AccueilParticipation citoyenne, échelle et nature des territoires

Participation citoyenne, échelle et nature des territoires

Citizen participation and the nature and scale of territories

*  *  *

Publié le mardi 12 janvier 2010 par Karim Hammou

Résumé

L’objectif de ce séminaire est d’initier une discussion entre des chercheurs (impliqués ou non) s’intéressant à la dimension participative de l’exercice du politique, qui proviennent de disciplines différentes et analysent les territoires à des échelles différentes et surtout portent leur attention sur des territoires de nature différente, qu’il s’agisse de métropoles, d’espaces ruraux ou d’espaces naturels. Ces regards croisés nous semblent particulièrement importants, car si l’on insiste aujourd’hui sur la multidisciplinarité, l’interdisciplinarité, il faut également envisager davantage de transversalité, au sein de l’étude des territoires. Chacun présentera donc, avec les outils méthodologiques et conceptuels qui sont les siens, son regard sur cette problématique et gageons que ces analyses permettront d’amorcer les débats et… ouvriront peut-être la porte à de futures analyses comparatives.

Annonce

Cadre

La question de l’implication des individus dans le devenir de leur territoire est devenue, depuis quelques années, un sujet d’intérêt majeur en aménagement, urbanisme avec des homologies et quelques différences dans le cadre des  espaces qualifiés de naturels, des territoires ruraux et des métropoles. Cet « individu territorial » peut prendre tour à tour différentes figures, en particulier celles de l’habitant, de l’usager, du professionnel, de l’expert ou  du militant… 

Petit rappel historique

En France, jusqu’aux années 1970, la question de l’implication de l’individu dans les politiques d’aménagement, ou de gestion des espaces, ne mobilise pas les acteurs politiques ni les réflexions scientifiques. L’individu est un sujet d’un état républicain centralisé…au comportement très régalien, dans lequel les élus eux-mêmes n’ont que de faibles marges d’action. A Lille, on se souvient que l’emplacement de la ville nouvelle de Lille-Est est décidé par un ministre de l’équipement qui survole en hélicoptère des sites possibles, ou que la création de la communauté urbaine est annoncée de façon cavalière aux élus locaux. Aujourd'hui l'implantation d'un stade devient un casse-tête pour les acteurs politiques, à Lille, à Bordeaux comme à Lyon... La prise en compte de l’avis des citoyens commence à être posée avec l’institution des enquêtes publiques en 1976, et se manifeste avec force sur certaines scènes locales très médiatisées : le Larzac, les chantiers des centrales nucléaires. Ici c’est la figure du militant qui est mobilisée. 

La montée en puissance de la question de l’implication des individus dans l’action publique territoriale peut sans doute être mise en parallèle avec la décentralisation du début des années 1980 et le renforcement des compétences au niveau local et régional (régionalisation), même si déjà certaines instances de participation existaient préalablement : par exemple, les conseils de quartiers à Lille sont nés en 1978, vingt-quatre ans avant que la loi du 27 février 2002 ne rende leur création obligatoire dans les communes de 80 000 habitants et plus. 

La participation citoyenne : un foisonnement

L’action publique territorialisée, disons l’action publique locale , intègre aujourd’hui de plus en plus largement l’expression des individus non élus, organisés ou non. Un certain nombre de lois, promulguées depuis les années 1980, en crée l’obligation. Par ailleurs, certains élus voient, dans la participation des individus, un outil pour enrichir leur réflexion, et une certaine demande citoyenne se fait entendre. Un certain nombre de dispositifs sont utilisés ou expérimentés : parmi de nombreuses scènes du débat citoyen, nous pensons aux conseils de quartiers, aux ateliers populaires d’urbanisme, aux conseils communaux de concertation, aux conseils de développement des pays ruraux, aux conseils de développement des agglomérations, mais aussi aux comités de gestion, aux comités de pilotage des espaces naturels… mais il existe également des formes non institutionnalisées issues des arts (théâtre, atelier photographique), d’autres qui utilisent les avancées des sciences informatiques (modélisation, jeux de rôles), des médias et de la communication (e-débat) ou des réflexions engagées par la sociologie, la psychosociologie (conférences de citoyens, sondages délibératifs). La liste est longue et se modifie régulièrement. 

Cette complexité contribue à donner son épaisseur sociale et politique au territoire, qui a par ailleurs une épaisseur culturelle, historique, géographique…. La diversité des acteurs du territoire est révélée au sein de systèmes complexes dans lesquels ils interagissent dans ce qu’il est convenu d’appeler des « jeux d’acteurs ». La question posée est de savoir comment  l’individu devient un acteur pour son territoire, en fonction de quelle figure la plus efficiente : l’habitant, l’usager, le citoyen, le militant… 

Objectifs

L’objectif de ce séminaire est d’initier une discussion entre des chercheurs (impliqués ou non) s’intéressant à la dimension participative de l’exercice du politique, qui proviennent de disciplines différentes et analysent les territoires à des échelles différentes et surtout portent leur attention sur des territoires de nature différente, qu’il s’agisse de métropoles, d’espaces ruraux ou d’espaces naturels. Ces regards croisés nous semblent particulièrement importants, car si l’on insiste aujourd’hui sur la multidisciplinarité, l’interdisciplinarité, il faut également envisager davantage de transversalité, au sein de l’étude des territoires.

Chacun présentera donc, avec les outils méthodologiques et conceptuels qui sont les siens, son regard sur cette problématique et gageons que ces analyses permettront d’amorcer les débats et … ouvriront peut-être la porte à de futures analyses comparatives. 

Programme

9h30 à 12h30 

9h30 : accueil.

9h50 : Introduction : objectifs du séminaire. D.Paris et F.Chlous-Ducharme (10mn)

  • 10h : Georges Gontcharoff : Développement local et participation citoyenne : quels enjeux dans le monde rural ?
  • 10h20 : Hélène Combe. Fondements et méthode pour une démarche collaborative pour l’élaboration de nouveaux indicateurs de richesse dans les Pays de la Loire.
  • 10h40  : Michel David. Entre engament et institutions : la participation  trouve-t-elle son public ? (20mn)

11h : temps de discussion n°1 (30mn) 

  • 11h30 : Frédérique Chlous-Ducharme. Analyse comparative de dispositifs participatifs dans le cadre de la gestion environnementale.  (20mn)
  • 11h50  : Fabienne Brugère : La participation et ses usages. Approche philosophique. (20mn) 

12h10  temps de discussion n°2 (20mn) 

12h30 à 13h45h

Pause déjeuner - échanges 

14h à 15h30 

  • 14h : Jean Frébault et Didier Paris : la participation citoyenne dans le cadre des conseils de développement. Retour d’expérience (20mn)
  • 14h20  : Michèle Breuillard : La démocratie directe à la mode britannique : …beaucoup de progrès mais des résultats à confirmer ! (20mn)
  • 14h40  : Loïc Blondiaux : la participation citoyenne face à ses objets. Retour sur les débats de la journée

15h temps de discussion n°3 (30mn) 

15h30 clôture de la journée 

Loïc Blondiaux
Professeur à l’Université de Paris 1,

Fabienne Brugère
Professeur De Philosophie à l’Université de Bordeaux, Présidente du Conseil de Développement de Bordeaux

Michèle Breuillard
Ingénieur d’Etudes au CERAPS, Université Lille Nord de France (Lille 2)

Frédérique Chlous-Ducharme
Anthropologue, Maître de Conférence d’Aménagement-Urbanisme à l’Université de Bretagne occidentale, Institut de Géoarchitecture, E.A.2219

Hélène Combe
Déléguée générale de l'Observatoire de la Décision Publique (O.D.P.)

Jean Frébault
Président du Conseil de Développement de Lyon

Didier Paris
Pr. d’Aménagement-Urbanisme, Directeur du laboratoire T.V.E.S, Territoires, Villes, Environnement & Société, Université Lille Nord de France (Lille 1), Président du Conseil de Développement de Lille

Georges Gontcharoff,
Journaliste, conseiller de la rédaction de la revue Territoires (Association pour la Démocratie et l'Éducation Locale et Sociale-ADELS), ancien dirigeant national du mouvement pour le développement local et les Pays.

Michel David
Directeur général adjoint de la ville de Roubaix

Lieux

  • Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société (MESHS) - Espace Baïetto
    Lille, France

Dates

  • vendredi 05 février 2010

Mots-clés

  • participation citoyenne, action publique, territoire

Contacts

  • Anissa HABANE
    courriel : anissa [dot] habane [at] univ-lille1 [dot] fr

Source de l'information

  • Anissa HABANE
    courriel : anissa [dot] habane [at] univ-lille1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Participation citoyenne, échelle et nature des territoires », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 12 janvier 2010, http://calenda.org/199962