AccueilJeunes face à la violence

Jeunes face à la violence

Young people and violence

Revue Sociétés et jeunesses en difficulté

Sociétés et jeunesses en difficulté journal

*  *  *

Publié le mercredi 20 janvier 2010 par Karim Hammou

Résumé

La question de la violence des jeunes a un caractère récurrent, elle donne lieu à de multiples débats et à différentes publications plus ou moins scientifiques. Dès lors pourquoi revenir sur cette thématique dans un numéro de SEJED ? En premier lieu parce qu'il demeure nombre d'interrogations aux réponses partielles, sur les formes et le sens que prennent les diverses manifestations de la violence. En second lieu parce que la définition de la violence ne va pas de soi, oscillant entre catégories objectivables - notamment pénales - et points de vue des individus.

Annonce

La question de la violence des jeunes a un caractère récurrent, elle donne lieu à de multiples débats et à différentes publications plus ou moins scientifiques. Dès lors pourquoi revenir sur cette thématique dans un numéro de SEJED ?

En premier lieu parce qu'il demeure nombre d'interrogations aux réponses partielles : comment se manifestent les violences ? Quels sont leurs causes et leurs effets ? Que signifient-elles en elles-mêmes, pour leurs auteurs, leurs victimes, les institutions ? Que nous disent-elles des mutations ou permanences des rapports sociaux, des relations interindividuelles ? Quelles réponses y sont données, au niveau individuel, collectif, institutionnel ?

En second lieu parce que la définition de la violence ne va pas de soi, oscillant entre catégories objectivables - notamment pénales - et points de vue des individus. La violence n'existe pas sui generis mais prend sens, s'inscrit, dans des contextes particuliers. Dans quelle mesure implique-t-elle la rencontre d'acteurs (que dire des auteurs, des victimes, des interactions entre eux ?). Elle ne constitue pas une fatalité, même si elle est une permanence des sociétés humaines. La réponse efficace n’est pas une « solution magique » (les effets de la réponse se mesure dans l’immédiat de la situation mais aussi à court, moyen et long terme) etc...

En troisième lieu parce que la question des jeunes et de la violence ne saurait se réduire à la violence des jeunes en éludant la question des violences subies par les jeunes.

Parce qu'il apparaît improbable de traiter l'ensemble des questions possibles, ce numéro se limitera à aborder la question des jeunes face à la violence dans le cadre des prises en charge éducatives et judiciaires.

  • Qui sont ces jeunes, délinquants, incasables qui mettent à mal les institutions?
  • Quelles perceptions ont-ils des violences perpétrées et/ou subies ?
  • Comment se construisent, pour les uns et les autres, l'idée même de violence (du point de vue des interactions, du point de vue des représentations avec par exemple l'émergence de la question des violences sexuelles commises par des mineurs..) ?
  • Comment les professionnels font-ils face à ces questions ?

Ce numéro de SEJED1 cherchera moins à définir la violence qu'à rendre compte :

  • des modalités selon lesquelles on construit comme violents des comportements, des actes et même des positions d' acteurs.
  • des significations pour les acteurs de ce qui peut être socialement étiqueté comme violent.

Envoi des propositions

Les chercheurs de toutes les disciplines sont invités à contribuer. Comme toujours, les articles ou expériences étrangères sont les bienvenus.

Conformément au projet éditorial de la revue, il leur est demandé de proposer des articles originaux, fondés sur des données de recherche empiriques et n'ayant pas déjà fait l'objet d'une publication dans des revues, ouvrages ou actes de colloques. Les propositions (3000 à 5000 signes) préciseront, outre le thème et la problématique de l'article, la nature des données analysées.

Ces propositions doivent être envoyées par courrier électronique au format .doc ou .rtf  au secrétariat de la revue à l'adresse suivante : helene.cheronnet@,justice.fr

au plus tard le 30 avril 2010.

Un accusé de réception sera adressé en retour.

 Les auteurs dont la proposition a été acceptée seront invités à soumettre pour le 15 juin 2010 au plus tard un article complet (25 000 à 70 000 signes) rédigé en français et lisible - au moins dans ses grandes lignes - par toutes les communautés scientifiques constitutives du champ, et par les professionnels qui y exercent. Cet article fera l'objet d'une évaluation anonyme par deux lecteurs désignés au sein du comité scientifique de la revue.

Catégories

Dates

  • vendredi 30 avril 2010

Mots-clés

  • violence, adolescence, violence institutionnelle

Contacts

  • Fabrice Audebrand
    courriel : fabrice [dot] audebrand [at] justice [dot] fr

Source de l'information

  • Fabrice Audebrand
    courriel : fabrice [dot] audebrand [at] justice [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Jeunes face à la violence », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 20 janvier 2010, http://calenda.org/200038