoncement dans les utilisations de certaines formules iconographiques ou compositions architecturales, pour ne citer que deux exemples. En donnant la parole aux doctorants archéologues et historiens de l’art, cette journée sera l’occasion d’engager la réflexion sur les sens et les enjeux liés aux usages du passé dans les sociétés antiques à partir de recherches en cours.

Annonce

Cette journée sera consacrée à l’étude des comportements des sociétés anciennes face à leur passé. L’analyse des traces du passé – vestiges archéologiques, images et écrits –, alimentera la réflexion autour des axes de recherche suivants :

A partir du constat matériel de la pérennité ou de la disparition des espaces, des bâtiments, des images ou plus généralement des formules iconographiques, nous pourrons nous interroger sur les modes de transmissions du passé. Nous nous attacherons ainsi à mettre en évidence les changements et les continuités.

Au-delà de ces premières observations, nous étudierons comment les sociétés anciennes se sont appropriées les vestiges du passé ou, à l’inverse, comment elles les ont reniés. La récupération, telle celle des éléments en remplois ou des mythes dans les images, la restauration de bâtiments plus anciens ou encore le recyclage de matériaux ou d’objets sont en effet largement attestés et constituent autant de manifestations de la réutilisation des éléments du passé.

Nous nous interrogerons sur les processus mémoriels mis en oeuvre dans ces sociétés. De l’idéalisation à l’oubli en passant par l’accommodation, il s’agira d’éclairer les manifestations de continuité, d’altération voire de renoncement dans les utilisations de certaines formules iconographiques ou compositions architecturales. Nous aborderons le sens même de la réception du passé, qui peut être aussi bien positive que négative, fortuite qu’intentionnelle. Ainsi, la récupération d’images ou de lieux symboliques a pu se faire au service de représentants du pouvoir. Nous réfléchirons également à la perception que les anciens pouvaient eux-mêmes avoir des vestiges, au sens qu’ils donnaient aux réutilisations et aux copies, appréciées comme simple référence à l’antique ou encore véritable modèle. Les raisons économiques, de restriction des coûts, pourront elles aussi être abordées pour expliquer ces usages.

En donnant la parole aux doctorants archéologues et historiens de l’art, cette journée sera l’occasion d’engager la réflexion sur les sens et les enjeux liés aux usages du passé dans les sociétés antiques. Cette rencontre permettra à tous, communicants et auditeurs, d’avoir un aperçu des recherches en cours, autour d’un thème fédérateur.  

PROGRAMME

MATINEE

9h15     Accueil des participants

9h30

Introduction, par Elsa ROCCA et Morgane UBERTI avec la participation de Zénaïde LECAT

Modérateurs : Nathalie de Chaisemartin (Maître de Conférences en  Histoire de l'Art et Archéologie romaine, habilitée à diriger des thèses) et Gilles Sauron (Professeur d'Histoire de l'Art et Archéologie romaine)

10h00

Céline Mesnard (docteur) L'iconographie biblique des premiers siècles : héritage, transmission et innovation

10h30

Hadjira OUBAD Les sculptures antiques de Cuicul et la question de transmission et transformation des modèles : état des recherches

Pause

11h30

Nicolas Lamare L’influence de l’architecture théâtrale sur le décor des fontaines monumentales : l’exemple de l’Afrique

12h00

Yann Goubin L'architecture des monuments publics en Asie mineure à l'époque flavienne : la culture romaine face aux traditions hellénistiques

APRES-MIDI

14h00

Emilie Chassillan Pérennité  ou  disparition  du  jardin  dans  l’habitat  résidentiel  en  Gaule  romaine (Haut-Empire – Antiquité  tardive)

14h30

Nadia Tatar Le rôle des monuments antiques dans la formation topographique de Tébessa (Algérie)

15h00

Ridha Moumni Le sanctuaire de Thinissut et la tradition architecturale des lieux de culte en Afrique proconsulaire

Pause

16h00

Aurélie Faulx-Briole Etude de la représentation de l'élite municipale d'une ville de Tripolitaine : le cas de Lepcis Magna

16h30

Magdalena Woźniak L’influence byzantine dans lart nubien

17h00

Conclusion, par Elsa ROCCA et Morgane UBERTI avec la participation de Zénaïde LECAT

Lieux

  • Salle INGRES – 2ème étage, INHA, 2 rue Vivienne
    Paris, France

Dates

  • jeudi 14 janvier 2010

Fichiers attachés

Mots-clés

  • réutilisation, remploi, transmission, mémoire, Antiquité tardive, Méditerranée, Gaule, Afrique du Nord, Asie mineure

Contacts

  • Nicolas Lamare, Zénaïde Lecat, Elsa Rocca, Morgane Uberti ~
    courriel : doctantiquite [at] hotmail [dot] fr

Source de l'information

  • Nicolas Lamare, Zénaïde Lecat, Elsa Rocca, Morgane Uberti ~
    courriel : doctantiquite [at] hotmail [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le passé et son héritage : modalités et enjeux dans les sociétés du monde romain et de l'Antiquité tardive », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 09 décembre 2009, http://calenda.org/199759