AccueilAnalyse de réseaux et histoire

Analyse de réseaux et histoire

Network analysis and history

Outils, approches, problèmes

Tools, approaches, problems

*  *  *

Publié le vendredi 29 janvier 2010 par Karim Hammou

Résumé

Le concept de réseaux est aujourd'hui largement entré dans le vocabulaire des sciences sociales. En histoire, son introduction a été souvent liée à des démarches se revendiquant de la micro-histoire. En revanche, l’utilisation du concept de réseau et l’analyse « micro » de réseaux informels s'y est rarement accompagnée du recours aux méthodes, aux logiciels ou encore au vocabulaire construits en sociologie, psychologie ou anthropologie pour parler de réseaux. Il n'existe donc pas d'« école » d'analyse de réseaux en histoire, ni même le plus souvent de dialogue entre ceux et celles qui ont trouvé une certaine fécondité à ce concept. Ce numéro vise à y remédier en partie en proposant un appel sans exclusive, mais demandant aux auteurs d'essayer de tirer des enseignements généralisables de leur expérience de recherche.

Annonce

Argumentaire

Le concept de réseaux est aujourd'hui largement entré dans le vocabulaire des sciences sociales. Au départ lié, surtout en sociologie, à la remise en cause de catégories structurelles comme celle de classe, il a plus largement contribué au regain d'intérêt, pour les espaces informels, les rapports personnels, ou encore la capacité des individus de construire en partie leur propre milieu. Ainsi, en histoire, l'introduction du vocabulaire des réseaux a-t-elle souvent été souvent liée à des démarches se revendiquant de la micro-histoire.

En revanche, l’utilisation du concept de réseau et l’analyse « micro » de réseaux informels s'y est rarement accompagnée du recours aux méthodes, aux logiciels ou encore au vocabulaire construits en sociologie, psychologie ou anthropologie pour parler de réseaux. En outre, les discussions historiennes des réseaux se réfèrent à des auteurs, et en particulier à des théories, très variés selon la période ou la sous-discipline concernée – histoire de la famille et de l'alliance, de l'entreprise et des conseils d'administration, des sciences ou des lettres et des correspondances ou citations... – et les autres sciences sociales fréquentées. Il n'existe donc pas d'« école » d'analyse de réseaux en histoire, ni même le plus souvent de dialogue entre ceux et celles qui ont trouvé une certaine fécondité à ce concept. Ce numéro vise à y remédier en partie en proposant un appel sans exclusive, mais demandant aux auteurs d'essayer de tirer des enseignements généralisables de leur expérience de recherche. Nous espérons ainsi à la fois tirer un bilan critique et stimuler de nouvelles recherches, à partir – entre autres –, des questions suivantes :

  • y a-t-il une unité des approches en termes de réseaux applicable à des terrains historiques, et de quel ordre serait-elle ? Ainsi, l’analyse systématique de grands réseaux, à l’aide de logiciels sophistiqués, et l’étude qualitative de petits réseaux personnels représentent-elles deux applications d’une même méthode ? L’étude de réseaux égocentrés de correspondance, par exemple, et l’analyse de réseaux de parenté dans une société ont-elles un fondement théorique commun ?
  • les sources historiques posent-elles des problèmes particuliers – ou présentent-elles un intérêt particulier – pour une étude en termes de réseaux ?
  • à quelle(s) échelle(s) l'analyse de réseaux s'avère-t-elle pertinente en histoire ? est-ce une variante parmi d'autres de la "micro-histoire" ?

Tout article est le bienvenu pourvu qu'il envisage certains des aspects spécifiques des terrains historiques, et tout spécialement : l'usage de sources écrites (ou figurées) plutôt que d'entretiens ou d'observations pour le recueil de données ; l'étude des liens ou réseaux d'acteurs du passé ; la prise en compte d'une dimension longitudinale de l'histoire de ces liens et/ou réseaux observés.

Les thèmes abordés pourraient se rattacher, sans exclusive, aux domaines suivants, où l'analyse de réseaux a déjà largement fait la preuve de son intérêt :

  • famille et parenté ;
  • mobilisation et mouvements sociaux ;
  • le monde des élites ;
  • réseaux et pratiques culturelles ;
  • migrations et échanges.

Pour faciliter le débat entre les différentes approches, chaque article devrait présenter non seulement une étude de cas avec ses résultats, mais aussi les outils théoriques et méthodologiques utilisés. Des articles principalement centrés sur la discussion d'une méthode ou d'un logiciel peuvent également être acceptés, dans la mesure où ils seront suffisamment centrés sur la prise en compte des spécificités des terrains historiques.

Les articles pourront être rédigés en espagnol, en français ou en anglais. 

Envoi des manuscrits

Le calendrier proposé est le suivant:

Envoi des résumés et propositions de contribution (env. 2500 signes) : fin mai 2010.

  • Envoi des textes définitifs : fin octobre 2010.
  • Publication en ligne : au long de l’année 2011.

Merci d’adresser propositions et textes à l’adresse suivante : redes.histoire@gmail.com

Merci d’UTILIser le format du DOCUMENT disponible à l’adresse  suivante :

http://revista-redes.rediris.es/Plantilla.dot

Présentation de la revue

REDES, Revista Hispana para el Análisis de Redes Sociales, est l’une des quatre revues internationales spécialisées dans les analyses des réseaux sociaux.

REDES est une revue électronique avec comité de lecture (<http://revista-redes.rediris.es>). Ses contenus éditoriaux combinent la sélection de recherches empiriques originales, la diffusion de traductions de textes non disponibles en espagnol, qu’il s’agisse de travaux classiques ou d’un impact significatif dans le domaine des analyses de réseaux, et la publication des premiers résultats de recherche de jeunes chercheurs.

Ses langues officielles sont l’espagnol et le portugais mais elle publie aussi les textes reçus en anglais ou en français si leurs auteurs le souhaitent.
Depuis sa création, en 2002, Redes a publié plus de 150 articles dans 17 numéros. La revue compte 1400 abonnés et elle reçoit plus de 800 visites quotidiennes.

Dates

  • lundi 31 mai 2010

Mots-clés

  • histoire, histoire sociale, réseaux, société, méthodologie

Contacts

  • Michel Bertrand, Claire Lemercier et Sandro Guzzi ~
    courriel : redes [dot] histoire [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Michel Bertrand, Claire Lemercier et Sandro Guzzi ~
    courriel : redes [dot] histoire [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Analyse de réseaux et histoire », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 29 janvier 2010, http://calenda.org/200124