AccueilLa sélection patrimoniale

La sélection patrimoniale

Sixième rencontre internationale des jeunes chercheurs en patrimoine

*  *  *

Publié le jeudi 14 janvier 2010 par Karim Hammou

Résumé

Depuis 2005, les Rencontres internationales des jeunes chercheurs en patrimoine invitent annuellement étudiants, doctorants, docteurs et postdoctorants à conférer sur divers aspects de la patrimonialisation, alternativement au Québec et en France, sous la tutelle scientifique de l’Institut du patrimoine de l’Université du Québec à Montréal et de ses partenaires. En 2010, la sixième rencontre, dévolue à la sélection patrimoniale, se tiendra du 7 au 9 octobre à Paris, sous le parrainage de l’École nationale des chartes, institution hôte.

Annonce

Depuis 2005, les Rencontres internationales des jeunes chercheurs en patrimoine invitent annuellement étudiants, doctorants, docteurs et postdoctorants à conférer sur divers aspects de la patrimonialisation, alternativement au Québec et en France, sous la tutelle scientifique de l’Institut du patrimoine de l’Université du Québec à Montréal et de ses partenaires. En 2010, la Sixième rencontre, dévolue à La sélection patrimoniale, se tiendra du 7 au 9 octobre à Paris, sous le parrainage de l’École nationale des chartes, institution hôte. Jean-Michel Leniaud est le directeur scientifique de l’événement, co-organisé par la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain (Luc Noppen, Université du Québec à Montréal), par le groupe interuniversitaire de recherche sur les paysages de la représentation, la ville et les identités urbaines (Lucie K. Morisset, Université du Québec à Montréal) et par le Forum canadien de recherche publique sur le patrimoine. La coordination scientifique de l’événement a été confiée à Anne Richard-Bazire (annerichardbazire@hotmail.com) et à Martin Drouin (drouin.martin@uqam.ca).

La date limite pour soumettre une proposition est le 1er mai 2010.

Pour ce faire, veuillez envoyer le titre de votre proposition, un résumé d’un maximum de 500 mots (à prévoir pour une communication d’une durée de vingt minutes) et une courte notice biographique. Les propositions seront évaluées par un comité scientifique en fonction de leur pertinence par rapport au thème, de l’originalité de leur questionnement ainsi que de la qualité générale de leur argumentaire.

Les frais de déplacement des intervenants pourront être partiellement subventionnés, selon les disponibilités budgétaires. La Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain pourra aussi offrir quelques bourses de voyage aux intervenants.

Revus par un comité éditorial, des articles issus des quatre premières Rencontres internationales des jeunes chercheurs en patrimoine ont été publiés dans des ouvrages collectifs dédiés à cette fin; les actes de la cinquième rencontre sont actuellement sous presse. Il est prévu que les communications de cette sixième rencontre fassent l’objet d’un projet d’édition semblable.

Argumentaire

Le patrimoine naît de la sélection; isolé, identifié parmi ses semblables et extrait du monde commun, l’objet patrimonial provient d’un choix, conscient ou inconscient. Qu’il soit matériel ou immatériel, ses caractéristiques se trouvent alors dévolues à une fonction nouvelle : transmettre ou représenter la vision du monde qui a animé sa sélection.

Les institutions patrimoniales ont, depuis diverses époques, inventé des méthodes pour encadrer une sélection pensée comme volontaire : celles-ci ont prêté vie à des critères variés, censés dresser un ensemble de référence pour permettre au sélectionneur d’exercer son jugement et son appréciation de façon informée, transparente, voire objective. Élevés dans le giron des monuments nationaux, ces critères ont évolué à la mesure des univers de représentation dans lesquels ils étaient situés, en se déclinant dans le grand patrimoine mondial ou en se diversifiant face au patrimoine de proximité. Selon l’institution patrimoniale et selon les fins mêmes de la patrimonialisation, la sélection a ainsi influé sur les carapatrimoinees du patrimoine ; en retour, l’inflation patrimoniale et la relativisation des patrimonialisations à l’échelle de la planète, en confrontant différentes pensées du patrimoine, interpellent aujourd’hui les modalités et les finalités des méthodes de sélection.

Ontologique ou pragmatique, la réflexion critique sur la sélection patrimoniale n’est certes pas nouvelle : cristallisée dans les institutions patrimoniales qui se sont généralisées en Occident dans les premières décennies du XXe siècle, elle apparaît en Europe avec la fixation d’une pensée et de pratiques patrimoniales communes, autour de la fin du XIXe siècle, comme l’illustre le désormais fameux opuscule d’Aloïs Riegl (1903), d’ailleurs de plus en plus communément cité de nos jours, plus de vingt ans, maintenant, après ses premières traductions anglaise (1982) et française (1984). Si cette résurgence, à travers la« valeurs est devenu usuel de discuter des « valeurs » patrimoniales, ne signe pas nécessairement une crise de la sélection, elle révèle à tout le moins, outre un certain tropisme patrimonial, la nécessité, pour nos contemporains, de prendre « critères e avec le matérialisme positiviste des « critères » fondateurs de l’exercice institutionnel du patrimoine, imaginés par des experts et applicables par des exécutants de la sélection. Cela, qui pose les questions de l’évolution de la sélection patrimoniale et de l’interrelation entre celle-ci et des conceptions différenciées du patrimoine, met aussi en cause la pratique de la sélection aujourd’hui à l’intérieur ou à l’extérieur des organismes qui en détiennent la responsabilité. Quel patrimoine choisir, comment le choisir, et d’après quelle méthode ? Pourquoi, d’ailleurs, choisir celui-ci et non pas celui-là ?Cette Sixième Rencontre internationale des jeunes chercheurs en patrimoine se penche ainsi sur la sélection patrimoniale, sur ses causes, ses motifs et ses effets, depuis le patrimoine national et le patrimoine mondial jusqu’aux territoires réduits, mais démultipliés, de la proximité. Seront reçues les propositions de communication qui, dans une perspective diachronique ou synchronique, interrogeront les buts, les systèmes, les processus ou les mécaniques de la sélection patrimoniale à travers un ou des cas, historiques ou contemporains, sous trois aspects non exclusifs. Le premier concerne l’objectif des méthodes de sélection : quelles sont-elles, quels critères les animent, quels pourraient-ils être, qui en sont ou en seraient les animateurs ? Le deuxième s’attache au pourquoi : à quoi sert de sélectionner, quels sont ou ont été les desseins de la sélection patrimoniale selon les contextes ? Le troisième axe de cet appel à communications s’intéresse au comment : volontaire ou inconsciente, de quelle façon une sélection influe-t-elle sur les configurations et sur les significations du patrimoine ? En somme, il s’agit de comprendre les phénomènes de patrimonialisation historiques ou contemporains de façon aussi bien théorique que pratique, en contextualisant les choix patrimoniaux anciens ou futurs par rapport aux temps, aux lieux, aux acteurs et aux méthodes qui les caractérisent et à travers lesquels la sélection patrimoniale atteint ou non ses finalités.

Pour de plus amples renseignements ou pour s’inscrire : contactez Martin Drouin, coordonnateur de l’Institut du patrimoine, au 1-514-987-3000 poste 5626 ou par courrier électronique à drouin.martin@uqam.ca.

Prière d’envoyer vos propositions à l’Institut du patrimoine, Université du Québec à Montréal, institutdupatrimoine@uqam.ca.

Date limite : 1er mai 2010

Lieux

  • École nationale des chartes
    Paris, France

Dates

  • samedi 01 mai 2010

Fichiers attachés

Mots-clés

  • patrimoine, patrimonialisation, architecture, culture matérielle et immatérielle, multidisciplinarité

Contacts

  • Martin Drouin
    courriel : institutdupatrimoine [at] uqam [dot] ca

URLS de référence

Source de l'information

  • Martin Drouin
    courriel : institutdupatrimoine [at] uqam [dot] ca

Pour citer cette annonce

« La sélection patrimoniale », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 14 janvier 2010, http://calenda.org/199981