AccueilCommunication sociale et publique : prisme ou foyer ?

*  *  *

Publié le mardi 19 janvier 2010 par Marie Pellen

Résumé

La revue internationale de communication sociale et publique (RICSP - http://www.revuecsp.uqam.ca/) vous propose de participer à un colloque intitulé « Communication sociale et publique: prisme ou foyer ? » et se déroulant dans le cadre du congrès de l'ACFAS 2010.

Annonce

Responsables scientifiques :

 

À l’occasion du premier anniversaire de la nouvelle Revue internationale de communication sociale et publique (RiCSP), ce colloque veut réunir des contributeurs du domaine afin de réfléchir ensemble sur ses multiples expressions et sur les assises communes qui composent toujours l’horizon de la communication sociale et publique. Quatre ans après le colloque «Communication : horizons de pratiques et de recherche» (ACFAS, 2006), et la publication de deux collectifs sous le même intitulé aux Presses de l'Université du Québec, ce colloque se veut une nouvelle occasion de refaire un tour d’horizon des principaux axes de la recherche francophone dans le domaine.
Le domaine de la communication sociale et publique se rapporte à l’étude des phénomènes de communication impliquant des êtres humains. Ce vaste champ réfère entre autres à la communication organisationnelle, interculturelle, internationale, interpersonnelle et de groupe, à la communication marketing et publicitaire, à la communication politique, la communication touchant la santé, l'environnement, les technologies, à la communication scientifique et aux relations publiques. Qu’est-ce qui unit ces divers champs d’intérêt ?
Le premier numéro de RiCSP s’ouvrait sur un article de Robert T. Craig, «La communication en tant que champ d’études». Après un large tour d’horizon des différentes traditions de recherche qui alimente le domaine, il pose l’étude de la communication en tant que processus d’élaboration d’un métadiscours sur la communication et propose un modèle constitutif de la communication en tant que métamodèle. Est-ce la voie à suivre ? On lui a reproché d’être idéaliste et de banaliser des différences importantes sinon fondamentales. Est-il pertinent de rechercher des assises communes ?

 

Axe 1 : Histoire et apport des sciences de la communication

Identifier des assises communes passe par une compréhension des apports interdisciplinaires dont a bénéficié la communication sociale et publique. C’est s’interroger sur les dynamiques épistémologiques et méthodologiques, sur les spécificités des terrains et des objets qui permettent à cette (inter)discipline de s’imposer institutionnellement. Comment, en effet, peut-elle se distinguer des disciplines qui sont à son origine tout en délimitant un espace qui lui est propre ?

Axe 2 : Demande sociale et pratiques professionnelles

Ces questionnements ne peuvent se faire sans penser également l’enseignement de la discipline, dans ses finalités et les réponses qu’elle peut apporter aux attentes des futurs professionnels et des organisations. Les sciences humaines et sociales se construisent dans des approches analytique et critique ; les instances politiques et économiques attendent toutefois l’intégration des savoirs produits dans des modèles opérationnels et applicables aux organisations. Quelle est alors la place de la communication sociale et publique dans cette dynamique, à la fois en termes d’orientation de la recherche que de la spécificité de ses enseignements ?

Axe 3 : Internationalisation des sciences de la communication

Le Québec se veut à l’intersection des traditions de recherche nord-américaines et européennes. Il tisse également des liens vers une Amérique latine dont les relations avec l’Europe se sont affaiblies pendant le XXe siècle. Il semble dès lors inévitable de confronter les traditions de ces différentes zones géographiques pour mettre en perspective la construction de la discipline. Quels sont les modèles d’intégration et de développement suivis dans chacune de ces régions ? Quelles pistes pour le développement d’une (inter)discipline intégrée y trouve-t-on ? Ou constate t on, à l’inverse, des stratégies menant à des convergences ponctuelles pour parvenir à l’intégration institutionnelle d’un champ de recherche éclaté ?

 

CONDITIONS DE PARTICIPATION

La proposition de communication devra comprendre :

  • Le titre et l’axe du colloque dans lequel elle s’inscrit
  • La liste des auteurs et des co‐auteurs (prénom, nom, statut, institution)
  • Les coordonnées des auteurs (adresses, courriel, téléphone, etc.)
  • Un titre de 150 caractères maximum, espaces compris
  • Cinq (5) mots clés
  • Un résumé de 3 000 caractères ou moins, espace compris
  • Une bibliographie

Calendrier :

  • Date limite de réception des propositions de communication : 31 janvier 2010
  • Évaluation par le comité scientifique : du 25 janvier au 12 février
  • Retour vers les auteurs : 15 février Date du colloque : 10 mai 2010

Compte tenu des règles de l'ACFAS, les communications seront mises dans les actes après inscription au congrès. Une sélection des meilleures communications sera par la suite publiée dans un numéro de la Revue internationale de communication sociale et publique.

Lieux

  • Montréal, Canada

Dates

  • dimanche 31 janvier 2010

Fichiers attachés

Contacts

  • Benoit Cordelier
    courriel : cordelier [dot] benoit [at] uqam [dot] ca

Source de l'information

  • Benoit Cordelier
    courriel : cordelier [dot] benoit [at] uqam [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Communication sociale et publique : prisme ou foyer ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 19 janvier 2010, http://calenda.org/200013