AccueilEntrer en institution, sortir des institutions

Entrer en institution, sortir des institutions

Appel à contribution de la revue Tsantsa

*  *  *

Publié le jeudi 17 décembre 2009 par Karim Hammou

Résumé

Ce numéro se focalise sur les moments cruciaux de transition, sur les zones frontières, sur la production de coupures ou – à l’inverse – de continuités entre dispositifs institutionnels dédiés au vivre ensemble et sphères familiale, professionnelle, publique, juridique ou encore scolaire. Les institutions considérées sont celles qui prennent en charge professionnellement une série d’individus qui peuvent former une même communauté de destins sans nécessairement être répartis selon un principe hiérarchique : centres de détention, internats, foyers d’éducation, homes pour personnes âgées, hôpitaux psychiatriques, unités de soins palliatifs, centres d’accueil pour requérants d’asile par exemples.

Annonce

La littérature anthropologique n’est pas avare en matière de description du fonctionnement des institutions qui prennent en charge tout ou partie des activités des personnes qui les fréquentent sur un plus ou moins long terme : formes de hiérarchisation et de pouvoir qui organisent leur quotidien ; alliances, échanges, rites et stratégies développés par les membres du personnel, pensionnaires, visiteurs et autres usagers qui sont amenés à vivre ensemble, parfois durablement, dans les structures qui accueillent ces derniers, subviennent à leurs besoins, les détiennent ou les forment.

Focaliser l’attention sur les moments cruciaux de transition, sur les zones frontières, sur la production de coupures ou – à l’inverse – de continuités entre dispositifs institutionnels dédiés au vivre ensemble et sphères familiale, professionnelle, publique, juridique ou encore scolaire est, par contre, beaucoup plus rare. Cela permet pourtant d'analyser les enjeux que représente l’arrivée ou la sortie d’un nouveau – moments de mise en péril potentielle de l’équilibre des dynamiques collectives – et les rites qui y sont associés ; de mettre au jour des modes de perméabilité et de stabilisation de ces institutions ; de comprendre la façon dont ces dernières pensent et construisent ce qui leur est extérieur ; de saisir les enjeux qui précèdent et conduisent à un placement ainsi que les effets à plus ou moins long terme de la ‘parenthèse structurante’ que peut représenter un passage en institution ; d’éclairer la façon dont l’histoire des institutions ou la mémoire des résidents s’établit, via notamment la transmission des informations, lorsqu’il s’agit par exemple de passer d’un lieu de vie institutionnalisé à un autre.

Dans cette perspective, nous proposons de prendre comme points d’ancrage à la constitution du prochain dossier de Tsantsa 16.2011 les entrées en institution aussi bien que les sorties de ces mêmes institutions. Les institutions considérées sont celles qui prennent en charge professionnellement une série d’individus qui peuvent former une même communauté de destins sans nécessairement être répartis selon un principe hiérarchique : centres de détention ; internats ; foyers d’éducation ; homes pour personnes âgées ; hôpitaux psychiatriques ; unités de soins palliatifs ; centres d’accueil pour requérants d’asile par exemples.

Les articles peuvent, d’une part, documenter ces temps précis d’entrée ou de sortie qui obligent fréquemment des acteurs à la fois internes et externes à l’institution à se mettre en scène de manière ritualisée et à faire converger – de façon illusoire et éphémère bien souvent – des projets inscrits dans des temporalités distinctes. D’autre part, les articles peuvent analyser les différentes étapes du placement, le devenir post-institutionnel et les rapports entre une institution et son ‘extérieur’. Ils contribueront ainsi au développement de la réflexion anthropologique sur les dynamiques de prise en charge institutionnelle et sur la façon dont les enjeux, les effets et les missions de ces dispositifs institutionnels sont négociés, perçus et vécus non seulement entre ceux qui les administrent et ceux qui y résident, mais aussi entre ceux qui contrôlent et/ou délèguent des compétences aux premiers et ceux qui forment l’entourage proche des seconds.

Sous un angle à la fois empirique et théorique, les articles peuvent prendre en compte les axes suivants, non exclusifs les uns des autres :

  1. Analyse de la fabrication des séparations ou des aménagements temporaires ou durables entre sphères institutionnelle, publique, privée, professionnelle, familiale ; description des règles qui dictent les rapports entre intérieur et extérieur des lieux de vie institutionnalisés et des modes de négociation de ces règles ;
  2. Analyse du moment précis de l’entrée ou de la sortie des institutions : fêtes, rites, démarches administratives lors du placement dans un home pour personnes âgées ; arrivée au centre de détention ; accueil dans un centre pour requérants d’asile ; prise en charge dans un foyer d’éducation spécialisée ; départ vers une autre institution ; dernier jour en prison ; mort d’un résident; préparation des entrées et des sorties au sein même des institutions ; rituels, bizutages, accueils ; remaniements internes; modalités de l'intégration au groupe ;
  3. Analyse des éléments qui, en amont de l’entrée, conduisent inéluctablement à prendre en charge une personne ; signes avant-coureurs, acteurs impliqués dans le ‘dépistage’, contacts préalables avec l’institution, recherche de solutions alternatives ;
  4. Analyse des éléments qui conduisent à la fin de la prise en charge institutionnelle : normes légales (passage à la majorité, fin de peine), décès ou réalisation d’objectifs prédéterminés (guérison dans un hôpital, renvoi) ; en aval du vivre ensemble institutionnalisé, regard sur les éventuels suivis postérieurs, sur la préservation de liens ou non avec les institutions sur le long terme ou avec certains membres du personnel.

Les articles peuvent être rédigés en français, anglais, allemand ou italien. Les propositions sont à adresser par Email, conjointement à

Marc-Antoine Berthod et Gaëlle Aeby

maberthod@eesp.ch / gaelle.aeby@unige.ch 

Calendrier

1er février 2010 : délai pour recevoir la déclaration d’intention

avec un résumé présentant le but de l’article, son ou ses axes principaux, sur deux paragraphes (250-300 mots)

15 juillet 2010 : délai pour la première version de l’article (max. 40’000 signes, espaces compris)

Début mai 2011 : Parution de Tsantsa 16

Les consignes à suivre pour la présentation des articles sont disponibles sur le lien suivant :
http://www.seg-sse.ch/pdf/directives_Tsantsa.pdf

Catégories

Lieux

  • Berne (Suisse)
    Berne, Confédération Suisse

Dates

  • lundi 01 février 2010

Fichiers attachés

Mots-clés

  • anthropologie, institution, transition, rite, vivre ensemble

Contacts

  • Marc-Antoine Berthod
    courriel : maberthod [at] eesp [dot] ch
  • Gaëlle Aeby
    courriel : gaelle [dot] aeby [at] unige [dot] ch
  • David Bozzini
    courriel : david [dot] bozzini [at] unine [dot] ch

URLS de référence

Source de l'information

  • David Bozzini
    courriel : david [dot] bozzini [at] unine [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Entrer en institution, sortir des institutions », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 17 décembre 2009, http://calenda.org/199821