AccueilOlga Wormser-Migot. L’œuvre d’hier et d’aujourd’hui

Olga Wormser-Migot. L’œuvre d’hier et d’aujourd’hui

Olga Wormser-Migot: her work yesterday and today

*  *  *

Publié le jeudi 04 février 2010 par Karim Hammou

Résumé

La fondation Auschwitz prépare un dossier intitulé « Olga Wormser-Migot. L’œuvre d’hier et d’aujourd'hui » pour le numéro 111 (avril-juin 2011) de sa revue Témoigner. Entre histoire et mémoire (éd. Kimé, Paris). L’historienne Olga Wormser-Migot aura marqué l’historiographie française de la déportation et du système concentrationnaire nazi par ses recherches pionnières, entreprises dès 1945. Son ouvrage majeur demeure sa thèse de doctorat, intitulée Le système concentrationnaire nazi (1933-1945). Publiée en 1968 aux éditions des Presses universitaires de France, elle fut rapidement sujet à discussions voire à controverses. Ces dernières, toujours à l’ordre du jour, il semble temps de revenir sur les tenants et aboutissants des pièces du dossier.

Annonce

L’historienne Olga Wormser-Migot représente incontestablement une figure à la fois pionnière et marquante de l’historiographie française de la déportation et du système concentrationnaire nazi. Depuis 1945, ses activités de recherche archivistique, de récolte de témoignages et de publication (ouvrages et articles), ont marqué une étape importante dans l’amorce et le développement ultérieur des études sur les lagers nationaux-socialistes. En dehors de ses collaborations dans des ouvrages collectifs, citons ses principales publications : Tragédie de la Déportation 1940-1945. Témoignages de survivants des camps de concentration allemands, Paris, Hachette, 1954 (en collaboration avec Henri Michel) ; « Le rôle du travail des concentrationnaires dans l’économie de guerre allemande » dans : Revue d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale, nº 15-16, juillet-septembre 1954 ; Le Retour des déportés. Quand les Alliés ouvrirent les portes, Paris, Robert Laffont, 1965 ; Le système concentrationnaire nazi (1933-1945), Paris, PUF, 1968 ; L’ère concentrationnaire, Éditions Culture Art Loisirs, 1970 ; L’ère des camps, Paris, 10/18, 1973 ; et enfin, son dernier ouvrage, en collaboration avec Vercors, Assez Mentir !, Paris, Ramsay, 1979. Notons au passage que les intérêts historiographiques d’Olga Wormser-Migot dépassent largement le cadre strict de la Seconde Guerre mondiale et du phénomène concentrationnaire. Elle publia en effet de nombreux autres ouvrages, et ce, avec une cadence surprenante, par exemple : Les Femmes dans l’histoire (Corrêa, 1952), Catherine II (Club français du Livre, 1956), Frédéric II (Club français du Livre, 1958), Marie-Thérèse impératrice (Club français du Livre, 1960), Amours et intrigues du Maréchal de Richelieu (édition établie, annotée et préfacée par Olga Wormser) (Club français du Livre, 1955) et Attrait de Delacroix (La Farandole, 1963). Il ne serait sans doute pas dénué d’intérêt de se pencher aussi sur cette partie de son œuvre peu ou mal connue. Cela pourrait éclairer l’étendue de son questionnaire historique et sa méthode de travail.

Son ouvrage majeur demeure toutefois sa thèse de doctorat, Le Système concentrationnaire nazi (1933-1945), publié en 1968 aux éditions des Presses universitaires de France - œuvre pionnière, au destin complexe et mouvementé. Dès sa publication en effet, il a fait l’objet de nombreuses controverses, voire de polémiques, aussi bien dans les milieux de la déportation que chez les historiens. Et comme pour attester de la place exceptionnelle qu’occupe cette œuvre dans l’historiographie et la mémoire des crimes et génocides nazis, ces mêmes controverses et polémiques persistent aujourd’hui encore, plus de quarante ans après sa publication. Voici quelques questions / thématiques, non exhaustives, que nous aimerions voir traitées dans ce dossier : Quels sont les enjeux du débat et des controverses qu’a soulevés la publication de sa thèse en 1968 ? Comment ces enjeux ont-ils évolué depuis lors ? Quel fut l’impact de sa thèse dans les milieux de la déportation – milieux de mémoire, associations, témoins – et chez les historiens ? En fait, toutes les grandes questions, aussi bien factuelles qu’interprétatives, relatives à la déportation et aux différentes dimensions de la criminalité spécifiquement nazie – et de leur articulation – peuvent être revisitées à partir de cette œuvre pionnière. Quelle fut la méthode de travail d’Olga Wormser-Migot comparée à celle d’autres historiens des années 1950-1960 ? Comment s’articulent, dans son travail, crimes politiques et génocidaires du national-socialisme, univers concentrationnaire et politique génocidaire ? Comment articule-t-elle les exigences du travail d’historien et l’apport du témoignage ? Quelle est la marque propre de sa collaboration à des travaux collectifs (avec Henri Michel, Alain Resnais, Vercors et d’autres) ? Comment la lutte contre les négationnistes s’articule-t-elle avec les débats et les controverses que suscita son œuvre majeure ? Ses travaux constituent-ils une référence marquante dans des travaux produits depuis lors par d’autres historiens en France et à l’étranger ? Pourquoi, plus de quarante après, Olga Wormser-Migot revient-elle sur le devant de la scène ?

Dossier coordonné par : Prof. Frediano Sessi (Université de Mantova - Italie)

Date limite de propositions des articles (intitulé et développement du sujet en 500 mots) :

Mercredi 30 juin 2010

aux deux adresses électroniques suivantes : frsessi@tin.it et thanassekos@auschwitz.be 

Remise des articles : Vendredi 31 décembre 2010 

Lieux

  • 65 rue des Tanneurs
    Bruxelles, Belgique

Dates

  • mercredi 30 juin 2010

Mots-clés

  • déportation, camps de concentration, camps d’extermination, chambre à gaz, Mauthausen, Ravensbrück, Auschwitz, amicales, négationnisme, historiographie, témoignage

Contacts

  • Frediano Sessi
    courriel : frsessi [at] tin [dot] it
  • Yannis Thanassekos
    courriel : thanassekos [at] auschwitz [dot] be

URLS de référence

Source de l'information

  • Yannis Thanassekos
    courriel : thanassekos [at] auschwitz [dot] be

Pour citer cette annonce

« Olga Wormser-Migot. L’œuvre d’hier et d’aujourd’hui », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 04 février 2010, http://calenda.org/200150