AccueilDu sujet à l'usager... Vers le meilleur des mondes ?

*  *  *

Publié le mercredi 24 février 2010 par Karim Hammou

Résumé

A l’heure où la satisfaction de l’usager, portée au rang d’idéal, devient le maître mot d’une démarche dite de qualité, comment, sans méconnaître l’impératif économique, redonner toute leur place aux aléas et aux difficultés de la relation soignante et de la relation éducative. Plaisir de travailler et créativité sont à ce prix. C'est le défi que doivent relever les professionnels de l'enfance et de l'adolescence. Ce colloque entend y contribuer.

Annonce

Colloque GRATUIT

Du sujet à l’usager… Vers le meilleur des mondes ?
12 et 13 avril 2010
Espace Reuilly, 21 rue Hénard, 75012 Paris

Usager du métro et de l’école, de la poste et du train, usager des services de téléphonie et de télévision, de la justice et du soin : n’est-ce pas à son propos qu’en 1957 déjà, dans ses Mythologies, Barthes avertissait du danger de la dispersion « de la collectivité en individus, et de l’individu en essences ».

Nouvel habit sans doute, cet usager, pour un vieux rêve du pouvoir, celui d’un citoyen transparent, accessible à tout moment et partout, qui valut il y a deux siècles aux langues régionales et dialectes leur marginalisation, mais aujourd’hui porté par un discours de la techno science promis à un avenir illimité.

Pressé comme jamais de participer au tissage de ce nouvel habit à travers enquêtes de satisfaction, procédures d’évaluation et d’autoévaluation, grilles et questionnaires divers, ne resterait-il au sujet qu’à devoir l’endosser sans plus pouvoir ni soulever la question de sa pertinence, ni l’éveiller chez l’autre.

Car l’enfant lui-même ne fait pas exception, et la tentation est aujourd’hui palpable de son assignation tantôt à un statut d’élève voué à la seule acquisition de savoirs abstraits, tantôt à un statut de support de la stratégie marketing, tantôt, quand doit intervenir la justice, à un état de minorité exclusivement juridique et uniformisant.

Qu’allons-nous faire, demandait Pierre Legendre, de la désillusion ? Quel bien commun désormais nous donner, qui autoriserait que ne soient pas simplement assimilées les notions d’efficacité et de rentabilité ? Quel service public, dont un fonctionnement responsable saurait se protéger et nous garantir contre les seules exigences de l’idéologie managériale ?

A l’heure où la satisfaction, celle précisément de l’usager, voire du client, portée au rang d’idéal, s’affirme le maître mot d’une démarche que l’on nous dit de qualité, comment, sans méconnaître l’impératif économique, redonner place et valeur sémiologique aux aléas et aux difficultés de la relation soignante et de la relation éducative ?

Plaisir de travailler et ressorts de la créativité seraient-ils à ce prix, que soit rétabli dans son pouvoir d’interpellation, par delà l’incontournable contrainte gestionnaire et la nécessité d’une prescription des tâches, le travail réel, avec ses imprévus, ses résistances, sa permanente exigence d’adaptation ?

Telles sont quelques unes des questions que le DERPAD, conscient de la difficulté de leur abord, souhaiterait voir ouvrir, à l’occasion de son colloque.

Programme

Lundi 12 avril 2010

8h30 - Accueil

9h30 - Ouverture des journées - Christine Chinosi - Directrice du GIP DERPAD

9h45 - 12h30

Modératrice : Christine Chinosi

  • Peut-on encore parler d’éducation ? Alain Bruel - Magistrat honoraire - Ancien président du Tribunal pour enfants de Paris
  • Les fabriques de l’homme neuro-économique. Roland Gori - Psychanalyste - Professeur à l’Université d’Aix-Marseille - Co-initiateur de “l’Appel des appels”

14h30 - 17h30

Modérateur : Jean-Jacques Valentin - Psychologue, psychanalyste - DERPAD

  • L’inscription textuelle du sujet dans les écrits professionnels. Jacques Riffault - Directeur adjoint de l’IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne
  • Faut-il promouvoir les droits de l’enfant ? Fabienne Quiriau - Directrice adjointe de l’Union Nationale des Associations de Sauvegarde des Enfants, des Adolescents et des Adultes (UNASEA)
  • Le service public comme condition de la clinique ? Michel Chauvière - Sociologue - Directeur de recherche au CNRS - Membre du Centre d’Etudes et de Recherches de Sciences Administratives et Politiques (CERSA) - Université Paris 2

Mardi 13 avril 2010

8h30 Accueil

9h30 - 13h

Modérateur : Eric Fesneau - Chargé de la documentation - DERPAD

  • Le service public est-il un terme usagé ? Christian Vigouroux - Conseiller d’Etat - Président de l’association “Services publics”
  • Enfant, marketeur, qui est le roi ? Mireille Tykaert - Directrice marketing jeunesse aux Editions Nathan
  • La nouvelle raison du monde. Pierre Dardot - Professeur de philosophie

14h30 - 17h

Modérateur : Jean-Jacques Valentin - Psychologue, psychanalyste - DERPAD

  • L’usager est-il ce qui reste du sujet sans le collectif ? Laurent Ott - Formateur - Responsable de projets à l’Ecole de Formation Psycho-Pédagogique (EFPP) - Chercheur au Centre d’Etude et de Recherche Appliquée (CERA )
  • Approche critique de la démarche qualité. Catherine Grandjean - Formatrice dans le secteur sanitaire et social
  • L’usager, le sujet politique et la psychanalyse. Franck Chaumon - Psychanalyste - Psychiatre des hôpitaux

Catégories

Lieux

  • Espace Reuilly, 21 rue Hénard
    Paris, France

Dates

  • lundi 12 avril 2010
  • mardi 13 avril 2010

Fichiers attachés

Mots-clés

  • adolescent, service publique, éducation, enfant, droits de l'enfant, usager, sujet, protection de l'enfance

Contacts

  • Christine Chinosi
    courriel : christine [dot] chinosi [at] derpad [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Christine Chinosi
    courriel : christine [dot] chinosi [at] derpad [dot] com

Pour citer cette annonce

« Du sujet à l'usager... Vers le meilleur des mondes ? », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 24 février 2010, http://calenda.org/200338