AccueilRenouveler nos perspectives en relations internationales : l’avenir de la discipline est-il dans ses marges ?

Renouveler nos perspectives en relations internationales : l’avenir de la discipline est-il dans ses marges ?

Renewing perspectives of International Relations: can we read the future of a discipline in its margins?

*  *  *

Publié le mardi 09 février 2010 par Karim Hammou

Résumé

Appel à contributions pour le numéro 3 de Dynamiques internationales, revue électronique de relations internationales / International Relations Electronic Journal. Cet appel à contribution pour ce numéro accorde une attention particulière aux recherches empiriques mais n’exclut pas l’examen des enjeux théoriques. Plus qu’un questionnement sur les approches marginales, le numéro 3 de Dynamiques internationales se veut une « sortie des sentiers battus » par le décloisonnement des approches et des objets. Les chercheurs sont donc invités à privilégier des perspectives innovantes et des objets inédits de manière à contribuer à l’amélioration de notre compréhension des relations internationales. L'appel à contribution est ouvert aux politistes, mais également aux historiens, juristes, sociologues, économistes ou autres qui sont invités à élargir le champ des possibles en RI.

Annonce

Appel à contributions

Les Relations Internationales ont été marquées par une diversification croissante des thèmes de recherche ces dernières années. Les questions sécuritaires classiques (l’équilibre militaire des puissances notamment) ou plus récentes (la menace terroriste, la sécurité humaine), côtoient désormais l’analyse des mouvements sociaux ou de la gouvernance environnementale. Malgré ces évolutions, un constat s’impose : l’appropriation, voire la « découverte » d’objets de recherche nouveaux, se heurte souvent au fait que la discipline des RI reste prisonnière de ses chapelles théoriques. Une tendance à la conservation persiste, basée sur le principe à « chaque objet, sa théorie », l’objet de recherche dictant ainsi l’approche censée l’appréhender. Une orientation que Joseph Nye a défendue explicitement par l’idée que réalistes et libéraux devraient se partager l’étude des phénomènes internationaux, estimant que chaque courant dispose d’une compétence sur un ensemble exclusif de domaines (Nye Joseph S., “Neorealism and NeoliberalismIn: World Politics, vol. 40 n°2, janvier 1988, p. 235-251).

Il est indéniable que la globalisation rend le monde de plus en plus complexe à saisir, en bouleverse les hiérarchies politiques et économiques, porte à la fois des dynamiques fragmentaires et intégratives, tout en créant sans cesse des opportunités qui entraînent acteurs publics et privés dans une multiplicité de relations. Dès lors, peut-on considérer qu’il est encore porteur, pour la discipline, de conserver ses barrières internes ? Ne faudrait-il pas s’affranchir de ces postures qui finissent par enfermer l’objet de recherche dans une sur-détermination théorique, qui risque de passer ainsi à côté de questionnements pertinents ?

Faire émerger des objets de recherche habituellement relégués aux marges, s’ils ne sont pas simplement ignorés par la discipline, afin d’apporter des éclairages novateurs sur les relations internationales, tel est l’objectif du troisième numéro de Dynamiques Internationales. Il n’est plus question d’opposer approches statocentrées et transnationales, mais de savoir comment celles-ci peuvent se trouver là où on ne les attend pas (ou plus). Pourquoi, par exemple, ne pas s’intéresser à la politique étrangère ou la capacité des micro-Etats à promouvoir leur agenda ? Ou, dans l’optique d’un dépassement du stato-centrisme, prendre au sérieux l’hypothèse d’une diplomatie des collectivités territoriales françaises ? La crise financière mondiale actuelle est-elle saisissable à travers les grilles de lecture fournies par l’Economie Politique Internationale ?

Ce numéro accorde une attention particulière aux recherches empiriques mais n’exclut pas l’examen des enjeux théoriques. Dans cette perspective, comment ne pas s’interroger sur l’apport des global studies, dont l’appartenance même aux RI peut être source de débat, aux études de sécurité ? Autant de pistes qui ne sauraient être exhaustives. Plus qu’un questionnement sur les approches marginales, le numéro 3 de Dynamiques Internationales se veut une « sortie des sentiers battus » par le décloisonnement des approches et des objets. Les chercheurs sont donc invités à privilégier des perspectives innovantes et des objets inédits de manière à contribuer à l’amélioration de notre compréhension des relations internationales.

La date limite de soumission est fixée au 21 mars 2010.

Les propositions devront être transmises via l’interface du site et ne devront pas contenir moins de 5 000 mots. Le numéro paraîtra début avril 2010

Call for Papers

A growing variety of research themes has characterized International relations for the past years. Classic security issues like the military balance of power, or more recent ones like terrorist threats and human security are now seen alongside the analysis of social movements or environmental governance.

Regardless of these evolutions, it cannot be denied that owning or « discovering » new research objects often runs into the academic divisions that International relations are tied to. There is a conservative tendency to let research objects dictate the approaches that best fit them, based on a “to each object, its theory” principle. Joseph Nye explicitly defended this position through the idea that realists and liberals should distribute the analysis of international forces among themselves, assuming each school mastered a specific area[i].

Globalization undoubtedly makes the world harder to understand by reversing political and economic hierarchies. It carries dynamics that can be partial and integrative. It ceaselessly creates opportunities for public and private actors through a vast array of relations. Can we therefore consider it relevant for the international relations discipline to retain internal barriers? Would it not be necessary to end the attitudes that eventually enclose research objects into over-determined theories? The researcher is at risk of missing different and relevant questions about these objects.

The third issue of Dynamiques Internationales sets out to reveal and remind of research objects too often relegated to the margins of the discipline, so as to highlight innovation in International relations. If we are no longer to oppose statocentric and transnational approaches, can we expect to find them where they are not (or the least) expected? We could consider for instance the foreign policy and the capacity for agenda influence of micro-states. Those who imagine going beyond statocentrism could seriously expose the diplomacy of sub-national constituencies here. The analysis framework of International Political Economy could very well help us grasp the global financial crisis.

This issue will consider empirical research with special attention, but the study of more theoretical issues is still welcome. In this idea, questioning what the global studies field has to offer to security studies could help assessing how they fit in International relations. This is only one of many paths that can be explored. By calling to take down the walls between objects, methods and theories, the third issue of Dynamiques Internationales offers interested authors to go to uncharted territories, which is more than exposing marginal approaches. They will have to use innovative perspectives and objects in priority so as to enhance our readers’ understanding of International relations.

Interested authors will send complete articles of at least 5000 words, using the interface available on www.dynamiques-internationales.com.

The deadline for submission is 21 March 2010.

The third issue of Dynamiques Internationales will be released in April 2010.

[i] 1 Nye Joseph S., « Neorealism and Neaoliberalism », World Politics, vol. 40 n°2, janvier 1988, pp. 235-251.

Dates

  • dimanche 21 mars 2010

Contacts

  • Rédaction Dynamiques internationales
    courriel : samuel [dot] lussac [at] redac-dynamiques [dot] com
  • Rédaction Dynamiques internationales
    courriel : samuel [dot] lussac [at] redac-dynamiques [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Fabirce Argounes
    courriel : fabriceargounes [at] hotmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Renouveler nos perspectives en relations internationales : l’avenir de la discipline est-il dans ses marges ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 09 février 2010, http://calenda.org/200194