AccueilProjection de Belzec, film réalisé par Guillaume Moscovitz, suivie d'un débat

Projection de Belzec, film réalisé par Guillaume Moscovitz, suivie d'un débat

Projection of the film, Belzec, directed by Guillaume Moscovitz, followed by a debate

Débat en présence du réalisateur et avec C. Delage, le Père P. Desbois, J-F. Forges et B. Reynaud

Debate featuring the director, in the company of C. Delage, Father P. Desbois, J-F. Forges and B. Reynaud

*  *  *

Publié le vendredi 08 janvier 2010 par Karim Hammou

Résumé

Guillaume Moscovitz filme un lieu où « il n’y a rien à voir » : ni traces matérielles, ni survivants de la mort de masse. Bełźec - le film - pose la question du témoignage. Pour certains anciens du village, le geste transmet ce que la parole ne pourra peut-être jamais prononcer ; le récit de Braha Rauffmann, l’enfant cachée pendant 20 mois, exprime l’effet en elle des disparitions collectives. Ce n’est pas l’œil qui fait le témoin, mais le regard porté sur l’évènement.

Annonce

LE SYNOPSIS

Presque oublié dans l'histoire de la Shoah, Bełźec est chronologiquement le premier camp d'extermination de l'Aktion Reinhard, le plan nazi d'extermination des Juifs des territoires de la Pologne occupée. Sa destruction intégrale dans les premiers mois de l'année 1943, presque un an avant le démantèlement des camps de Sobibor et de Treblinka, témoigne de la volonté nazie d'effacer les traces de l'extermination des juifs d'Europe. Le meurtre de masse industrialisé du peuple juif par les nazis ne s'est pas arrêté aux meurtres des vies, il a continué avec la destruction des cadavres de ceux qui avaient été exterminés : effacement des corps, des noms et des lieux. Ce qu'on appelle aujourd'hui le négationnisme était déjà au principe même du meurtre nazi : l'effacement des traces de l'extermination faisait partie du plan d'anéantissement du peuple juif. En filmant les séquelles de cet effacement, le cinéaste montre la violence de notre présent : là où il n'y a que destruction, comment attester de ce qui a été ?

 Avant propos au débat

Bełźec, un lieu plombé par le « il n’y a rien à voir » - ni traces matérielles du fonctionnement du camp, ni survivants de la mort de masse - pose avec une particulière acuité la question du témoignage. Le récit de Braha Rauffmann, l’enfant cachée exprime l’effet en elle des disparitions collectives. Ce n’est pas l’œil qui fait le témoin, mais le regard porté sur l’évènement. La force de Guillaume Moscovitz est de réintroduire Belźec dans l’histoire, c’est-à-dire dans le temps.

Soirée organisée par le département de sciences sociales de l'ENS (Bénéficte REYNAUD)

Projection de BELZEC, Film Réalisé par Guillaume Moscovitz (2005)

École normale supérieure, 45 Rue d'Ulm, 22 janvier 2010, salle Dussane, 20H30

Projection suivie d'un débat en présence de Guillaume Moscovitz et avec la participation de :

  • Christian Delage, historien et réalisateur.
  • Père Patrick Desbois, Directeur du Service National de la Conférence des Evêques de France et Président de Yahad In Unum
  • Jean-François Forges, historien, professeur de Lycée.
  • Bénédicte Reynaud, DR au CNRS au Département de Sciences Sociales de l'ENS (modératrice).

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Lieux

  • Ecole normale supérieure, 45 rue d'Ulm, salle Dussane à 20H30
    Paris, France

Dates

  • vendredi 22 janvier 2010

Mots-clés

  • Shoah

Contacts

  • Benedicte Reynaud
    courriel : benedicte [dot] reynaud [at] ens [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Benedicte Reynaud
    courriel : benedicte [dot] reynaud [at] ens [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Projection de Belzec, film réalisé par Guillaume Moscovitz, suivie d'un débat », Informations diverses, Calenda, Publié le vendredi 08 janvier 2010, http://calenda.org/199925