AccueilLangue, religion et création littéraire

Langue, religion et création littéraire

Palabres. Revue pluridisciplinaire d’études francophones

*  *  *

Publié le mercredi 06 janvier 2010 par Marie Pellen

Résumé

Pour Roger Arnaldez, toute langue parlée porte en elle des puissances d’action qui sont, pour ceux qui savent la manier, la source d’un pouvoir de création magique ou religieux ; elle confère un pouvoir d’incantation qui nous permet de nous emparer de l’esprit de ceux à qui nous parlons [1990]. Mais avant qu’on ne lui défère une puissance de création et de possession religieuse dans un monde « désenchanté », Georges Gusdorf faisait remarquer que pour de nombreuses religions, la langue, dans l’installation et l’explication du réel, lorsqu’elle n’est pas représentée comme le vicaire de la Puissance, apparaît comme consubstantiellement liée à l’existence de celle-ci [1952]. Et au moment où des religieux de traditions diverses ont fait du langage un auxiliaire de la foi, la littérature fut tour à tour considérée comme un « substitut du mythe », un « geste intimement lié au religieux » voire un geste fondamentalement religieux [E. Paquette : 1991].

Annonce

Coordonné par Mouhamed A. Ly

Date limite de réception des propositions : 28 février 2010

Pour Roger Arnaldez, toute langue parlée porte en elle des puissances d’action qui sont, pour ceux qui savent la manier, la source d’un pouvoir de création magique ou religieux ; elle confère un pouvoir d’incantation qui nous permet de nous emparer de l’esprit de ceux à qui nous parlons [1990]. Mais avant qu’on ne lui défère une puissance de création et de possession religieuse dans un monde « désenchanté », Georges Gusdorf faisait remarquer que pour de nombreuses religions, la langue, dans l’installation et l’explication du réel, lorsqu’elle n’est pas représentée comme le vicaire de la Puissance, apparaît comme consubstantiellement liée à l’existence de celle-ci [1952]. Et au moment où des religieux de traditions diverses ont fait du langage un auxiliaire de la foi, la littérature fut tour à tour considérée comme un « substitut du mythe », un « geste intimement lié au religieux » voire un geste fondamentalement religieux [E. Paquette : 1991].

Cette parution de Palabres interroge la place des religions et de la religiosité dans nos rapports aux langues et nos manières de dire, d’écrire ou encore de lire. Linguistes, philosophes, sociologues, anthropologues et critiques littéraires, dans les prolongements et les croisements autorisés par leurs champs respectifs, sont invités à jeter un regard actuel sur les situations de conjonction entre langue, écriture et religion. Les contributions pourront, entre autres, s’inspirer des axes suivants (liste non limitative) :

  • Dans quelle mesure et selon quelle approche les sciences du langage peuvent interroger la part d’irrationnel dans l’apparente rationalité de nos usages et de nos rapports aux langues. La croyance en une langue sacrée, le parler en langue, les tabous linguistiques, le prophétisme scripturaire, la manière dont l’agir sur autrui, dépasse le cadre pragmatique, généralement considéré, pour englober les domaines magique, mystique, ésotérique, thaumaturgique… sont autant de thématiques qui nous donnent à réfléchir. 
  • Les phénomènes de « bricolage du religieux », l’intertextualité et la diversité créative ne rendent-elles pas caduques les catégories de littérature « chrétienne », « juive », « musulmane », « agnostique »… ? La place des textes et des récits mythiques, s’est-elle vraiment rétrécie dans les écrits d’aujourd’hui ? En quoi les « narration de soi » se départent-elles des Confessions ? Les « héros » des temps modernes ne miment-ils plus les dieux ? Rompent-ils avec le mystère ? Seraient-ils vraiment « héros » sans le rituel du sacrifice ? La force créatrice de nos quêtes de sens invente-t-elle un « au-delà » aux oppositions binaires et manichéennes entre le pur et l’impur, le sacré et le profane, le bien et le mal, le spirituel et le temporel ? La sécularisation a-t-elle entamée la dimension de l’incantation dans la création ?

Veuillez envoyer un résumé de votre proposition de contribution (environ 200 mots) à l’adresse suivante : mouhaly@gmail.com

 

Date limite de réception des propositions : 28 février 2010

Date limite de réception des articles : 31 mai 2010

Le protocole de rédaction de la revue peut être consulté à L’URL suivante : http://revuepalabres.org/protocole.htm

Lieux

  • University of Calgary 2500 University Dr. N.W. Calgary, AB T2N 1N4
    Calgary, Canada

Dates

  • dimanche 28 février 2010

Mots-clés

  • langue, religion, création littéraire

Contacts

  • Dr. Mouhamed LY
    courriel : mouhaly [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Mouhamed A. Ly
    courriel : mouhaly [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Langue, religion et création littéraire », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 06 janvier 2010, http://calenda.org/199890