AccueilInstitutions de la folie. Expériences psychiatriques judiciaires, hospitalières et militaires. XIXe-XXe siècles

Institutions de la folie. Expériences psychiatriques judiciaires, hospitalières et militaires. XIXe-XXe siècles

Institutions for mental illness. Psychiatric experiences in law, hospitals and the military, 19th-20th centuries

Cycle organisé par le CRULH (Centre régional universitaire lorrain d’histoire) et le CERHIO (Centre de recherches historiques de l'Ouest)

Cycle organised by the regional university centre for the history of the Lorrain region (CRULH) and the centre for historical research in western France (CERHIO)

*  *  *

Publié le vendredi 05 février 2010 par Karim Hammou

Résumé

Cycle de journées d'études - De la fureur à la dangerosité. Folie violente/folie dangereuse au XIXe siècle (Université de Nancy) - 11 mars 2010. - Les malades dans l’institution psychiatrique au XXe siècle (Université du Maine - Le Mans) - 7 avril 2010. - Du front à l’asile. Expériences de la folie de la Grande guerre aux années vingt (Université du Maine - Le Mans - 20 octobre 2010.

Annonce

Argument et programme des journées

Folie violente / folie dangereuse au XIXe siècle : de la fureur à la dangerosité (Nancy - 11 mars 2010) 

La dangerosité est devenue aujourd’hui un critère essentiel de classement des individus dont les malades mentaux, mais aussi les délinquants, font largement les frais. Ce concept crée un espace nouveau où crime et trouble mental, médecine et justice, punition, prévention et soin, asile et prison enfin, tendent à se fondre suivant une logique nouvelle qui est celle de la gestion des risques. Le rapport des sujets-citoyens à l’État en est transformé en un sens qui renvoie au pouvoir de normalisation défini par Michel Foucault. Cette journée d’études se propose de revenir sur l’émergence relativement récente de cette idée.

Si l’occurrence date du xxe siècle (1969), le concept émerge à la fin du xixe siècle, aux confins du droit et de la médecine, face à une justice qui à partir des années 1880 se détourne de la morale spiritualiste de la faute pour s’attacher à la protection de la société — la défense sociale — individualisant les peines en fonction de critères psychologiques. C’est dans ce contexte que l’on propose de nouvelles formes d’hôpitaux-prison, que l’on discute des articles 18 et 19 de la loi de 1838 sur l’internement d’office et que les médecins-experts sont requis par les cours d’assises pour estimer l’anormalité et la dangerosité des délinquants, dans le cadre de conceptions médicales qui insistent sur les déterminismes biologiques et la dégénérescence.

Pourtant l’idée d’un danger potentiel de la folie, ou d’une violence inhérente à la folie, n’est pas nouvelle. Elle est contenue dans un terme très ancien, la fureur, d’origine également médicale et juridique qui au contraire disparaît au cours du xixe siècle.

L’objectif de cette journée d’études est de cerner les logiques qui président au passage de la fureur à la dangerosité et les traductions institutionnelles qu’elles autorisent tant du côté de la médecine que de celui de la justice. 

Programme 

Matinée 10h-12h

1 Danger, fureur, dangerosité : généalogie d’un concept

  • Pascal Vielfaure, Pr., Université Montpellier 1, « Dangerosité et défense sociale : évolution des conceptions juridiques »
  • Hervé Guillemain, MCF, Université du Maine, « Des furieux briseurs de croix au parricide de Mansigné. Aperçus sur les conceptions de la  “dangerosité” masculine à l’asile du Mans »
  • Laurence Guignard, MCF, Université Nancy2, « La dangerosité aux Assises avant la Défense sociale (1860-1880)» 

Après midi 14h-16h

2 Les figures du danger

  • Philippe Artières, Chargé de recherches, CNRS (Lahic-UMR 2558), « Dangereuses  écritures »
  • Aude Fauvel, Postdoctorante, Max Planck Institute for the History of Science, « Les femmes peuvent-elles être dangereuses ? Misogynie, psychiatrie et justice en France et en Grande-Bretagne »
  • Jean-Christophe Coffin, MCF, Paris V, « La construction du fou dangereux : entre la biologie et la nécessité sociale » 

16h30-18h

3 Internement/prison : les moyens de la régulation

  • Delphine Moreau, Doctorante, EHESS, « Violence normale et violence anormale dans un service "ordinaire" d'hospitalisation psychiatrique »
  • Véronique Fau-Vincenti, CNRS - Musée d’histoire vivante de Montreuil, « Avant les UMD : les asiles pour aliénés criminels; Gaillon 1876 et Villejuif en 1905 » 

Discutants : Samuel Lézé (Anthropologue, CNRS-IRIS), Yves Mausen (Historien du droit, Pr. Université Montpellier-1) 

Lieu : Salle G 04 , CLSH, Place Godefroy de Bouillon, 54 000 Nancy  .
Organisation : Laurence Guignard  (laurence.guignard@univ-nancy2.fr)  

Les malades dans l’institution psychiatrique au XXe siècle (Le Mans, 7 avril 2010) 

L’histoire des malades internés ne tient qu’une place réduite dans une historiographie française plutôt centrée sur la description d’un ordre asilaire uniforme et travaillant surtout à partir du discours médical. Les recherches des dernières années, qu’elles portent sur le xixe ou sur le xxe siècles, montrent l’intérêt d’une approche qui serait plus attentive à cette histoire des sujets internés. Les archives des hôpitaux et des institutions psychiatriques, qui ont été essentiellement exploitées pour décrire le quotidien de l’ordre asilaire et les processus d’internements, pourraient être revisitées en ce sens.

Sans exclure a priori d’autres sources qui se révèleraient pertinentes pour dire la place des malades dans les institutions psychiatriques, on sera donc particulièrement attentif aux archives hospitalières dans le cadre de cette journée prospective. Quelques entrées thématiques peuvent être avancées. Tout d’abord celle de l’évolution des modalités d’expression des malades dans l’institution (art-thérapie, groupes de paroles, journaux hospitaliers, correspondances et écrits, etc.). Puis  celle de l’attitude médicale face à la parole des malades (interprétation, transcription). Enfin celle des modes d’intégration des malades au fonctionnement de l’institution. Si la deuxième moitié du xxe siècle s’impose logiquement pour décrire ce dernier aspect de la thématique (émergence de la psychiatrie de secteur, des associations de malades, de nouvelles formes de sociabilités institutionnelles), il ne faudra néanmoins pas négliger la manière dont, dans la période précédente, certains malades ont pu durant leur période d’internement contribuer activement à la vie de l’institution (société de patronage, emploi par l’institution etc.). Ces entrées principales ne doivent cependant pas limiter les interrogations portant sur la faiblesse constitutive du rôle actif des malades dans l’institution et sur leur progressif détachement - dans les dernières décennies du XXe siècle.

Cette journée d’études s’inscrit dans un ensemble de manifestations culturelles et scientifiques portant sur l’histoire de la folie et de la psychiatrie aux xixe et xxie siècles qui prendra place du printemps à l’automne 2010 (http://histoire-psy.univ-lemans.fr/)

Programme  

10h00-17h00 

  • Aude Fauvel (Maison française d’oxford), « Bedlam ou Charenton ? Vivre à l’asile en 1900, témoignages de patients français et britanniques ». 
  • Isabelle von Bueltzinglsoewen (Maitre de conférences à l’université Lyon II), « Quel(s) malade(s) pour quel(s) asile(s). Les débats sur l’internement dans l’entre-deux-guerres » 
  • Hervé Guillemain (Maitre de conférences à l’Université du Maine), « Charles et Félix. Figures du bon malade : du secrétaire au délégué de pavillon.»
  • Emmanuel Delille (Insitut für Europäische Geschichte, chercheur associé au Centre Marc Bloch de Berlin), « Le Bon Sens (1949-1974) de l’Association d’Entraide Psycho-Sociale Féminine d’Eure et Loir : expression, intégration, puis détachement des malades vis-à-vis du service d’Henri Ey ». 
  • Benoit Majerus (FNRS Université libre de Bruxelles), « Dire la folie. Expériences de patients psychiatriques (1930-1980) ». 
  • Jean Christophe Coffin (maitre de conférences à l’Université Paris V René Descartes), « Face à la violence du patient. Permanences, évidences, recompositions ».
  • Vincent Guérin (université d’Angers), « La Mise en place de la sectorisation : une transition dans l'organisation de l'hôpital psychiatrique et dans la vie des malades : Sainte-Gemmes-sur-Loire 1971-1977. »
  • Nicolas Henckès (sociologue, Cermes, CNRS/INSERM/EHESS/UPD), « Entre « nos malades » et « le docteur », l’UNAFAM et la représentation des familles face à la psychiatrie, 1960-1990 ».
  • Clément Fromentin (Médecin, ASM 13), “Les hearing voicers”

Lieu : Abbaye de l'Epau - Le Mans

Organisation : Hervé Guillemain herve.guillemain@univ-lemans.fr 

Du front à l’asile. Expériences de la folie de la Grande Guerre aux années vingt (Le Mans, 20 octobre 2010)

Comment l’asile a-t-il traversé la Grande guerre ? Est-il possible de parler de l’expérience des soldats internés durant le conflit et parfois pour de longues années ? L’historiographie la plus récente et la mémoire professionnelle, insistant toutes deux sur le rôle majeur de la Seconde Guerre mondiale comme matrice de la révolution psychiatrique du XXe siècle, ces questions portant sur la période précédente sont pour l’essentiel restées incongrues ou inopérantes.

Cette journée d’études prospective propose d’interroger la place de la Grande guerre dans cette histoire en s’ouvrant aux autres disciplines, aux problématiques issues de l’historiographie portant sur le premier conflit mondial, et en se nourrissant des travaux des historiens anglo-saxons et allemands qui montrent pour d’autres pays européens comment la Grande guerre a pu contribuer à transformer les pratiques psychiatriques et les conceptions scientifiques, le vécu des sujets et leur place dans l’institution. Sans privilégier une source en particulier, il s’agira donc au cours de cette journée de travailler selon deux axes de recherche : l’expérience institutionnelle asilaire de la guerre et son impact dans l’entre-deux-guerres, la description de l’expérience individuelle et familiale de la folie du front à l’asile.

Programme à déterminer

Pour cette dernière journée, un appel à communication est lancé : http://calenda.revues.org/nouvelle15668.html

Catégories

Lieux

  • Nancy, France

Dates

  • jeudi 11 mars 2010
  • mercredi 07 avril 2010
  • mercredi 20 octobre 2010

Mots-clés

  • psychiatrie, folie, grande guerre, justice, dangerosité, malades, asile, hôpital

Contacts

  • Laurence Guignard (Université de Nancy) ~
    courriel : laurence [dot] guignard [at] univ-nancy2 [dot] fr
  • Hervé Guillemain (Université du Maine) ~
    courriel : herve [dot] guillemain [at] univ-lemans [dot] fr
  • Stéphane Tison (Université du Maine) ~
    courriel : stephane [dot] tison [at] univ-lemans [dot] fr

Source de l'information

  • Hervé Guillemain
    courriel : herve [dot] guillemain [at] univ-lemans [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Institutions de la folie. Expériences psychiatriques judiciaires, hospitalières et militaires. XIXe-XXe siècles », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 05 février 2010, http://calenda.org/200165